16/12/2014

* L'EGYPTE (mon voyage en 2001)

Un sourire sauvé des eaux et de l'oubli

Ramsès II, à Memphis. Son règne (1301 avant J.C. à 1235) marque l’apogée de la science égyptienne, bien que ce roi passait sa vie à guerroyer et à élever des monuments à sa propre gloire.

A Gizeh, quarante siècles de l’histoire de l’Egypte. Chéops est haute de 137 mètres ; il faut un bon quart d’heure à un grimpeur aguerri pour atteindre, au sommet, la plate-forme de 10 mètres de côté.

 

pyramides.jpg

 

Les morts mieux logés que les vivants

En Egypte, la plus belle maison, c’est toujours la dernière demeure. En Moyenne Egypte, près de Minièh, le Nil caresse la nécropole musulmane située au sud du petit bourg de Zaouiyet et-Nasser. Les tombes et les dômes sont en pierre et non en boue séchée, car les « maisons d’éternité doivent durer des millions d’années ». A des époques déterminées, les habitants de Minièh vont déposer sur les tombeaux des dattes et des branches de palmier.

nil.jpg

Le fellah gagne la guerre du désert

C’est à l’ouest du Nil que s’étend la « nouvelle vallée » dont la dépression traverse le désert de Libye. Le long de celle-ci s’alignent les plus grandes oasis du pays où des femmes à pied précèdent les montures des hommes. Cette zone cultivable doit son nom à un vaste projet de développement qui permettrait de gagner sur le désert des centaines de milliers d’hectares.

désert.jpg

Nil, le dieu dompté

Le Nil, domestiqué par un haut barrage, porte vers Le Caire des voiles de felouques gonflées d’espérance. Mais, dompté, le dieu se venge et certains redoutent les retombées écologiques.

felouques.jpg

Assouan, le nouveau maître du Nil

Le volume du barrage d’Assouan est 17 fois plus important que celui de la pyramide de Chéops. Les paysans irriguent encore leurs cultures à l’aide du chadouf, la perche mobile qui leur sert à puiser de l’eau. Les felouques qui voguent devant le temple de Deir el-Bahari, finissent leur voyage sur les canaux rectilignes du delta, bordés d’une route.

assouan.jpg

Des esclaves mécaniques pour les rois

A Abou Simbel, pour sauver le chef-d’œuvre des architectes de Ramsès II, il a fallu remonter temples et colosses de pierre de 60 mètres, construire une digue pour contenir la montée des eaux du fleuve, et découper tous les temples en 1305 blocs dont certains atteignaient 30 tonnes.

abou simbel.jpg

Le temple d’Isis a déménagé d’une île à l’autre

Pour le préserver d’une érosion mortelle, on entreprit de démonter le temple d’Isis à Philae. On l’entoura auparavant, d’une vaste ceinture de poutrelles d’acier mesurant 900 mètres de circonférence. Il repose maintenant sur l’îlot d’Agilkia, distant de 300 m du site de Philae.

isis.jpg

Suez, la voie royale des dollars

Le canal de Suez qui commence à Port-Saïd fait 195 km de long, 170 m de large et 20 m de profondeur.

suez.jpg

Les commentaires sont fermés.