14/10/2011

* SUR LA LUNE D'AFRIQUE

EN MARCHANT SUR LA LUNE D’AFRIQUE

Une cime de neige placée au cœur de l’Afrique et d’où ruissellent les eaux du jeune Nil ; pendant vingt-cinq siècles, le Ruwenzori, à la frontière de l’Ouganda et du Zaïre, est resté un mirage plus qu’une réalité géographique. Ses sommets sont défendus par une des jungles les plus denses du monde. Les « montagnes de la lune » comme les dénommaient les Anciens, portent bien leur nom.

 

afrique,

 

Chaque touffe d’herbe est un véritable monticule, à près de 4.000 m d’altitude se trouve un vaste marécage tapissé de tussocks : énormes touffes d’herbe qui masquent une tourbière d’où émergent aussi des espèces de la famille des composées.

Il pleut plus de trois cents jours par an sur le Ruwenzori. « Faiseur de pluie », c’est ce que veut dire « Ruwenzori » dans la langue des Bakonjo, tribu montagnarde de l’Ouganda. Les sommets, culminant à 5.000 mètres, sont presque toujours enveloppés de nuages. La forêt est comme une éponge gonflée d’humidité. Sur le versant zaïrois, les eaux des neiges et des pluies alimentent la Semliki qui se jette dans le lac Albert. Sur ce côté ougandais, les torrents se déversent dans de petits lacs communiquant avec cette rivière.

 

afrique,

le Nil

 

 

L’éperon rocheux de Kabamba à 3.500 m d’altitude. Dans cette forêt qui évoque celle d’un conte de fées fantastique, les lichens pendent comme des barbes à papa aux branches des arbres du genre Rapanea. A une altitude où dans les Alpes on ne trouve plus qu’un désert minéral, s’étage ici un « enfer vert » où les espèces s’enchevêtrent et se superposent et où la densité de végétation est la plus élevée de toutes les jungles connues (208 %).

Dans la nuit verte, les fleurs portent des manteaux d’hiver. Dans une forêt ou à peine dix pour cent de la lumière parvient à percer les frondaisons, les plantes, qui comme ces séneçons atteignent la taille d’un arbre, se protègent du froid nocturne en s’encapuchonnant dans leurs feuilles flétries. Mais d’autres, comme les lobélies, se replient pour stocker la chaleur solaire accumulée dans la journée.

Cendres et neige sur les « montagnes de la lune ».

A 5.000 m d’altitude, étrange conjugaison du feu et de l’eau, comme si la montagne était volcanique. Le glacier Elena enneigé est zébré de coulées noires de suie : celle-ci provient des cendres des incendies qui ont dévasté la brousse et que le vent de la mousson porte sur les cimes.

En raison surtout de ses difficultés d’accès, le Ruwenzori n’est pas très couru par les touristes. C’est pourtant une région légendaire, il devint un miroir aux poètes, un mirage bien plus qu’une réalité géographique.

Des géants et des nains qui sont de même famille.

Seul le faîte des séneçons est visible dans le Ruwenzori. Ils croissent entre les tiges desséchées de leurs ancêtres. Le séneçon commun, une petite plante à fleurs jaunes qui pousse sous nos latitudes comme de la mauvaise herbe et qui ne dépasse pas 30 cm de haut, est apparenté à ces géants.

Trente fois la taille de leurs cousins d’Europe.

Le millepertuis fait 15 mètres, alors qu’en Europe il fait 50 cm de haut. Le gigantisme des tiges prouve en tout cas que leur croissance n’est pas affectée par les extrêmes variations climatiques auxquelles est soumis quotidiennement le massif.

afrique,

millepertuis

Dans le Ruwenzori, il n’y a pas de papillons. A cette altitude, ils auraient des difficultés d’oxygénation.

Ce sont les scientifiques qui sont le plus à même de défendre le Ruwenzori ; en témoignant, par exemple, du rôle capital joué par ce massif dans l’équilibre hydrographique de l’Afrique du Centre et de l’Est.

Commentaires

Bonsoir Josiane, ton article est super, au début je me dis que chez moi on aurait bien besoin d'une montagne " faiseur de pluie ". La sécheresse est présente partout, il y a des restrictions dusage de l'eau.
Bon dimanche. Ginette

Écrit par : ginette | 15/10/2011

Répondre à ce commentaire

merci ginette de ta visite

Écrit par : josiane | 16/10/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.