21/11/2015

* ABOU DHABI (Emirats)

ABOU DHABI, la perle des Emirats

De la terre nomade à l’Etat pétrolier à la pointe de la technologie, l’émirat désertique d’Abou Dhabi est le pays de tous les émerveillements. Gratte-ciel futuristes bordant le Golfe persique, oasis de verdure, musées gigantesques…

D’une beauté majestueuse, les oryx arpentent une île hérissée de trois millions d’arbres. Avec leurs longs bois, leur pelage clair comme le sable du désert et leurs yeux cernés de khöl, ils sont les vedettes du parc naturel de Sir Bani Yas, un îlot grand comme un confetti perdu au milieu du Golfe persique.

abou dhabi (emirats)

L’îlot abrite aussi l’hôtel de luxe Desert Island, des vestiges de civilisations anciennes, des arbres qui ont pris racine sur des étendues salines que tout le monde pensait stériles.

L’ancien territoire bédouin entend développer un art de vivre multi-facettes. La capitale Abou Dhabi opère une mue constante. La baie se présente comme un kaléidoscope mêlant science-fiction et contes des Mille et une nuits. Les cabanes de pêcheurs encore omniprésentes voici cinquante ans font place à des projets gigantesques. Entre l’Emirates Palace Hotel, le port de pêche où mouillent les dhows (embarcations traditionnelles à voile) et les restaurants à air conditionné, s’étend la Corniche avec ses gratte-ciel, ses shopping centers et son souk.

 

Le père de la gazelle

Le port de plaisance grand luxe côtoie le circuit de F1 et la mosquée Zayed tout en marbre clair, moucharabiehs et raffinement arabe. Abou Dhabi (littéralement « Père de la gazelle »), bluffe son monde, tout en visant toujours plus haut. C’est ici que sort de terre Masdar City, la première ville sans CO, avec ses éoliennes et ses panneaux solaires.

 

abou dhabi (emirats)

La ville en habits d’or

Abou Dhabi compte de nombreux parcs ombragés et plus encore de mosquées. La coupole dorée de l’Emirates Palace s’élève comme une prière adressée à Allah. Ce 7 étoiles accueille dans ses suites tout ce que la planète compte de chefs d’Etat, de personnalités des Emirats, de stars du cinéma et de touristes fortunés. Ici, tout ce qui brille est 24 carats.

abou dhabi (emirats)

 

Des collines fertiles

Le désert étire ses dégradés de jaune, d’ocre et d’orange et, à la frontière avec Oman, on découvre Al Ain (la source), une oasis, avec ses parcs, ses palmiers, ses plantations et ses vergers. Les collines fertiles abritant un étonnant site archéologique sont pour les habitants d’Abou Dhabi ce que la mer est pour nous en été : une destination rafraîchissante.

Des forteresses datant de guerres passées encadrent la ville. L’une est devenue un musée, tapi entre palmiers et mosquées. Dans le quartier de Buraimi se tient le plus grand marché aux dromadaires, rappelant la passé bédouin du pays. Un sentier escarpé serpente jusqu’à Jebel Haffet, le plus haut sommet de l’émirat.

 

abou dhabi (emirats)

Commentaires

Personnellement, les Emirats Arabes Unis ne me tentent pas. Bonne semaine Josiane.

Écrit par : Un petit Belge | 23/11/2015

Répondre à ce commentaire

merci petit belge de ta visite

Écrit par : josiane | 23/11/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.