16/02/2013

* SALVADOR DE BAHIA (Brésil)

Fondée en 1549 par les Portugais, Salvador (d’abord appelée Bahia, puis Saö Salvador) fut la capitale du Brésil jusqu’en 1763. Grâce à la canne à sucre et au travail des esclaves, elle prospéra rapidement. Mais son déclin fut aussi brutal. Lors de l’indépendance, en 1823, c’était déjà une cité provinciale figée dans un passé splendide, le plus beau vestige d’une période coloniale révolue.

 

salvador de bahia(brésil)

 

Construit vers 1630, le fort de Santa Maria fut une pièce essentielle du dispositif portugais de défense de Vila Velha, le noyau originel de Salvador. Chaque année en février, tous les bateaux à voile tiennent à participer au souvenir de l’époque où ils étaient le seul moyen de communication entre les hameaux de la baie.

Aujourd’hui, Salvador avance à marches forcées vers le modernisme. On n’y parle que de nouvelles usines, de chaînes de montage, et les gens des campagnes y affluent. Les gratte-ciel poussent comme des champignons et menacent les quartiers anciens.

 

salvador de bahia(brésil)

 

Lisbonne et Tombouctou, Naples et Luanda sont présentes sans le savoir dans les recoins de Salvador. A cause de la traite des esclaves, l’antique cité portugaise d’Amérique du Sud est devenue un creuset où se retrouvent des gens de races différentes mais de pays proches. Il y a du méditerranéen et de l’africain à la fois dans la cohue de la vieille ville, souk permanent.

 

Carnaval : le plus fou et le plus vénéré des dieux du Brésil

Le carnaval est la fête des fêtes. Beaucoup de Brésiliens viennent le vivre à Salvador, laissant plutôt Rio aux étrangers. Pendant quatre jours et quatre nuits, la ville entière est dans la rue. Groupes, corporations et sectes se mélangent pour chanter et danser jusqu’à épuisement. Toutes les extravagances sont permises.

 

salvador de bahia(brésil)

 

La cathédrale de Bonfim est le plus haut lieu de la dévotion bahianaise. A en croire la voix populaire, les miracles y sont fréquents. Aussi, dans une grande salle sont montrés en guise d’exvoto les moulages de membres et les prothèses des innombrables infirmes qui ont, dit-on, trouvé ici la guérison.

 

salvador de bahia(brésil)

 

Les mêmes croyants adorent saints et démons

Plus grands pays catholique du monde, le Brésil est également celui où le syncrétisme (mélange de croyances) se pratique le plus. Eglises et « terreiros » (lieux de culte afro-brésilien) sont fréquentés par les mêmes fidèles. Et souvent le Christ ou la Vierge apparaissent sous les traits d’un orixa, esprit serviteur d’Olorum, le Créateur. Cela est particulièrement vrai à Salvador, ville noire. Les processions de la semaine sainte revêtent un grand faste dans le vieux quartier du Pelourinho. Mais aussi les traditionnelles offrandes de fleurs à la déesse de la Mer.

 

salvador de bahia(brésil)

 

Les commentaires sont fermés.