21/06/2012

* LE DESERT DES MAGNIFIQUES (Rajasthan-Inde)

Tout en gardant ses légendes vivantes, le pays des maharajas est entré à grands pas dans le XXIe siècle. Dans le désert où surgissent les merveilleuses oasis créées par des princes fabuleux a éclaté la première bombe atomique indienne. Des baladins médiévaux y côtoient des ouvriers de l’âge nucléaire. Le Rajasthan n’a pas fini de surprendre.

 

rajasthan.jpg

 

La propreté est leur première richesse

Tout est net, balayé, récuré autour de ces « kothis » de terre glaise où les paysans du Rajasthan entreposent leurs maigres récoltes de céréales. En guise de portes, de simples dalles traversées d’un bâton. Les vaches fournissent le lait, indispensable à la survie dans cette région. La bouse est également utilisée, une fois séchée, comme combustible.

 

vaches.jpg

 

Les anneaux de la féminité

Pour prier le dieu Kalaji, qui protège leurs villages, les Bhils, une des plus anciennes tribus du Rajasthan, se réunissent chaque printemps. A cette occasion, leurs femmes revêtent leurs habits de fête et portent tous leurs bijoux. Les années de sécheresse, elles sont obligées de vendre leurs bracelets pour en tirer quelques roupies. Les stèles de prière, situées à l’entrée des habitations, sont gravées d’innombrables représentations du cobra, auquel les villageois vouent un culte ancestral.

 

femme.jpg

 

Leurs ancêtres ont péri par le feu

Les empreintes de mains sur les murs de la forteresse de Bikaner, qu’un prêtre asperge d’eau chaque jour, témoignent de l’histoire tragique du Rajasthan et du rite cruel du « jauhar ». Pour échapper au déshonneur de la défaite, les guerriers se battaient à mort contre leur assaillants, tandis que leurs femmes se jetaient dans les flammes d’un bûcher. Les veuves devaient se sacrifier également ainsi après le décès de leur époux, afin de devenir « sati », vertueuses. La loi désormais interdit aux femmes de se brûler vives.

Un petit coin de paradis

Comme toute l’Inde, le Rajasthan vit au rythme des moussons. Celle d’été, qui souffle du sud-ouest, apporte la pluie nécessaire aux cultures. Qu’elle vienne trop tard ou que ses précipitations soient insuffisantes, ce qui est souvent le cas dans l’ouest du pays, et c’est la disette. Le spectacle des parapluies réjouit les habitants de Jaïpur, la capitale de la province : le spectre de la famine semble écarté.

 

rajasthan,inde

Jaïpur

 

Le pays des seigneurs s’industrialise

Pays de désert aux montagnes érodées, le Rajasthan souffre de façon chronique du manque d’eau, surtout dans l’ouest. Les bassins alluviaux de l’est, els plus arrosés, sont les plus propres aux cultures. Encore peu industrialisée, cette grande province reçoit des équipements ultra modernes, tels que la centrale atomique de Rana Pratap, près de Kota, et qui devraient lui donner une place de premier plan au sein de l’Union indienne.

 

rajasthan,inde

 

Commentaires

Cela fait un contraste saisissant entre la modernité et la misère, les vaches ne semblent pas bien grasses. Bisous. Gigi

Écrit par : gigi | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

merci Ginette de ta fidèle visite

Écrit par : josiane | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

La modernité peut être une bonne chose, mais on peut aussi penser comme Paul Valery qui disait ceci: L'homme moderne est l'esclave de la modernité: il n'est point de progrès qui ne tourne pas à sa plus complète servitude...

Écrit par : atv | 08/07/2014

Répondre à ce commentaire

merci atv de votre visite et de votre commentaire. Au plaisir de vous relire sur mon blog.

Écrit par : josiane | 08/07/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.