07/12/2014

* BAÏKAL SACRE (Sibérie)

Le père des lacs, l’"œil bleu de la Sibérie", immense mer d’eau douce gelée pendant la moitié de l’année, est menacé par la pollution industrielle. Pendant plusieurs mois, on peut traverser le lac à pied, à traîneau ou même en camion. La couche de glace qui le recouvre est, par endroits, épaisse de plus d’un mètre.

baïkal sacré (sibérie)

 

Pas besoin de frigos pour la conservation

Par les trous percés dans la glace, les hommes du kolkhoze-pêcherie, aidés par des chevaux, remontent les filets. Carpes et amouls frétillent et sautent dans l’air plus froid que l’eau dont ils ont été arrachés.

baïkal sacré (sibérie)

 

Une eau si pure qu’elle en est indigeste

Depuis toujours, les habitants des petits villages à maisons de rondins des alentours utilisent l’eau du lac Baïkal comme eau potable ; la pollution inquiète d’autant plus ces villageois. En fait, cette eau est tellement déminéralisée qu’on peut presque la comparer à de l’eau distillée. En raison surtout du filtrage constant que lui font subir les épichuras, minuscules crustacés dévoreurs de matières organiques.

 

baïkal sacré (sibérie)

La pression écrase les instruments de métal

Le lac Baïkal est profond de plus de 1700 m.

A ce palier, la pression est de 160 atmosphères. Il suffit de 25 atmosphères à peine pour broyer un tube métallique. Ces coméphores vivent pourtant dans les profondeurs. A forte teneur d’huile, ils sont très appréciés des phoques.

 

baïkal sacré (sibérie)

La plus grande masse d’eau douce du monde

Le lac Baïkal est long de 635 km et large de 80. Ses 23.000 km3 d’eau représentent 80 % des disponibilités de l’URSS et 5 % de celles du monde entier. Il est alimenté par 336 cours d’eau, mais ne donne naissance qu’à un seul : l’Angara qui se jette à 1800 km dans le « père » lénisséi.

 

baïkal sacré (sibérie)

  

 

Les commentaires sont fermés.