27/03/2015

* LES CALANQUES DE PIANA (Corse)

Sur plus d’un millier de km de littoral, la Corse offre des paysages d’une variété incroyable, souvent sublimes. Sur la côte ouest de l’Ile de beauté, les calanques, en langue corse calanche, en offrent la plus spectaculaire illustration. Non loin de Porto, les calanches de Piana sont célèbres pour leurs splendides escarpements de granit rouge.

Entre Piana et Porto, la falaise est impressionnante depuis la route, accrochée  en  corniche à  quelques  centaines de mètres à la verticale du golfe de Porto. Mais ce qui fait la grande originalité du site, c'est la variété des formes des rochers de Piana. Le site est inscrit depuis 1983 au patrimoine mondial de l'Unesco.

Sculptés par un vent tourbillonnant, les rochers des calanches semblent veiller sur le golfe de Porto.

 

les calanques de piana (corse)

 

Des rochers sculptés

Les rochers de granit rose des calanches (ou calanche sans « s », puisqu'il s'agit du pluriel du mot corse calanca, « calanque ») ont été travaillés par des vents furieux et inspirés. L'érosion a rongé la roche jusqu'à des hauteurs vertigineuses, changeant chaque pan de falaise en décor poly­morphe. Quand le vent furieux arrache à la roche des cristaux microscopiques, ces der­niers viennent frapper les roches voisines et les usent inexorablement. Et si le vent tourbillonne contre les reliefs, la matière abrasive se trouve entraînée dans des mouvements circulaires et effectue un tra­vail de ponceuse.

les calanques de piana (corse)

 

La ménagère pétrifiée

Ainsi se dessinent ces reliefs qu'on pour­rait parfois imaginer sculptés par la main d'un artiste. L'écrivain Guy de Maupassant décrit ainsi les lieux dans Une vie (1883) : « Hauts jusqu'à 300 m (...) ces surprenants rochers semblaient des arbres, des plantes, des bêtes, des monuments, des hommes, des moines en robe, des diables cornus, des oiseaux démesurés, tout un peuple monstrueux, une ménagerie de cauchemar pétrifiée par le vouloir de quelque dieu extrava­gant ». C'est toujours vrai, vous croirez reconnaître ici une tête d'Indien, là celle d'un évêque, ailleurs une tortue, puis un aigle...

 

les calanques de piana (corse)

La roche et le maquis

Si on explore les contreforts des calanches, on peut craindre de s'égarer au milieu des rochers et du maquis au parfum d'anis. Certains raidillons coupent le souffle, mais ils mènent à des sites exceptionnels.

Dans le premier virage en épingle à che­veux, en arrivant de Piana, part un sentier étroit qui surplombe l'éperon rocheux. Il vous mènera jusqu'à une masse de granité où se découpe l'étonnante silhouette rouge d'un château fort.

 

les calanques de piana (corse)

 

Le château des calanches

 

La nature patiente a si bien travaillé les rochers de granité de Piana que des formes improbables se dressent aujourd'hui dans le maquis littoral. Si vous ne devez faire qu'un seul des itiné­raires pédestres, c'est bien celui qui mène au « Château-fort », un bloc de pierre découpé comme un donjon. Il plonge dans la partie la plus envoûtante des calanches et offre la plus belle vue sur le golfe de Porto. Il n'y a qu'ici et dans les Cyclades grecques qu'on puisse voir la mer « couleur lie-de-vin », telle que la décrivaient les auteurs anciens.

 

les calanques de piana (corse)

Commentaires

Ces photos sont incroyables, sorties tout droit d'un autre monde ! Décidément, l’île de Beauté porte bien son nom...

Écrit par : Marseille tourisme calanques | 05/07/2015

Répondre à ce commentaire

merci beaucoup à Marseille tourisme calanques de votre visite et de votre commentaire.

Écrit par : josiane | 06/07/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.