30/04/2013

* HIMALAYA (Asie)

Pour les astronautes qui l’ont survolée, la plus haute chaîne de montagnes de la Terre est le troisième pôle de la planète. Au XXe siècle, par la conquête de ses 14 sommets de plus de 8000 mètres dominant des centaines de géants, l’Himalaya est devenu rêve d’aventure : on n’en finit pas de connaître toutes ses faces. Château d’eau d’Asie, ce royaume de tous les dieux est encore la patrie ancestrale de multiples ethnies qui ont accroché à ses pentes, en patients jardiniers du ciel, une civilisation longtemps préservée. Parcourir cette grande muraille dont les puissances riveraines se disputent les points stratégiques, c’est découvrir un ensemble de géographie humaine d’une fascinante originalité.

himalaya (asie)

 

Sanctuaires semés sur le toit du monde

A tous les étages de l’Himalaya, des tourelles à trois éléments superposés, cube, sphère, cône, sont le symbole de l’omniprésence de Bouddha ; ce sont des « chörten », version tibétaine du stupa indien. Des vallées peuplées aux régions les plus désertes, les sanctuaires parsèment le paysage. Ils marquent les cols, du Népal au Ladakh. La tradition veut que chaque édifice soit contourné en le laissant sur sa droite.

himalaya (asie)

 

Tribus de paysans à toutes les altitudes

Les paysans himalayens cultivent les pentes avec une incroyable ténacité. L’orge est une céréale que l’on peut faire pousser à très haute altitude. Entre 1000 et 2000 mètres, les versants sont aménagés en terrasses, maintenues par des murets. Au nord-est du Népal, les Rai récoltent le riz, le millet, le blé et même le coton. Bien que costumes et coutumes soient très différentes d’un peuple à l’autre, la ferveur religieuse et le sens de l’hospitalité en sont le trait commun.

himalaya (asie)

 

Villes forteresses et joutes de cavaliers

Par une porte étroite flanquée d’un chorten, on pénètre dans la citadelle de Leh, capitale du Ladakh, établie à 3554 mètres. Cette ville est passionnée de polo, sport favori du pays. La majorité des villages ont un terrain de sable ou d’herbe pour disputer les matches qui durent deux heures, au roulement des tambours. Les colons de l’empire des Indes importèrent en Grande-Bretagne ce jeu né au Cachemire.

Chemins surnaturels de la Terre

Himalaya signifie « demeure de la neige éternelle ». Du côté népalais, le paysage s’étire des plaines cultivées aux glaciers ; depuis le village de Dulikhal, à 1500 m, on suit des yeux un crescendo qui, de vallée en vallée, ouvre les voies des sommets.

 

himalaya (asie)

Longue marche des peuples de l’infini

De vertes vallées en déserts pétrifiés, de ponts suspendus en cols frontaliers, de bourgades animées en monastères isolés, l’arc himalayen étire entre Chine et Inde ses 2500 km de contrastes violents.

Népal et Chine, chemins pour l’Everest

Le Népal compte un versant de l’Everest. Au-delà des rizières, les alpinistes accèdent à la voie classique par Namche Bazar, dernière étape avant le camp de base. Ceux qui passent par la Chine découvrent le monastère de Rongbuk, le plus haut du monde.

 

himalaya (asie)

Oasis et déserts, versant chinois

Que l’on traverse des cités comme Kashgar, ville d’oasis avec ses portes imposantes, sa place pour les fêtes, son bazar, ou les immensités caillouteuses du désert de Takla-Makan où circulent bergers, marchands et pèlerins, l’Himalaya est une terre d’échanges entre l’Inde et la Chine. Dans les zones les plus arides sont ensevelies des civilisations anciennes, comme dans la région du Xinjiang chinois.

himalaya (asie)

 

Temple de vie sauvage

L’Himalaya empile 11 étages de végétation. Jusqu’à 2000 mètres, on a retrouvé des fossiles de mammifères préhistoriques. Plus haut, évolue une faune originale ; équidés sauvages, hybrides de mouton et de chèvre, léopards des neiges.

Les entrailles de la Terre hissées à 8000 mètres

Au-dessus des gorges de la Miristi, la face ouest de l’Annapurna (8078 m) dévoile les structures himalayennes. Les grandes dalles rocheuses ont été soulevées sous l’effet de la poussée de l’Inde pénétrant l’Asie centrale. Sur le flanc nord de la chaîne, s’ouvre sur 60 km de long et 20 de large une grande fracture de l’écorce terrestre : le fossé du Mustang.

 

himalaya (asie)

Neiges et rocs en révolution permanente

Encaissée au pied du Dhaulagin (8172 m), la vallée népalaise de la Kali Gandaki (2300 m) est la plus profonde gorge du monde. Les crues de la rivière qui s’étale entre d’énormes cônes sont imprévisibles. Le village de Tukche est souvent menacé. Au Ladakh, l’évolution des reliefs est plus lente qu’au Népal, sous l’influence de la neige et du gel.

 

Bouddha, Allah, Vishnu et les autres

Les montagnes himalayennes sont lieu de culte, de prière et de méditation selon toutes les croyances. Nulle part, la nature et les religions ne sont plus étroitement liées, comme si la diversité de l’une, l’altitude aidant, favorisait la multiplicité des autres. L’influence de la spiritualité tibétaine est dominante avec la présence du dalaï-lama et partout, l’individu vit pleinement sa foi.

himalaya (asie)

 

25/04/2013

* LA GRANDE PLAGE D'OLERON (France)

Sable et dunes à perte de vue

Située à 10 km au large de La Rochelle, l’île d’Oléron, deuxième île de France métropolitaine, étend sa langue de terre sur 30 km. Le sud de sa cîté ouest est occupée par une plage immense bordée de dunes, la Grande Plage. Cette vaste étendue de sable blond, qui s’étale sur une quinzaine de km, s’appuie sur la jeune forêt de pins de Saint-Trojan.

 

la grande plage d'oléron

 

Depuis al dune de Domino qui, du haut de ses 30 mètres, constitue le point le plus élevé de l’île, le point de vue sur la Grande Plage est superbe. Battue en hiver par une houle puissante qui, comme sur la côte landaise, dresse de grandes dunes sableuses, la plage d’Oléron présente un aspect sauvage. Mais avec ses 2250 heures d’ensoleillement par an, cette belle paresseuse n’a rien à envier à ses consoeurs méridionales.

En été, farniente et sports nautiques y sont les activités vedettes.

 

la grande plage d'oléron

 

Falaises, rochers et sable

De la pointe de Charisson, au nord, jusqu’au port de la Cotinière, la côte sur l’Atlantique offre aux houles de l’océan de belles falaises calcaires. Plus au sud se succèdent les plages de Vert-Bois et de la Giraudière. Enfin, la Grande Place égrène son chapelet de dunes jusqu’à la pointe de Gatseau. Au sud, la station de Saint-Trojan-les-Bains constitue l’un des principaux pôles touristiques de l’île.

 

la grande plage d'oléron

 

La flore des dunes

En arrière de la Grande Plage bordée par une mer à la houle rafraîchissante, les dunes boisées succèdent aux dunes de sable. Résistant à la sécheresse, aux bourrasques venues du large et à une forte salinité, les végétaux ont réussi à coloniser ce paysage lunaire. A l’avant de la dune, l’oyat et le chiendent, qui peut résister au passage des grandes marées, permettent de fixer cette montagne de sable sans cesse remaniée par le vent.

 

la grande plage d'oléron

 

Une étape sur les chemins de la migration

Si la couleuvre et le lézard ocellé, le plus grand lézard d’Europe, ont élu domicile à l’arrière des dunes, les oiseaux constituent la population la plus importante de l’île. Puffins et pétrels s’arrêtent sur cette côte pour la nidification. Les oiseaux migrateurs (échasses blanches, goélands et gorge-bleue) interrompent leur course vers le soleil pour une escale à Oléron. Ils trouvent sur la Grande Plage un environnement calme et ensoleillé et les dunes leur offrent un abri providentiel.

 

la grande plage d'oléron

 

L’appui de la forêt de Saint-Trojan

La Grande Plage est adossée à la magnifique forêt dunaire de Saint-Trojan, pineraie plantée au XIXe siècle par les habitants de l’île pour fixer la dune. Ils récoltèrent eux-mêmes les cônes de pin dont ils plantèrent les graines. Durant l’année 1877, ils transportèrent et mirent en terre près de 6500 kgs de graines. Oléron résista ainsi à l’invasion des sables charriés par le vent et les marées.

 

la grande plage d'oléron

 

 

20/04/2013

* GOLFE DU MORBIHAN (France)

A l’abri des lames de l’Atlantique, le golfe du Morbihan forme sur les côtes françaises une mer intérieure, ciselée au sud de la Bretagne. Sur 300 km carrés, îles, rivières et marées esquissent une civilisation lagunaire dont le port du Bono souligne ici le charme singulier. Territoire indécis où s’accrochent encore des marins, le golfe captive plaisanciers et visiteurs par sa mélancolique beauté.

 

golfe du morbihan

 

Mystère de pierre dans l’île aux oiseaux

Le jour qui s’essouffle rosit les silhouettes massives des menhirs de l’île d’Erlannic. Ce minuscule bout de terre, domaine réservé des mouettes et des goélands, est le site mégalithique le plus étrange du golfe. Dans les années 1920, on y a trouvé les vestiges, datant de plusieurs milliers d’années, d’un culte peut-être dédié au Soleil.

 

golfe du morbihan

 

Paresse des coques dans le lit du chenal

Echancrée comme une dentelle, la côte dessine des ports naturels qui servent de refuges aux bateaux. Au lieu dit Le Passage, sur le bras de mer le plus oriental du golfe, les matins calmes hésitent à réveiller le chenal endormi et le centre ostréicole tout proche.

 

golfe du morbihan

 

Racines d’Armorique

Le petit monde du golfe est plein de personnages calfeutrés dans leurs souvenirs. Anciens marins, pêcheurs et artisans chevronnés peuplent les rives de cette enclave salée, y laissant les empreintes d’une culture profondément celte.

 

golfe du morbihan

 

Maisons encerclées, menhirs noyés

Dans l’anse de Moustran, près de Port-Blanc, le manoir de Penmern ancré près des eaux résiste aux humeurs des marées. Mais, au large, l’île d’Erlannic subit la fureur du flot ; un tiers de ses menhirs ont été engloutis.

 

golfe du morbihan

 

La civilisation des anciens garde le silence

Dans le tumulus de Gavrinis, un couloir conduit au tombeau. La décoration exceptionnelle fait de ce dolmen le site mégalithique le plus précieux du monde. Brisé, le menhir de Locmariaquer conserve les secrets de son origine.

 

golfe du morbihan

 

Au bord du plateau vannelais, le golfe du Morbihan s’étale sur 20 km de large et 15 km de long. Cette conque, commandée au nord par la cité de Vannes abrite environ 95000 habitants, dont une partie minime se consacre aux activités séculaires de la pêche et de la conchyliculture. A lui seule, le département du Morbihan produit 10000 tonnes d’huitres sur environ 600 exploitations dont une part non négligeable est installée dans le golfe.

 

golfe du morbihan

 

16/04/2013

* TURQUIE OTTOMANE

Au seul nom d’ "ottoman ", l’esprit européen rêve-t-il de charme oriental ou de cruauté barbare ?

 

turquie ottomane

 

En fait, l’empire de Soliman le Magnifique a réalisé un mélange subtil des deux : la Turquie de cette époque a consacré le mariage de l’Orient et de l’Occident pour le meilleur et pour le pire. Une épopée de plus de six siècles intimement mêlée à l’histoire de l’Europe qui faillit bien être gouvernée non depuis Vienne, Paris, Rome ou Londres, mais depuis Istanbul. 

 

turquie ottomane

 

Une vague de coupoles entre deux mers

Istanbul : les toits du harem de Topkapi dominent le détroit du Bosphore et la mer de Marmara. La Corne d’Or sépare la colline de Galata du centre historique.

 

turquie ottomane

 

Un rituel hérité de la Rome byzantine

Version orientale des thermes romains, le bain turc trouva dans la société ottomane qui succéda aux Byzantins son expression la plus élaborée : de grands architectes édifièrent des hammams aux coupoles ajourées de vitraux, tel celui de Cagaloglu.

 

turquie ottomane

 

Une seule dynastie régna plus de six siècles

Le sultan Mehmed II fit construire sa résidence à l’entrée de la Corne d’Or. Au XVIe siècle, Soliman transporta le sérail à Topkapi. Les empereurs y ont séjourné jusqu’en 1853. A Topkapi sont exposés les portraits des 36 padisahlar. Le salon du Sultan était l’une des plus belles salles de réception du harem.

 

turquie ottomane

 

Trois capitales pour un empire

Bursa est fière d’abriter les mausolées d’Osman, fondateur de la dynastie ottomane, de Bayezid 1er, de Mehmed 1er et Mourad II. Bursa fut la première capitale de l’Empire et le demeura jusqu’en 1413, date à laquelle Mourad 1er transmit ce rôle à Edirne. Mais en 1458, cinq ans après la chute de Byzance, le vainqueur Mehmed II décida d’installer sa cour dans la cité soumise, plus tard appelée Istanbul.

 

turquie ottomane

 

Dans les appartements de la reine-mère

Le sérail doit à Roxelane, la bien-aimée de Soliman le Magnifique, d’avoir fait œuvrer les meilleurs artistes et artisans de l’âge d’or pour décorer les salles du harem de Topkapi. Le Grand Législateur se doublait d’un poète et dédia une sorte de cantique des cantiques à sa favorite. Roxelane inaugura l’ère des reines-mères, véritables souveraines du harem.

 

turquie ottomane

 

Un style de vie qui a envoûté l’Europe

C’est sans doute dans l’architecture religieuse, ses dômes, ses flèches, sa lumière que les Ottomans ont le plus innové et ont réussi à répliquer au génie byzantin. Mais également dans les domaines de la décoration et de la parure, par l’intermédiaire des tapis et des miniatures, ils ont laissé les preuves d’un grand raffinement qui a séduit les Européens.

Les robes blanches tournent autour de Dieu

Dans leur danse mystique, les derviches tourneurs veulent incarner la ronde des planètes autour du Soleil afin de se rapprocher d’Allah. Leurs robes blanches figurent le linceul de la mort et, en tourbillonnant, ils arrivent à l’extase. Ils sont les disciples de Mevlâna, fondateur de l’ordre à Konya.

 

turquie ottomane

 

Istanbul, Konya, Bursa, Edirne sont des étapes obligées pour admirer les chefs-d’œuvre de l’art ottoman à son apogée.

 

turquie ottomane

  

11/04/2013

* HIMBA (Namibie)

HIMBA, PEUPLE EGARE (Namibie)

 

Au nord de la Namibie, dans le désert tourmenté du Kaokoland, les pasteurs himba ont bien du mal à préserver leur mode de vie ancestral, menacé par une longue guérilla. Ils ne sont plus que quelques milliers à perpétuer une morale rude et frugale fondée sur la présence éternelle des morts, incarnés dans leurs troupeaux. Leur passion pour la beauté corporelle en fait aussi d’admirables témoins d'une Afrique australe qui désormais s’efface.

 

himba (namibie)

 

Nymphes des rocailles, sculptées et parées

Les femmes himba, véritables statues vivantes, consacrent une bonne partie de leur temps aux soins du corps : elles s’enduisent quotidiennement la peau d’une pommade rouge à base de graisse animale et de roche pilée empruntée au désert. Et dans cette société à héritage matrilinéaire, elles ont un important pouvoir économique : elles sont propriétaires de la majeure partie du bétail.

 

himba (namibie)

 

Tout un arsenal de beauté au service de la société

Grâce à leur isolement géographique, les Himba n’ont pas comme les autres peuples herero, adopté les vêtements occidentaux. Leur costume est resté fort dépouillé. A base de cuir et de métal, il souligne plutôt le corps au lieu de le cacher : plus qu’un habit, c’est une parure strictement codée qui exprime l’âge, le statut social et marital de l’individu.

 

himba (namibie)

 

Une longue marche pour la bonne mine

Dans tout le pays himba, région aussi vaste que la Suisse, il n’y a que deux mines d’hématite, l’une en Namibie, l’autre en Angola sur la rive nord du fleuve Cunene. Les femmes cheminent parfois pendant plusieurs jours à pied pour aller extraire quelques blocs de ce minerai de fer qui sera broyé sur une meule puis conservé dans de petits poudriers en corne de vache.

 

himba (namibie)

 

Villages de huttes pétries à mains nues

Crépies avec un mélange de bouse, de cendre et d’argile, les huttes sont groupées en camps où vivent douze à quinze familles. Généralement vides la journée, car le troupeau est parti pâturer, les grandes enceintes d’épineux protègent la communauté et ses biens des intrusions nocturnes. Les petits enclos maintiennent le bétail séparé selon l’espèce, l’âge ou le sexe.

 

himba (namibie)

 

Guerre et paix autour d’un héritage colonial

Comme toutes les frontières héritées de l’époque coloniale, celles de la Namibie respectent fort mal la répartition ethnique. Les peuples herero, ovambo et bochiman sont également partagés entre cette ancienne colonie allemande (Sud-Ouest africain) et les Etats voisins : Angola, Botswana, République sud-africaine.

 

himba (namibie)