12/12/2011

* L'IRAN

LE CIEL REGARDE L’IRAN

Révolutions, violence, fanatisme religieux : telle est l’image que l’Iran donne au monde depuis quelques années. Mais comment oublier, dans les tourmentes d’aujourd’hui, qu’ici est née une des plus vieilles nations de l’histoire, qu’ici apparurent les premières villes et la première écriture ?

 

iran

 

La meilleure façon sans doute de « décoller » de l’actualité est de regarder l’Iran du ciel et de voir l’un des berceaux de la civilisation. Dans ce pays où flambe l’islam chiite, il est des endroits interdits au non-musulman qui ne peuvent être contemplés que de loin ou d’en haut.

Mechhed, « le lieu du martyre », est la principale ville sacrée de l’Iran. Ici repose Ali Rezà, le huitième imam, mort sans doute empoisonné au IXe siècle. Des centaines de milliers de pèlerins viennent chaque année se recueillir dans le sanctuaire du saint chiite. Mais il est impossible au non-croyant de franchir l’anneau de verdure, « l’Astané Ghods », le seuil sacré. L’islam n’eut pas de mal, au milieu du VIIe siècle, à conquérir le pays face à une religion zoroastrienne en décadence mais qui résista longtemps avant que la majorité des disciples de Zarathoustra ne s’exilât vers les Indes ou ne se réfugiât sur les hauts plateaux. Malgré les invasions mongoles, les guerres civiles incessantes, la Perse islamique sut bâtir tout le long de son histoire les plus belles mosquées du monde musulman. Les dômes en cuivres dorés de celle de Gôharchad, à Mechhed, en sont un superbe exemple.

 

iran

 

« Il fait surgir des fruits pour assurer votre subsistance »

Au nord-est du pays, prenant sa source dans les monts Elbourz, longeant la frontière soviéto-iranienne et se jetant dans la mer Caspienne, le fleuve Gorgan fertilise ses rives et permet à la population turkmène de vivre essentiellement de l’agriculture. Plus de 40 % de la population iranienne est composée de paysans et de bergers. Pourtant, moins d’un dixième des terres sont exploitées. En lisière des forêts qui suivent la vallée du Gorgan, coton, riz, céréales, tabac continuent d’être cultivés. Mais, avec l’expansion industrielle menée, parfois inopportunément par l’ex-chah, depuis une vingtaine d’années, l’Iran a connu un exode rural considérable et, en conséquence, une désertification qui s’accentue depuis la révolution islamique.

C’est ainsi que le pays subit actuellement le sixième déficit agricole du monde, derrière les nations fortement industrialisées, comme la R.F.A. et le Japon.

 

iran

 

« C’est lui qui de l’eau a créé un mortel »

Aux portes de la vieille ville perse de Chiraz, les Iraniens viennent, depuis 3000 ans, extraire le sel du lac Maharlu. Un condiment essentiel pour l’alimentation, bien sûr, mais aussi pour la tannerie. Essentiel également pour décortiquer et rendre mangeable ce qui fut longtemps l’aliment de base : le riz.

 

« Les vaisseaux élevés sur la mer comme des montagnes sont à lui ».

Le long du golfe Persique, sous une chaleur torride, se dressent des chaînons de montagnes parallèles qui forment une barrière de plus en plus élevée jusqu’aux abords du grand désert central. Un désert qui s’étend sur à peu près la même superficie que la France. D’Abadan, au fond du golfe, principal point de litige entre l’Iran et l’Irak, à la frontière pakistanaise, rares sont les fleuves formant de petites plaines côtières. En revanche, les bases militaires sont légion. Le golfe persique est un point névralgique sur l’échiquier mondial. Et les grands pétroliers y croisent souvent les escadres militaires.

iran

Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : l'iran |  Facebook |

Commentaires

Bonsoir Josiane, merci pour ce texte qui permet de comprendre ce qui se passe en Iran. Bisous. Ginette

Écrit par : ginette | 12/12/2011

Répondre à ce commentaire

merci Ginette de ta visite

Écrit par : josiane | 13/12/2011

Répondre à ce commentaire

J'espère qu'un jour, l'Iran connaîtra enfin la démocratie... Quel gâchis! Passe une bonne semaine Josiane.

Écrit par : Un petit Belge | 13/12/2011

Répondre à ce commentaire

merci petit belge de ta visite

Écrit par : josiane | 14/12/2011

Répondre à ce commentaire

Je ne savais pas que certaines villes nous étaient fermées, toujours bon à savoir si l on ne veut pas se faire raccourçcir. Dommage que l agriculture soit tellement peu dévelloppée, c est une grande richesse, mais sans bras évidement à cause de l exode.
Bonne journée Josiane
Latil

Écrit par : Latil | 14/12/2011

Répondre à ce commentaire

merci Latil de ta visite

Écrit par : josiane | 14/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.