30/10/2014

* ANNAPURNA (Népal)

ANNAPURNA, sanctuaire menacé (Népal)

Au Népal, en plein cœur de la chaîne de l’Himalaya, le massif de L’annapurna, dont plusieurs sommets dépassent 8.000 mètres d’altitude, fait le bonheur des alpinistes et des adeptes du trekking. Mais le développement rapide et mal maîtrisé de ce nouveau mode de tourisme engendre de graves problèmes écologiques. Pour protéger la beauté des sites, les Népalais inventent une forme de parc national qui intéresse concrètement les populations à la sauvegarde de leur patrimoine.

 

annapurna (népal)

Marches de géant pour grimper vers le gite

Essentiellement agricole, le Népal cultive ses terres jusqu’à la moindre parcelle. Dans la haute vallée de la rivière Kalo Gandaki, les rizières en terrasses découpent le flanc des montagnes en un puzzle verdoyant.

annapurna (népal)

 

Cheminement des bêtes pour aborder le colosse

Avec l’altitude, l’oxygène se raréfie et la végétation se rabougrit. Sur les chemins qui s’élèvent vers le sanctuaire de l’Annapurna, chevaux et mulets peinent sous le poids de leurs lourdes charges. Mais ces caravanes restent le plus sûr moyen d’acheminer vers les hauteurs les vivres et matériaux indispensables à l’organisation des trekkings.

Sur les collines monumentales, sculptées à la houe par des gestes chaque année répétés, des terrasses verdoyantes s’étagent depuis les vallées, cédant à regret la place aux pâturages et aux forêts. Des hommes ont tracé jour après jour leurs routes sur les sentes où les mules même ne passent pas. Combien de voyageurs, enthousiastes ou sceptiques, sont revenus transformés de leur première visite dans l’Himalaya, fascinés par les plus hauts sommets du monde ou encore par cette religion, le bouddhisme, qui a exploré le fond de l’âme humaine et élaboré en ses temples inaccessibles des perspectives pratiques et métaphysiques inspirées par un étroit contact avec la nature.

 

annapurna (népal)

Eternel fardeau de la misère

Tous ne profitent pas également des richesses engendrées par le tourisme et de nombreux paysans connaissent une existence précaire, ils doivent toujours aller loin chercher l’indispensable bois de chauffe et le porter à dos d’homme.

Pour eux, les exigences de l’écologie ne signifient pas grand-chose face aux dures réalités quotidiennes.

L’Annapurna est sans doute le lieu du monde où l’idée de sérénité, de paix et d’harmonie entre homme et nature est la plus perceptible. La simplicité chaleureuse des rapports humains participe autant à la grandeur des lieux que les neiges éternelles et leur cortège de pics étincelants. Si l’industrie du tourisme y est florissante, il est heureux que les hommes qui y vivent, loin d’être exclus, fassent partie intégrante de la splendeur du site.

 

annapurna (népal)

 

Les commentaires sont fermés.