07/11/2015

* LA HAUTE VALLEE DU DOUBS (France)

Un cours sinueux dans un univers tourmenté.

De la source du Doubs à sa confluence avec la Saône, il n’y a que 90 km à vol d’oiseau. Néanmoins, cet important cours d’eau se fraye un chemin de 430 km dans le Jura, changeant plusieurs fois de cap. Entre Mouthe et Morteau, son cours supérieur, le Haut Doubs, trace ses méandres en plein cœur du massif du Jura et y égraine ses cascades.

Toutes les rivières jurassiennes présentent des gorges, des défilés et des chutes ; en effet le relief du Jura impose à leurs cours les complications de ses plis montagneux. Approximativement orienté nord-est/sud-ouest, cette partie du Jura est un pays de moyenne montagne où les altitudes descendent toutefois rarement au-dessous de 800 m.

 

la haute vallée du doubs

 

Les surprises de l’eau vive

La source du Doubs surgit d’une grotte, près de Mouthe, en forêt de Noirmont. Le cours d’eau serpente jusqu’à Malbuisson au flanc du lac de Saint-Point, troisième lac naturel de France, entièrement livré aux glaces l’hiver. Tout au long de son parcours, le Doubs ne cesse de franchir de sombres forêts de résineux et collecte bon nombre de ruisseaux.

 

la haute vallée du doubs

 

La cluse de Pontarlier

Le Doubs traverse une cluse remarquable à Pontarlier, que surplombe l’impressionnant château de Joux. Plus à l’ouest, la forêt de la Joux est une extraordinaire sapinière. Après Pontarlier, le Doubs quitte le val d’Arlier pour parcourir une zone bien plus étroite. Le Doubs est une rivière extrêmement riche : on y dénombre plus de trente espèces de poissons.

 

la haute vallée du doubs

 

Le défilé d’entre-roche

Cet étroit passage constitue un couloir tranché dans d’impressionnantes rampes de calcaire. La roche y est creusée de cavités, formant notamment la grotte du Trésor et celle de Remonot. Le Doubs emprunte des gorges abruptes et verdoyantes jusqu’à Morteau. Puis il se rapproche de la frontière suisse dont il dessine les contours. Là, il se fond au long et tortueux lac de Chaillexon, puis s’en échappe brusquement, chutant d’une trentaine de mètres le long de roches moussues ; c’est le Saut du Doubs, et ses eaux sauvages, toujours blanches d’écume.

 

la haute vallée du doubs

 

 

Les commentaires sont fermés.