11/04/2013

* HIMBA (Namibie)

HIMBA, PEUPLE EGARE (Namibie)

 

Au nord de la Namibie, dans le désert tourmenté du Kaokoland, les pasteurs himba ont bien du mal à préserver leur mode de vie ancestral, menacé par une longue guérilla. Ils ne sont plus que quelques milliers à perpétuer une morale rude et frugale fondée sur la présence éternelle des morts, incarnés dans leurs troupeaux. Leur passion pour la beauté corporelle en fait aussi d’admirables témoins d'une Afrique australe qui désormais s’efface.

 

himba (namibie)

 

Nymphes des rocailles, sculptées et parées

Les femmes himba, véritables statues vivantes, consacrent une bonne partie de leur temps aux soins du corps : elles s’enduisent quotidiennement la peau d’une pommade rouge à base de graisse animale et de roche pilée empruntée au désert. Et dans cette société à héritage matrilinéaire, elles ont un important pouvoir économique : elles sont propriétaires de la majeure partie du bétail.

 

himba (namibie)

 

Tout un arsenal de beauté au service de la société

Grâce à leur isolement géographique, les Himba n’ont pas comme les autres peuples herero, adopté les vêtements occidentaux. Leur costume est resté fort dépouillé. A base de cuir et de métal, il souligne plutôt le corps au lieu de le cacher : plus qu’un habit, c’est une parure strictement codée qui exprime l’âge, le statut social et marital de l’individu.

 

himba (namibie)

 

Une longue marche pour la bonne mine

Dans tout le pays himba, région aussi vaste que la Suisse, il n’y a que deux mines d’hématite, l’une en Namibie, l’autre en Angola sur la rive nord du fleuve Cunene. Les femmes cheminent parfois pendant plusieurs jours à pied pour aller extraire quelques blocs de ce minerai de fer qui sera broyé sur une meule puis conservé dans de petits poudriers en corne de vache.

 

himba (namibie)

 

Villages de huttes pétries à mains nues

Crépies avec un mélange de bouse, de cendre et d’argile, les huttes sont groupées en camps où vivent douze à quinze familles. Généralement vides la journée, car le troupeau est parti pâturer, les grandes enceintes d’épineux protègent la communauté et ses biens des intrusions nocturnes. Les petits enclos maintiennent le bétail séparé selon l’espèce, l’âge ou le sexe.

 

himba (namibie)

 

Guerre et paix autour d’un héritage colonial

Comme toutes les frontières héritées de l’époque coloniale, celles de la Namibie respectent fort mal la répartition ethnique. Les peuples herero, ovambo et bochiman sont également partagés entre cette ancienne colonie allemande (Sud-Ouest africain) et les Etats voisins : Angola, Botswana, République sud-africaine.

 

himba (namibie)

 

Commentaires

Bonjour Josiane, ce billet est très beau, c'est bien intéressant de connaître les mode de vie dans ces contrées lointaines. Bisous. Gigi

Écrit par : gigi | 11/04/2013

Répondre à ce commentaire

merci Ginette de ta visite

Écrit par : josiane | 11/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je préfère Venise à la Namibie. Bon week-end Josiane.

Écrit par : Un petit Belge | 12/04/2013

Répondre à ce commentaire

merci petit belge de ta visite

Écrit par : josiane | 12/04/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour ma très chère Josaine
Comme à ton habitude, un reportage de première et un document tellement bien écrit et si complet, merci mon amie j'ai apprécié
Ma petite fille est là, je me ferai donc très court, elle reprend la route ce soir et je veux profiter de ce grand bonheur, cela faisait deux ans que je l'avais pas vue , je te retouverai lundi
Je te souhaite un bon dimanche avec des bisous
Méline

Écrit par : mel-and-tof | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

merci Mel de ta visite

Écrit par : josiane | 15/04/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.