26/09/2014

* LA LIBYE

Etat moderne bâti sur une immense cité désertique, la Libye est le pays le plus riche d’Afrique.

la libye

 

La côte, et le reste n’est que désert

Le sable plat ou les dunes couvrent 95 pour cent du pays. Depuis des siècles, l’essentiel de la population vit sur la côte méditerranéenne. Seuls les bédouins osent affronter la chaleur et le froid rude du désert.

 

Les verts microsillons du Sahara

La Libye a lancé un défi étonnant : cultiver le désert. Le blé pousse en sillons courbes sur 15000 hectares grâce à la découverte d’une énorme réserve d’eau souterraine et aux techniques d’arrosage circulaire. Mais l’investissement n’est pas toujours rentable, menacé parfois par des nuées de criquets.

 

la libye

La femme se libère mais le Coran veille

Le pays est fier de la condition nouvelle des Libyennes. L’armée leur a donné la liberté et la dignité. Elles ne jouissent pas encore, pour autant, de tous les droits de la femme. Les baigneuses sont contraintes de conserver leurs vêtements en public. Les mères se baignent en robe, les filles en maillot de bain décent.

 

la libye

Un trésor au fond du sable

Comme trois fois la France, la Libye est le quatrième Etat africain par la superficie. Seule la bande côtière, large en moyenne de 100 km, reçoit des précipitations. Plus au sud, le climat continental désertique règne dans toute sa rigueur, avec des nuits hivernales où la température peut descendre à – 12°C et des journées estivales où elle peut dépasser les 58°C.

 

la libye

 

La Libye appartient au  club des pays riches. Les statistiques la classent juste avant la Grande-Bretagne et l’Italie 70 pour cent du produit national brut et 90 pour cent des recettes en devises proviennent de la vente du pétrole. Outre le pétrole, la richesse principale est le gaz naturel. Quant à l’agriculture, son intérêt est encore minime. A une soixantaine de km de Tripoli, sur la terre arasée, 24000 ha aménagés présentent un aspect verdoyant. L’ensemble, accessible grâce à 300 km de routes asphaltées bordées d’arbres, a été divisé en quatre zones, dotées chacune d’une petite ville nouvelle avec une mosquée, une école, un café, un marché, un dispensaire, un bureau de poste, une librairie, une coopérative. Le lieu-dit Ouadi et Ramli, « la vallée du diable », a été rebaptisé « la vallée verte » par les paysans.

L’élevage (ovins et caprins) est en progrès croissant.

 

la libye

  

Commentaires

MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE ARTICLE

Écrit par : trafic organique | 28/09/2014

Répondre à ce commentaire

merci à "trafic organique" de votre réponse et de votre visite.

Écrit par : josiane | 28/09/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.