27/12/2013

* L'ARCHIPEL DES PARFUMS (Comores)

Emergeant des eaux de l’océan Indien, les îles Comores, cinq fois plus étendues que les Seychelles, volcaniques et coralliennes, parsemées d’essences tropicales, ont été marquées par l’Islam. Oubliées par la France coloniale, trois sont indépendantes depuis 1974. La quatrième, Mayotte, s’accroche à la présence française.

 

l'archipel des parfums (comores)

 

Les voiles bariolés d’un islam pacifique

La religion musulmane tient une place importante dans la vie comorienne. Les femmes sont voilées du chiromani, l’équivalent plus coloré du tchador iranien. Mais dans l’archipel, l’islam n’est pas militant et s’est accommodé des coutumes africaines de la majorité des habitants.

La capitale est Moroni. Un mélange indéfinissable et un peu âcre de girofle, de piment, d’ylang-ylang s’inscrit dans la mémoire olfactive.

 

l'archipel des parfums (comores)

 

Le volcan Karthala fume mais ne crache pas

Les Comores sont en effet un creuset de civilisations, l’un des plus anciens de l’océan Indien.  Les premiers colonisateurs sont les Chiraziens (les Perses) qui, après une première incursion au XIIe siècle, reviennent en nombre prendre pied sur ces petites îles qui ne semblent offrir aux Européens que peu d’intérêt.

 

l'archipel des parfums (comores)

 

L’activité économique n’a guère évolué. Culture et élevage sur des terres morcelées destinées à la satisfaction des besoins familiaux en légumes, fruits et viande pour les habitants des villages de brousse, poissons pour les gens de la côte.

 

Le cocotier, base de l’économie traditionnelle.

Le couvert végétal a été en très grande partie transformé par l’homme. Les forêts, qui recouvraient à l’origine la majeure partie des terres, de type subéquatorial sur les pentes les plus arrosées, ne subsistent qu’à l’état de lambeaux, menacés par les troupeaux et les défricheurs qui plantent des bananiers dans les sous-bois.

Bois et feuilles servent à la construction des cases et à l’artisanat, les noix à l’alimentation. La cocoteraie forme en fait une véritable forêt côtière, parsemée d’autres espèces d’arbres troués par de gros villages ou par des coulées de lave.

 

l'archipel des parfums (comores)

 

Un petit Etat à mi-chemin de Madagascar et de l’Afrique

L’archipel est formé de 4 îles principales : Ngazidja (Grande Comore), Moili (Mohéli) Ndzouani (Anjouan) et Maoré (Mayotte). Situées à 300 km de la côte africaine la plus proche (Mozambique) et à la même distance de la côte occidentale de Madagascar, les Comores occupent une position géostratégique de première importance : elles sont croisées en permanence par les pétroliers en provenance du Moyen-Orient. Les Comores, faute de ressources énergétiques et minérales, ne possèdent aucune activité industrielle.

 

l'archipel des parfums (comores)

 

18/12/2013

* ANDALOUSIE (Espagne) mes 23 séjours dans ce pays

andalousie (23 fois)

Rapsodie espagnole de sons, de costumes et de parfums, l’Andalousie joue de toutes ses couleurs.

C’est l’une des régions les plus contrastées su sud de l’Europe, avec ses trois sierras, sa Costa del Sol, ses déserts, ses vallées fertiles, ses immenses domaines où courent chevaux et taureaux de combat, ses cités d’art, ses usines et ses tours-champignons. L’ancien royaume arabe « Al Andalus », mosaïque de peuples, reste dans l’Espagne nouvelle le rendez-vous des mille ferias qui distillent grâce, violence latente et fierté.

andalousie (23 fois)

 

Dieu et diable enfourchent les mêmes montures

Pendant les fêtes de Pentecôte, avec ardeur et jusqu’à l’excès, l’Andalousie se réveille gitane. Dans cette terre ardente, hommes et bêtes sous pression se mettent en marche sur la route de Séville à Almonte, pour la plus grande procession de l’Occident chrétien.

 

Le flamenco n’attend pas le nombre des années

Près de cinquante jours par an, le peuple d’Andalousie danse dans la rue. Les groupes de pur flamenco se font de plus en plus rares dans les villes où les jeunes se trémoussent, comme dans toute l’Europe, au rythme du disco. Mais on a l’art gestuel dans le sang et la tradition se transmet. Dans les écoles de danse, on enseigne encore le flamenco : le vrai avec ou sans castagnettes.

 

andalousie (23 fois)

 

Mille chapelles pour conserver l’art de la fête

Toutes les fêtes exaltent le culte de Marie de façon presque idolâtre. Les pèlerins qui vont adorer la Vierge del Rocio remisent les chars des confréries dans des « garages » décorés comme des églises dont le style Renaissance ou baroque n’a rien d’austère. Toute l’Espagne du Sud se cache et se dévoile à travers le jour subtil de ses grilles en fer forgé.

 

andalousie (23 fois)

 

Au pays flamboyant qui fait chanter les pierres

D’ombre et de lumière, l’Andalousie est le croisement le plus réussi entre civilisations païenne et mystique. D’une rencontre entre une nature sauvage et un génie artistique éblouissant, est né un Extrême-Occident où se sont exprimés architectes, peintres, poètes et musiciens.

 

Grenade règne encore sur les neiges d’antan

L’Alhambra, la colline rouge, est l’acropole médiévale la plus majestueuse du monde méditerranéen. Les souverains arabes y bâtirent tours de guet et palais au pied de la Sierra Nevada. Ce n’était pas seulement un système de défense contre les envahisseurs mais le temple d’un art de vivre voluptueux. Irrigués par les sources de la montagne, les jardins prodiguaient une fraîcheur exquise.

 

andalousie (23 fois)

 

Jeu de mort aux arènes et sous les coupoles

Près de son fameux gouffre, les vénérables arènes de la ville de Ronda prennent à vol d’oiseau la forme d’un gracieux cratère modelé par un géomètre. Dans ce cercle se joue une cérémonie du sacrifice. C’est dans un autre style qu’on verse le sang du Christ sous les coupoles des églises où l’art baroque andalou exprime l’amour fou de la vie face à la mort.

 

andalousie (23 fois)

 

Les atouts d’une petite Californie européenne

En deçà de la Sierra Morena, de la vallée du Guadalquivir à la Costa del Sol, l’écart se creuse entre riches et pauvres ; et les nouveaux paysans veulent disputer le privilège de la fortune aux grandes familles des latifundia. Mais la civilisation rurale cède devant la fièvre urbaine : la jeune Andalousie aspire à devenir un pôle d’attraction et un fournisseur de la Communauté économique européenne.

 

andalousie (23 fois)

 

Mécènes de génie et princes de la tolérance

Le royaume « Al Andalus » a été huit siècles durant, pour les sujets d’Allah, l’antichambre du paradis : les conquérants arabes et berbères se sont révélés pour la plupart des monarques éclairés qui ont porté sur la terre d’Espagne l’art de vivre oriental à son apogée. Leur culture a fasciné l’Europe médiévale et, loin d’exclure les autres civilisations, ils les ont fait cohabiter pour qu’elles expriment le meilleur d’elles-mêmes.

 

Cordoue, l’une des cités reines du Moyen Age

La mosquée de Cordoue-la-Sainte était portée par mille treize colonnes jusqu’à la Reconquête catholique. Il en subsiste huit cent cinquante-six. Une cathédrale a été construite à l’intérieur sous Charles Quint. A Cordoue, où il n’y a plus de familles juives, la synagogue est un musée. Sommés par les Rois Catholiques d’abjurer ou de s’exiler, les séfarades, qui vivaient en bonne intelligence avec les Arabes et donnèrent beaucoup aux arts et aux sciences, ont été complètement occultés.

 

andalousie (23 fois)

 

Jerez, Xérès ou sherry ?

Les Britanniques qui l’appellent sherry en raffolent. Les Français qui en ont goûté d’autres et lui ont laissé son nom d’origine grecque, xérès, lui font la fine bouche.

Les espagnols, qui ne le connaissent qu’avec le « j » du mot jerez, le font mûrir, le mettent en tonneaux, le savourent, jeune et vieux et l’exportent. Entre Séville, Cadix et l’embouchure du Guadalquivir, la région de Jerez de la Frontera a en effet donné naissance sur sa terre calcaire, avec son air marin et son ensoleillement particuliers, à l’un des vins les plus réputés d’Europe.

 

andalousie (23 fois)

andalousie (23 fois)

andalousie (23 fois)

 

11/12/2013

* PAGAN (Birmanie)

PRES DU FLEUVE NAQUIT PAGAN (Birmanie)

Le crépuscule tombe sur l’Irra-waddy, fleuve de vie de la Birmanie. Sur ses rives, une puissante dynastie édifié il y a mille ans sa capitale, Pagan. Des monuments innombrables y furent élevés à la gloire du Bouddha. Puis le royaume de jadis s’écroula. Mais il a laissé là, au bord des eaux, un site archéologique extraordinaire, témoin d’un bouddhisme très vivant dans une république socialiste.

pagan (birmanie)

 

Fils du Bouddha pour quelque temps ou pour la vie

Très jeunes, entre 8 et 12 ans, les garçons suivent les rites d’initiation des bonzes. Mais le « shinpyu » ou accession à l’état de moine bouddhiste, n’est assorti d’aucun vœu.

 

pagan (birmanie)

 

Les mille et une statues de l’illuminé

Le Bouddha est présent partout à Pagan. Le grand Bouddha d’or du temple d’Ananda gisant de 18 mètres de long, bénit les soldats en mission, ou les moines en pèlerinage. Il y a aussi ceux que les pilleurs ont éventrés ou dépouillés de leur revêtement précieux. Et enfin, ceux qui ont été mis à l’abri dans le musée.

 

pagan (birmanie)

 

Restauration limitée, faute de moyens

Endommagé par l’âge et les tremblements de terre, le temple de Gôdôpalin a été reconstruit. Mais c’est une exception. Les rares restaurations sont le plus souvent effectuées par les habitants. La Birmanie est trop pauvre pour entretenir ses monuments.

 

 

pagan (birmanie)

 

Artisans et paysans à l’ombre des temples

Dans la zone archéologique, l’ancienne capitale de la Birmanie n’est plus qu’une calme bourgade. Le haut lieu de l’art bouddhiste se consacre avant tout aux activités traditionnelles.

 

Un trésor archéologique dans le Triangle d’or

A l’extrémité occidentale de l’Asie du Sud-Est, la Birmanie n’a pas échappé au sort mouvementé de cette partie du monde. Plusieurs fois au cours de son histoire elle a été envahie par les Mongols, dans les temps anciens ; par les Britanniques, qui l’annexèrent purement et simplement à leur empire des Indes ; par les Japonais, pendant la dernière guerre mondiale. A cela s’ajoutent d’innombrables révoltes et guerres tribales entre les diverses ethnies qui composent sa population. Cette instabilité n’a pas entièrement disparu. En plein « Triangle d’Or », les montagnes humides de la Birmanie sont particulièrement aptes à la culture du pavot que les paysans trouvent bien plus rémunératrice que les cultures traditionnelles.

 

pagan (birmanie)

 

La Birmanie, très peu industrialisée, jouit néanmoins de l’autosuffisance alimentaire et exporte même un peu de riz.

 

pagan (birmanie)

 

05/12/2013

* LA VALLEE DE CHAUDEFOUR (France)

Au cœur du parc régional des Volcans d’Auvergne, à une quarantaine de km au sud-ouest de Clermont-Ferrand, la vallée de Chaudefour, que dominent les crêtes du massif de Sancy, est sculptée de ravins et d’aiguilles rocheuses. Cet ancien cirque glaciaire fait partie du massif des monts Dore, un vaste ensemble de volcans éteints.

La vallée de Chaudefour constitue un bon exemple de vallée glaciaire. Des pics de lave étranges, appelées « dents », émergent de la forêt qui tapisse son fond. Tout autour se profilent plusieurs sommets, les puys, cimes des volcans éteints, et notamment le point culminant du Massif central, le puy de Sancy (1885 m).

 

la vallée de chaudefour (france)

 

Une très ancienne formation géologique

Deux cratères effondrés il y a 2,5 millions d’années ont formé les contours de la vallée de Chaudefour, qui s’élève entre 1135 m à son seuil et 1854 m au puy Ferrand. La vallée a été modelée par les glaciers qui ont recouvert ces montagnes au pléistocène (début de l’ère quaternaire) et les torrents ont fini de tracer les sillons de ce prospère réservoir écologique. L’ouverture du crique, orientée nord-est, se trouve entre Besse-en-Chandesse et le col de la Croix-Saint-Robert ; elle est traversée par le Couze Chaudefour, rivière qui alimente le lac Chambon.

 

la vallée de chaudefour (france)

 

Cernée par les puys

On accède à ce site protégé par un étroit passage en chicane qui, au-dessus du chalet Sainte-Anne, se faufile entre des parois rocheuses. Depuis le puy de Champgourdeix, la vallée s’offre au regard ; à perte de vue, ce ne sont que pâtures ondulées, piquées de bosquets charnus, ourlées de forêts de hêtres florissantes. Par beau temps, le puy de Dôme se profile à l’horizon, au nord-est. La vallée compte plusieurs curiosités géologiques : la Dent de la Rancune, la crête du Coq et plusieurs cascades comme la cascade de la Biche.

 

 

la vallée de chaudefour (france)

 

Diversité écologique

Mouflon, chamois, faucun pèlerin, marmotte, blaireau, la mascotte des lieux, sont parmi les nombreux occupants de cette région située à la confluence des trois climats, méditerranéen, océanique et continental. Plus de mille espèces végétales, dont certaines très rares, occupent le milieu. Certaines sont de véritables reliques glaciaires comme la jasione et la biscutelle d’Auvergne. Lys martagon, saules des Lapons, gentianes et droséra, une plante carnivore des tourbières, sont ici sous haute protection.

 

la vallée de chaudefour (france)

 

La gentiane protégée

Haute de plus de 1,50 m, Ventiana lutea, la gentiane jaune sauvage, se couvre de fleurs jaunes dès le mois de juin. Cette suzeraine des montagnes peut vivre 50 ans… Sa racine, profondément enfouie dans le sol, peut mesurer un mètre et peser 5 kgs. Cueilli à l’aide d’une fourche spéciale, ce rhizome, lavé et coupé, est mis à macérer dans l’alcool un an. La décoction sert ensuite à fabriquer une liqueur ambrée dont l’amertume réconfortante est célèbre.

 

la vallée de chaudefour (france)