30/08/2015

* VILLES ET VILLAGES CATHARES

ARIEGE

Montaillou

C’est dans ce village qu’au XIIIe siècle l’inquisiteur Jacques Fournier interrogea les villageois soupçonnés d’hérésie.

 

villes et villages

 

Mirepoix

Dépendante du comte de Foix, fut vite gagnée par le catharisme. Un grand concile aurait eu lieu à Mirepoix en 1206, rassemblant 600 parfaits. La ville fut prise en 1209 par Simon de Montfort.

 

villes et villages

 

Rabat-les-Trois-Seigneurs

Une communauté de parfaits vécut à Rabat vers 1209, au château de Miramont, qui fut démoli en 1247. Les châtelains se battirent farouchement contre l’inquisition. Cela leur en coûté toutes leurs possessions, confisquées pour « crime d’hérésie ».

 

AUDE

 

Narbonne

Contrairement à Béziers, la ville ne connut jamais de combat sanglant. Mais Narbonne fut le théâtre de réunions stratégiques, comme celle de 1211 entre l’archevêque Arnaud Amaury et Simon de Montfort. La cathédrale Saint-Just est la quatrième plus haute de France et un bel exemple de protection de bâtiment religieux.

 

villes et villages

 

Fanjeaux

Il est une légende dans ce village, bastion de l’hérésie albigeoise : en 1207, une joute oratoire opposa Guilhabert de Castres, évêque cathare installé à Fanjeaux, et saint Dominique, chanoine espagnol décidé à convertir les hérétiques. La joute conduisit à l’ordalie ; les écrits des deux religieux furent jetés dans les flammes. Ceux du cathare brûlèrent, alors que ceux de saint Dominique s’élevèrent au-dessus des flammes. Outre cette légende, le village a laissé de nombreux témoignages écrits sur la culture cathare.

 

Aragon

Résidence de l’évêque cathare Barnard de Simorre, Aragon-en-Cabardès abritait un foyer de culte cathare. Suspectée d’hérésie, la famille d’Aragon fut dépossédée de ses biens.

 

villes et villages

 

HAUTE-GARONNE

 

Toulouse

Toulouse fut incontestablement le point central de la croisade contre les albigeois.

La ville résista aux trois sièges de 1211, 1213 et 1217, avant de se soumettre au roi de France en 1228. Mais il ne reste que peu de témoins architecturaux de cette époque : l’église des Augustins, celle des Jacobins, Notre-Dame-du-Taur, l’église Saint-Nicolas et la basilique Saint-Sernin …

 

villes et villages

 

Muret

En 1213, à Muret, les troupes de Simon de Montfort s’opposent à celles du comte Raimond VI de Toulouse. La défaite et la mort de Pierre II d’Aragon sonne le glas du projet du grand royaume catalano-occitan. Le comté est définitivement annexé à la couronne de France en 1271.

 

TARN

 

Lavaur

Le bûcher fut l’un des plus important du catharisme : 400 parfaits y périrent. La dame du château du Piô, dont il ne reste plus rien, fut précipitée au fond d’un puits. Elle refusait d’abdiquer devant l’assaillant.

 

Albi

La ville abritait l’un des quatre évêchés cathares du Midi, établis lors du concile de 1167. Mais Albi ne connut aucun événement tragique. L’évêque et les habitants s’allièrent à Simon de Montfort, en échange de larges privilèges.

 

villes et villages

 

Cordes-sur-Ciel

Cette bastide, aujourd’hui l’un des villages médiévaux les plus visités, fut un foyer actif du catharisme. Sous la halle, une croix rappelle le massacre de trois inquisiteurs du pape, jetés au fond d’un puits en 1233.

 

villes et villages

 

LOT-ET-GARONNE

 

Casseneuil d’Agenais

La ville connut deux sièges. Un premier en 1209 lors d’une première croisade. Mais en 1214, Simon de Montfort assiégea une nouvelle fois Casseneuil, où s’étaient réfugiés les seigneurs locaux « hérétiques ». La forteresse est prise, la ville totalement détruite et les survivants exécutés.

 

ESPAGNE

 

Gosol, Josa, Baga, Castelbo …

En Catalogne espagnole, le chemin des bons hommes est ponctué de ces villages qui rappellent que le catharisme a atteint l’autre versant des Pyrénées. C’est la route qu’ont suivie les derniers cathares en exil fuyant l’inquisition. Le chemin commence à Montségur, passe à Ax, Mérens, au col de Puymorens. En Espagne, il se termine au sanctuaire de Quéralt, sur les hauteurs de Berga.

 

villes et villages

 

 

23/08/2015

le 56e festival international du folklore de Jambes

56ème Festival international du Folklore !

Chaque année, la Capitale de la Wallonie s'enrichit d'un titre qui lui est tout aussi envié et qui fait honneur à notre tradition d'accueil, celui de :

CAPITALE INTERNATIONALE DU FOLKLORE !

Depuis 1958, en effet – c'est le plus ancien festival de ce type en Wallonie, Jambes reçoit des délégations venues de tous les continents afin de montrer au public et partager avec lui, dans une ambiance de fête, les couleurs de leurs pays, leurs danses, chants et traditions. Cette manifestation aussi riche que colorée se déroule traditionnellement le troisième week-end d'août et constitue surtout et avant tout un festival de rencontres, de regards croisés, de rythmes endiablés et de couleurs chatoyantes ....

De quoi transporter le public aux quatre coins du monde et nous rappeler que la culture de chacun s'enrichit pleinement au contact de celle de l'autre ! De quoi nous montrer/rappeler aussi combien les traditions du monde, les chants, les danses s'interpénètrent et enrichissent un monde naturellement multiculturel !

Namur

 

folklore de jambes 2015

 

folklore de jambes 2015

 

Les Maselis et Cotelis Jambois – groupe fondé en 1960

Le Festival démarre avec l'interprétation du "Bia Bouquet", très applaudi.

 

folklore de jambes 2015

 

 

folklore de jambes 2015

 

 

folklore de jambes 2015

folklore de jambes 2015

 

La Lituanie, groupe fondé depuis 1972

 

folklore de jambes 2015

 

folklore de jambes 2015

 

 

folklore de jambes 2015

 

folklore de jambes 2015

 

 

folklore de jambes 2015

 

Le Togo

 

folklore de jambes 2015

 

folklore de jambes 2015

 

 

folklore de jambes 2015

 

folklore de jambes 2015

 

folklore de jambes 2015

 

La Croatie

 

folklore de jambes 2015

 

 

folklore de jambes 2015

 

Le Bangladesh

 

folklore de jambes 2015

 

folklore de jambes 2015

 

 

folklore de jambes 2015

 

Le Mexique

 

folklore de jambes 2015

 

folklore de jambes 2015

folklore de jambes 2015

 

22/08/2015

* LES CHATEAUX DE L'HERESIE (3 - Haute Garonne etc...)

HAUTE-GARONNE

 

Château de Saint-Félix-Lauragais

C’est ici que se tint un important concile cathare en 1167, où siégea l’évêque hérétique Nicétas de Constantinople, venu organiser les Eglises cathares occidentales.

 

les châteaux de l'hérésie (haute garonne etc)

 

HERAULT

 

Minerve

Le premier bûcher de Simon de Montfort ! Cent quarante parfaits périrent dans le bûcher.

 

les châteaux de l'hérésie (haute garonne etc)

 

PYRENEES-ORIENTALES

 

Châteaux de Fenouillet

Après la signature du traité de Corbeil en 1258 le village se dote des trois forteresses dont il ne reste plus que des ruines aujourd’hui : le château de Saint-Pierre et ses deux tours de défense : Castel Fizel et Castel Sabarda.

 

les châteaux de l'hérésie (haute garonne etc)

 

TARN

 

Château d’Hautpoul

Surnommé le « Montségur de la Montagne Noire », c’est un sanctuaire de repli de la hiérarchie de l’Eglise cathare albigeoise, le château dont les restes dominent Mazamet, était la possession des seigneurs d’Hautpoul, vassaux de la famille des Trencavel.

 

les châteaux de l'hérésie (haute garonne etc)

 

 

 

15/08/2015

* LES CHATEAUX DE L'HERESIE (2 - Aude) - mon voyage en 2008

Carcassonne

La célèbre cité, propriété des puissants comtes de Trencavel, fut assiégée par les croisés en 1209. Pendant vingt ans, conquêtes, reconquêtes et bûchers ne viendront pas à bout de l’Eglise cathare.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Quéribus

Avec Puilaurens, ce château a été l’un des derniers à accueillir des responsables de l’Eglise cathare après la chute de Montségur. Véritable nid d’aigle perché à 728 m d’altitude, il sera le dernier bastion cathare à tomber sous l’attaque des croisés en 1255.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Peyrepertuse

En 1240, le seigneur Guillaume de Peyrepertuse se joint à la révolte albigeoise aux côtés de Raimond Trencavel. Sa rébellion sera de courte durée : il se rend la même année et le château devient possession française.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Puilaurens

Enclave au cœur du Fenouillèdes, le lieu est resté en dehors des batailles lors la croisade contre les albigeois. La forteresse a toutefois servi de refuge à quelques faydits.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Puivert

Haut lieu de l’amour courtois avec sa salle des Troubadours, le château appartenait aux seigneurs de Congost, l’une des familles cathares les plus puissantes du Languedoc jusqu’en 1210.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château d’Arques

Résidence aristocratique plus que forteresse royale. Elle se veut l’une des plus belles du sud de la France, avec son donjon de 25 m de haut.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Aguilar

Plus oriental des châteaux cathares, il appartenait à la puissante famille de Termes. Aguilar ne joua aucun rôle militaire pendant la période cathare.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Châteaux de Lastours Cabaret

Les quatre forteresses forment le verrou du Cabardès à la fin du XIIIe siècle. Ralliés à la cause cathare, les seigneurs du castrum de Cabaret protégèrent les parfaits.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Villerouge-Termenès

Au cœur du village, cette citadelle vit l’exécution du dernier parfait cathare, Guilhem Bélibaste, brûlé vif en 1321 par l’archevêque Bernard de Fargès.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Padern

Ce château modifié au XVIIe siècle accueillit deux chevaliers faydits, Guillaume de Peyrepertuse et Chabert de Barbaira en 1255.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Termes

On disait de lui qu’il était imprenable. L’Histoire lui a donné raison. Ce sont les habitants qui se sont rendus, en 1210, après un siège de quatre mois mené par les troupes de Simon de Montfort.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Chalabre

Ancienne capitale du pays de Kercorb, Chalabre fut le témoin de sanglantes batailles lors de la croisade contre les albigeois.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

Château de Saissac

Bertrand de Saissac, partisan du catharisme, régnait en ces lieux. Le château tomba en 1209.

 

les châteaux de l'hérésie (aude)

 

01/08/2015

* LES CHATEAUX DE L'HERESIE (1-Ariège)

Château de Montségur

En 1204, Raimond de Péreille rebâtit cette forteresse sur les ruines d’un précédent édifice à la demande des cathares. A partir de 1232, le château devient le siège de l’Eglise cathare du Toulousain. Mais c’est en 1244 que Montségur entre dans l’Histoire : plus de 200 parfaites et parfaits périssent sur le bûcher.

 

les châteaux de l'hérésie - ariège)

 

Château comtal de Foix

Dominant la ville depuis son rocher, il rappelle la puissance de la famille des comtes de Foix, étroitement liée à l’histoire du catharisme en Languedoc. Après plusieurs assauts infructueux des croisés contre le « rocher de Foix », Raimond Roger livre la forteresse en 1215.

 

les châteaux de l'hérésie - ariège)

 

Château de Roquefixade

Le château contrôlait la route entre Foix et le Pays d’Olmes. Au XIIIe siècle, il sert de refuge aux cathares.

 

les châteaux de l'hérésie - ariège)

 

Château d’Usson

Usson aurait hébergé des parfaits fuyant Montségur.

 

les châteaux de l'hérésie - ariège)

 

Château de Lordat

Après le siège de Montségur, en 1244, la citadelle servit de refuge aux derniers cathares.

 

les châteaux de l'hérésie - ariège)

 

Château de Mirabat

Son nom signifie « regarde en bas », et l’on comprend pourquoi. Perché à 1272 m d’altitude, ce château est l’un des plus vieux d’Ariège. Ses liens avec le catharisme sont plutôt flous.

 

les châteaux de l'hérésie - ariège)

 

Tour du Castella de Tarascon-sur-Ariège

Sur l’actuelle tour ronde du Castella, on peut encore voir les armes des comtes de Foix (taillées dans la pierre au XIVe siècle) qui affrontèrent Simon de Montfort.

 

les châteaux de l'hérésie - ariège)