28/04/2015

* LES DEUX CATALOGNES

LES DEUX CATALOGNES, deux jumelles de taille différente

EN DEUX PARTIES

1ère partie : la Catalogne NORD

 

Les deux Catalognes, de part et d’autre de la frontière, ont un profil identique, l’une en format XL, l’autre en mini.

 

les deux catalognes

 

S’étendant du massif des Corbières, au nord, au delta de l’Ebre, au sud, la Catalogne historique forme un territoire d’environ 36000 km carrés, soit un peu moins que la Suisse. Avec seulement 4110 km carrés, la Catalogne Nord, qui recouvre le département français des Pyrénées Orientales, peut faire figure d’appendice. Pourtant, elle forme un ensemble géographique cohérent avec sa grande sœur espagnole. Longue de 230 km, la chaîne des Pyrénées qui les partage est percée d’une dizaine de cols qui relient leurs vallées. Toutes deux présentent un littoral (650 km au total) où alternent côtes rocheuses et longs cordons de plages. A la plaine de Perpignan (le Roussillon) correspond celle de Girona, aux contreforts du Capcir et du Canigou, les serras espagnoles … Un effet miroir qui se retrouve dans la mosaïque de paysages des deux Catalognes : hautes et moyennes montagnes, plateaux, vallées, plaines intérieures… D’où une commune biodiversité qu’illustrent, de part et d’autre, une quinzaine de parcs naturels. Ce n’est pas un hasard si celui du côté français porte le nom de Pyrénées catalanes.

 

les deux catalognes

 

La Catalogne Nord

 

A l’extrême sud de la France, le département des Pyrénées-Orientales s’enrichit de ses deux ouvertures, sur l’Espagne et la Méditerranée.

Pic de Sailfort. Du haut de ce sommet du massif des Albères, le regard embrasse la Côte Vermeille française et, au loin, la Costa Brava espagnole. Jusqu’en 1659, ces rivages bordaient un seul et même pays.

Notre-Dame-du-Château

Erigée près de Sorède, une chapelle du XVIIe siècle surplombe la vallée du Tech que domine le Canigou. A l’époque, ces terres appartenaient au royaume de Catalogne.

Vinça – Les nombreux torrents, qui descendent des pentes voisines du Canigou, et la création d’un lac de barrage ont fait de cette commune de la vallée du Têt une riche terre de vergers et de cultures maraîchères.

Etang de Cannet – En usage depuis le XIIIe siècle, les cabanes en sanils (roseaux marins) sont toujours employées par les pêcheurs locaux pour entreposer leur matériel. Certains y dorment les nuits d’été, après un dîner convivial autour d’une « bullinada » (matelotte) d’anguilles.

Sainte-Colombe-de-la-Commanderie – Au XIIIe siècle, les Templiers firent de ce village leur bastion au cœur du Roussillon, car la vue s’y étend des Pyrénées, au sud, jusqu’à la chaîne des Corbières, au nord. Cette dernière séparait alors la Catalogne du royaume de France.

Saint-Martin-du-Canigou

Nid d’aigle bâti vers l’an mille en surplomb d’une gorge abrupte, à 1100 m d’altitude, l’abbaye constitue l’un des tout premiers témoignages de l’art roman en territoire catalan.

Affaibli au nord, le catalan revient par le sud

Cette langue millénaire était menacée en France, mais l’influence économique de Barcelone lui a donné un nouvel espoir.

 

Perpignan, l’art de vivre ensemble

Les habitants du Roussillon aiment les chants, la danse, les processions, le rugby … et tout ce qui étanche leur soif innée du partage.

 

les deux catalognes

 

La place Arago fut pendant des années le rendez-vous dominical des danseurs de sardane. Dans la vieille ville, le quartier Saint-Jacques, fondé au XIIIe siècle est peuplé de gitans. Ces derniers ont formé plusieurs groupes réputés  de rumba catalane, tels que Tekameli.

Depuis 1416, la confrérie de la Sanch fait revivre, lors du Vendredi saint, la passion du Christ dans les rues de Perpignan. Le « regidor », vêtu de rouge, mène le cortège des pénitents.

 

Héritée des réfugiés espagnols, la sardane garde le parfum enivrant de la liberté

Cette ronde traditionnelle a été réintroduite en Catalogne Nord par les exilés républicains de 1939. On la danse en costumes folkloriques ou en habits de tous les jours, à la moindre occasion festive.

 

les deux catalognes

 

Entre plaine et collines

Formée d’un lacis de ruelles, la vieille ville de Perpignan s’étend entre la rivière Basse, au nord-ouest, et deux buttes : celle du quartier Saint-Jacques, au nord-est, et celle dominée par les remparts de la citadelle, au sud.

 

La Catalogne Nord : la terre aux deux attaches

Au gré des traités et des guerres, cette région s’est tournée tour à tour vers l’Espagne ou la France, avec la même ferveur.

 

La vallée qui protège ses secrets

A la pointe méridionale de la France, le Vallespir défend farouchement ses coutumes comme il défendait hier ses contrebandiers face aux gendarmes nationaux.

 

les deux catalognes

 

Le col d’Ares (1513 m d’altitude), marque la frontière franco-espagnole.

La région se baptise « pays de la pluie » pour ne pas être envahie.

Ferronneries romanes sur la porte de l’église Notre-Dame à Coustouges. Jusqu’au début du XXe siècle, le Vallespir était renommé pour l’antique savoir-faire de ses forgerons.

 

Un château d’eau à la lisière de l’Espagne

La comarque (contrée) du Valespir s’ordonne autour de la vallée du Tech, longue d’une cinquantaine de m. Le fleuve, alimenté par les torrents venus des versants boisés, prend sa source près du Roc Colom, point culminant de la région (2507 m). Au sud, celle-ci est bordée par la frontière espagnole qui court sur la ligne des crêtes.

Sur les hauts de Céret, la route de Fontfrède qui mène à l’Espagne offre un panorama majestueux sur les cimes du Canigou.

L’abbaye Sainte-Marie, à Arles-sur-Tech, abrite le plus vieux cloître gothique de la Catalogne Nord (XIIIe siècle). Elle est aussi célèbre pour son sarcophage en marbre blanc, d’où s’écoule toujours une eau pure, réputée miraculeuse.

Entre Argelès, sur la côte Vermeille, et Roses, sur la Costa Brava, un chapelet de criques et de villages ont échappé à l’appétit des promoteurs immobiliers. Paysage bucolique, à deux pas des stations et des plages bondées du littoral roussillonnais.

 

les deux catalognes

 

Avec ses vieilles bâtisses couleur ocre groupées autour de l’église Notre-Dame-des-Prats, Argelès-sur-Mer offre le visage d’un authentique village catalan.

Emblème de Collioure, la tour ronde de l’église Notre-Dame-des-Anges s’avance dans la mer telle une proue de navire. Il s’agit en fait d’un ancien phare médiéval, qui fut transformé en clocher lors de la construction du sanctuaire en 1684.

 

Entre Pyrénées et Méditerranée

Long d’une soixantaine de km, le littoral qui s’étend d’Argelès (France) à Empuriabrava (Espagne) se distingue par ses rivages rocheux très découpés. Les versants montagneux qui les bordent ont empêché le tourisme balnéaire de masse de s’y développer.

 

A Port-Lligat, Dali l’excentrique redevenait Salvador

 

En 1963, Dali a la révélation que la gare de Perpignan constitue le centre de l’univers. Peinte en 1982, la fresque qui orne son faux plafond s’inspire de l’imagerie « surréalistico-pop » déclinée par le maître.

 

les deux catalognes

 

Les commentaires sont fermés.