30/11/2014

* POMPEI DE L'AFRIQUE NOIRE

La tradition locale l’appelait Djenné l’ancienne et la légende chantait sa prospérité. Au cœur du Mali, la cité disparue fondée en 250 avant notre ère et qui connut son apogée entre le IXe et le XIe siècle. Hypothèse probable : la plus vieille ville d’Afrique noire a été tuée par l’Islam, aussi sûrement que Pompei par le Vésuve.

 

pompei de l'afrique noire

 

Les urnes funéraires retrouvées sur le site de Djenné-djeno bouleversent l’histoire ; elles ont été enterrées entre l’an 300 et l’an 800 de notre ère. Elles démontrent avec d’autres objets exhumés, l’existence d’une ville commerçante et riche, bien avant la pénétration de l’Islam qui, croyait-on, avait apporté à l’Afrique noire la civilisation urbaine.

 

Son et lumière à Djenné : l’Afrique d’il y a mille ans

Les habitants de Djenné ont reconstitué dans une des habitations mises au jour le cadre de vie qui était celui de leurs ancêtres il y a un millénaire. Chaque femme du maître des lieux disposait d’une maison pour elle-même et ses enfants. Le poisson était fumé sur les foyers extérieurs, les détritus jetés dans des fosses creusées à proximité.

pompei de l'afrique noire

 

Veillant sur tous, un dieu androgyne

Une silhouette androgyne retrouvée, unique en son genre, avait sans doute un caractère religieux. Le culte du serpent a été célébré au Mali jusqu’au 19e siècle. Des pièces archéologiques très variées, perles, bagues, figurines, ont été retrouvées au cours des fouilles. Les instruments de pêche, couteau, tête de harpon, hameçon et fer de lance, font de Djenné-djeno le plus ancien site de l’âge du fer retrouvé en Afrique noire.

 

pompei de l'afrique noire

Une ville meurt quand sa sœur naît

Deux Djenné se sont succédé dans l’histoire

Bâtie à partir de 250 avant J.C. sur le delta intérieur du Niger, au cœur du Mali, Djenné-djeno (l’ancienne) a connu son apogée de ville commerciale et prospère entre 800 et 1000 de notre ère. Cité païenne, elle a été peu à peu abandonnée par ses habitants convertis à l’Islam. Ceux-ci fondaient à trois kilomètres la Djenné actuelle, dont la mosquée est la plus importante d’Afrique de l’Ouest.

 

pompei de l'afrique noire

Une cité qui grandit sur ses ruines

Enfouie profondément dans le sol, la mémoire de la ville.

Les premiers habitants de Djenné, vivent dans des huttes circulaires en jonc tressé. La seconde phase d’occupation, qui va de 300 à 800, révèle l’emploi d’urnes pour les sépultures. Les maisons, bâties en boue du fleuve, sont fragiles et s’effondrent souvent. De nouvelles demeures sont reconstruites sur les débris des anciennes. La ville, ceinte en l’an 800 par une muraille, s’est ainsi littéralement élevée sur elle-même. Les maisons sont alors plus solides, les fosses à détritus descendent jusqu’aux premiers niveaux d’occupation. L’artisanat local, poteries, bijoux, armes, statues, montre la même progression vers la richesse et le raffinement.

 

pompei de l'afrique noire

  

26/11/2014

* LE JAPON

A la différence de la vieille Europe, le Japon n’est pas entré dans l’avenir à reculons. Le bond en avant, l’empire industriel du Soleil-Levant le pratique comme un sport national et sans craindre d’y perdre son âme. Quand on a de solides racines culturelles, et le génie de l’assimilation, on reste toujours soi-même. Le Japon bâtit le futur avec les vertus de ses pères. Et il a dépassé le temps de l’imitation des modèles occidentaux. C’est lui qui donne le top.

le japon

 

Dès la tendre enfance, on serre la vis

On joue à l’automate avant d’être un écolier programmé. Très tôt, l’enfant s’amuse avec des robots et des jeux vidéo. A cinq ans, les petits garçons passent leurs premiers tests d’aptitude.

 

le japon

L’Empire de verre au Soleil Levant

Tokyo ne cesse de s’agrandir. Les tokyoïtes se repèrent aux buildings de plus de 40 étages et de plus de 200 mètres de haut qui s’éclaboussent d’éclats de lumière. Les gratte-ciel sont construits d’un seul bloc, en un an. C’est le record de vitesse de la construction de ces géants, qui résistent bien aux secousses telluriques.

le japon

 

Les rois de l’automobile dans le lit d’Eros

A l’étroit dans leurs foyers, les couples légitimes japonais eux aussi sont très friands de love-hôtels. 2.500 de ces nids d’amour payants sont disséminés dans le pays, anonymat garanti. Avant des ébats plus intimes, les partenaires se lancent un oreiller ; c’est paraît-il parmi les préliminaires, le meilleur des stimulants érotiques.

 

La nouvelle Société du Pacifique

Le Japon est trop petit pour ses millions d’habitants. A Shinjuku, dans le centre de Tokyo, on a construit sous terre un centre commercial troglodyte où grouille une ruche de boutiques. Mais c’est sur l’océan, à Okinawa, que l’on a bâti Aquapolis, une ville flottante pesant 28.000 tonnes qui s’élève à 30 mètres au-dessus des flots. Rivée aux fonds marins par 16 ancres, cette ville peut recevoir 2.400 personnes.

Une des premières découvertes du voyageur à son arrivée est que le Japon est double. L’Occidental qui vient y chercher le Japon des kimonos et des pagodes aura son content d’exotisme. Mais il découvrira aussi des usines ultramodernes, des trains super express et les gratte-ciel de Tokyo. Une copie de l’Amérique ? Non. Plutôt un Nouveau Monde qui souvent va plus vite et plus loin que nous. Cet Extrême-Orient est, en même temps, un Extrême-Occident. Le Japon est-il un pays de tradition ou de rupture ? C’est la rupture qui l’emporte. Ce peuple, longtemps nationaliste et militariste à outrance, est devenu internationaliste et foncièrement épris de paix.

le japon

 

L’Empire du Soleil-Levant

L’archipel nippon signifie « Soleil-Levant » se compose de quatre îles principales : Honshu, Hokkaldo, Kyushu et Shikoku, et de plus de 3.500 petites îles soit 26.500 km de côtes. Il est couvert de montagnes d’origine volcanique (une soixantaine de volcans en activité sur les 600 du pays). Religion : shintoïsme et bouddhisme.

le japon

 

 

21/11/2014

* LE COSTA RICA

LE COSTA RICA, un joyau couleur chlorophylle

Au cœur de l’Amérique centrale et à la charnière des deux Amériques, le Costa Rica vous invite à plonger dans une faune et une flore exceptionnelles …

Véritable paradis vert, le Costa Rica a tout pour faire rêver. Entre Equateur et tropique du Cancer, une douzaine de microclimats ont créé un grand foisonnement de milieux naturels et de paysages magnifiques. Depuis la mangrove et les lagons coralliaires jusqu’aux forêts dont on peut effleurer la fabuleuse canopée, en passant par les volcans majestueux de la cordillère centrale, le Costa Rica propose un voyage au cœur de la nature.

 

le costa rica

 

Presque aussi vaste que deux fois la Belgique, ce pays est situé entre deux continents, entre le nord et le sud, entre la mer des Caraïbes et l’océan Pacifique.

Cette mince bande de terre et de montagnes fait à peine 270 km entre les deux côtes et s’étire sur 380 km. Passage obligé pour de nombreuses espèces en migration, le pays est un couloir d’échanges biologiques.

 

le costa rica

 

Résultat : une biodiversité extraordinaire y foisonne, avec presque 5 % des espèces animales et végétales de la planète ! Ce paradis héberge notamment plus de 857 espèces d’oiseaux ainsi que toutes sortes de batraciens et un opulent florilège de plantes tropicales. Sans oublier les insectes et les papillons qui vivent dans les forêts, véritables cathédrales d’émeraude aux arbres gigantesques pris d’assaut par les orchidées et les épiphytes. Cette impressionnante variété faunistique est à l’abri dans plus de 15 parcs nationaux et toutes sortes de réserves biologiques et aires protégées. Plus d’un quart du pays est ainsi rigoureusement protégé.

 

Le royaume de l’or vert

Arrivé en 1502 sur ses côtes, Christophe Colomb pensait y avoir trouvé un nouvel Eldorado, baptisant sa découverte « Costa Rica » ou « côte riche ». Pas la moindre trace d’or pourtant. Mais une autre richesse, à l’époque impalpable, sur laquelle ce pays de cocagne se félicite aujourd’hui d’avoir tout mise : une nature aux allures de paradis.

 

L’Amazonie costaricienne

Le point de départ obligé est l’aéroport international de San José, la capitale du pays. Direction le parc national de Tortuguero, dans la province de Limon, surnommé « Amazonie costaricienne ». Entre mer et forêt, il se découvre après quelques heures d’une route qui frôle les nuages, puis descend vers la mer des Caraïbes à travers vallées et montagnes volcaniques. C’est la cordillère centrale, l’épine dorsale du pays.

 

le costa rica

De l’œuf à la mer

Toute proche du village coloré de Tortuguero, la mer des Caraïbes gronde le long des immenses plages. Ces dernières voient la ponte et la naissance des grandes tortues marines.

 

le costa rica

Des nuits magiques

Au cœur de la forêt, la nuit est fascinante. Averses orageuses, chuintements, roucoulements, coassements, sifflements, craquements et autres murmures hantent la futaie. Jusqu’à l’aube, où les singes hurleurs et leurs cris rauques prennent le relais …

 

La réserve forestière de Monteverde

C’est au centre du pays et dans la sierra de Tilaran, dominant les derniers contreforts du Pacifique, qu’on peut parfois voir au loin, la « montagne verte ». Elle se mérite après des heures sur une route en montagnes russes, où se trouve la bourgade de Santa Elena. La région offre des serres à papillons, des fermes d’élevage de reptiles et de batraciens, des observations de colibris …

 

le costa rica

De magnifiques volcans

Parmi les plus beaux volcans du pays, l’Irazu culmine à 3432 mètres, avec son cratère rempli d’eau couleur émeraude. Autre volcan, le Poas (2708 mètres) aligne plusieurs grands cratères, dont deux sont remplis par des lacs aux couleurs étranges. Le Botos est le plus méridional et renferme un lac naturel, parmi les plus acides du monde.

 

le costa rica

Partout au Costa Rica, le spectacle de la nature est permanent et donne un délicieux goût de paradis.

 

15/11/2014

* FES, ville lumière (Maroc)

Vingt fois capitale impériale, réputée pour son rayonnement culturel, religieux et commercial, Fès occupe une place à part dans le Maroc et dans le monde musulman. Venue d’un autre âge, elle se plaît à nous mettre au défi de découvrir ses mystères, de dévoiler son âme.

fès,ville lumière (maroc)

 

Sur l’océan de terrasses, les nefs vertes du Prophète

Fès el-Bali, l’immense médina, a gardé ses structures médiévales. Fondée il y a près de 1200 ans, Fès devint très vite une grande cité. L’afflux d’exilés politiques musulmans provenant d’Espagne et de Tunisie lui fit franchir, en peu de décennies, des étapes qui s’étalent d’ordinaire sur des siècles. Héritière des traditions et du raffinement de l’Andalousie mauresque, son renom est immense. On la considère comme l’ "Athènes d’Afrique".

fès,ville lumière (maroc)

 

La palette fantastique des alchimistes du cuir

Chouara, le quartier des tanneurs, est le plus ancien, le plus typique, mais aussi le plus malodorant des centres artisanaux de Fès. Trois mille peaux de veau, de mouton et de chèvre aboutissent tous les jours pour être nettoyées et teintes. Pour les colorants, on utilise des noyaux de dattes de l’huile de palme, des écorces de grenade.

 

fès,ville lumière (maroc)

Les quarante métiers de la caverne d’Ali Baba

Les artisans sont répartis en une cinquantaine de corporations. De l’orfèvre qui grave la pièce unique au modeste fabricant de babouches, c’est sur eux que repose l’économie de la cité. La réputation de Fès en matière d’artisanat va de pair avec sa renommée religieuse et culturelle.

 

fès,ville lumière (maroc)

La Karaouine est la plus vaste mosquée d’Afrique du Nord

Elle fut construite en 859. Vingt mille fidèles peuvent s’y recueillir ensemble. Elle compte 18 portraits majestueux, 270 colonnes, des vasques somptueuses pour les ablutions rituelles, le plus ancien minaret du monde musulman, la plus vieille bibliothèque publique, l’horloge la plus antique.

fès,ville lumière (maroc)

 

Au cœur d’une ruche humaine, un joyau de l’Islam

Fès se compose de trois cités : la « ville nouvelle », d’inspiration européenne ; Fès el-Djedid, la capitale des Mérinides, où se trouve le palais royal ; enfin Fès el-Bali, le « vieux » que certains préfèrent appeler le « vrai ». C’est là que naquit la ville il y a 1200 ans et qu’elle se développa rapidement avec la venue d’étrangers de différentes origines.

 

fès,ville lumière (maroc)

Fès reste une très importante ville universitaire

Plus de 100.000 étudiants et élèves sont inscrits aux cours. Les vieilles facultés ont été abandonnées, mais de nouveaux locaux ont été aménagés. Garçons et filles, venus souvent de pays lointains, reçoivent un enseignement de qualité et donnent, par contraste, à la vieille cité un surprenant air de fraîcheur.

 

fès,ville lumière (maroc)

 

10/11/2014

* LA CAMARGUE (France) mon voyage en 2004

Située à l’ouest de la Provence, la Camargue est sans conteste la région la plus sauvage et la plus intacte de France. Balade au gré des marais baignés de soleil, de calme et de sérénité …

 

la camargue

 

Des chevaux et des oiseaux !

L’étendue de terre comprise entre la mer, le Grand-Rhône et le Petit-Rhône est en grande partie recouverte d’eau saline. Ces eaux chaudes et peu profondes forment des marais et des lagunes abritant d’innombrables oiseaux qui viennent y nicher. Les espèces migratrices s’y retrouvent en masse pour passer l’hiver. La Camargue est la seule région d’Europe où couve le flamant rose : pas moins de 10.000 à 13.000 couples viennent s’y nidifier.

Mais qui dit Camargue, dit aussi chevaux … De petits chevaux blancs semi-sauvages, appelés camargues, comme le célèbre Crin-Blanc.

la camargue

Avec son mistral violent et sa lande pelée, le pays ne semble pourtant pas très accueillant ! Mais le camargue est un cheval résistant. Les gardians ou cow-boys de la région s’en servent pour l’élevage des taureaux noirs, une autre espèce réputée par ici. Les taureaux participent à des combats « respectueux » au cours desquels, contrairement à la corrida espagnole, la bête n’est jamais mise à mort. Le raseteur doit se saisir d’une rosette placée entre les cornes. Les taureaux sont les véritables vedettes de la feria provençale.

la camargue

 

Les Saintes-Maries-de-la-Mer

La plupart des touristes viennent en Camargue pour s’immerger en pleine nature. Les nombreuses manades, les ranchs de la région, permettent de sillonner les environs à cheval.

La Digue à la mer reste le lieu de prédilection des randonneurs et des cyclistes. La digué a été élevée pour protéger la zone naturelle contre les assauts de la mer lors des tempêtes. Elle s’étend du phare de la Gacholle aux Saintes-Maries-de-la-Mer, la capitale régionale. La Camargue n’est jamais plus belle qu’au printemps et en automne, lorsque les pluies verdissent le paysage.

 

la camargue

 

Avec ses rues piétonnières et ses échoppes de poissonniers, la ville elle-même séduisait déjà Vincent Van Gogh, qui a immortalisé sur une toile les charmantes barques de pêcheurs.

Ne manquez pas non plus la petite ville médiévale d’Aigues-Mortes, à la pointe la plus occidentale de la Camargue. Elle abrite à peine 5.000 habitants derrière ses impressionnantes murailles et ressemble de loin à une forteresse.

la camargue