27/11/2015

* LA SOURCE DE LA LOUE (France)

Au nord de Fontarlier, le Jura est constitué de vastes plateaux karstiques, dans lesquels se forment de nombreux cours d’eau. Au fond d’un cirque aux falaises impressionnantes, la Loue, réputée pour ses truites, surgit mystérieusement d’une grotte sombre. Déversant ses eaux claires du haut de paliers successifs, ce petit affluent du Doubs se donne, sur son cours supérieur, des airs de cascade.

la source de la loue

Au cœur d’une végétation luxuriante, qui couvre d’arbres et de mousses les pans abrupts d’une gorge silencieuse, le murmure de l’eau vive se fait soudain entendre. C’st la Loue, dont l’eau jaillit, fraîche et mystérieuse, d’un creux secret de la montagne. Ce royaume où règnent en maître l’eau et les bois constituent un cadre enchanteur que Gustave Courbet, natif d’Ornans, a représenté plusieurs fois dans ces tableaux. Et la légende raconte que le Vouivre, femme-serpent mythique, avait non loin de là des habitudes étranges …

 

La grotte de la Loue

C’est aux environs du village d’Ouhans, au fond d’un cirque calcaire, que court la Loue. Elle jaillit d’une grotte sombre, dont le porche s’élève à plus de 20 mètres. Bientôt son lit traverse cascades et gorges profondes avant d’emprunter, d’Ouhans à Ornans, un canyon d’une grande beauté. Ce sont les gorges sinueuses de Nouailles, hautes de 350 m.

la source de la loue

 

Une naissance mystérieuse

Comme beaucoup des cours d’eau de la région, la rivière s’est en réalité formée en amont, dans une galerie souterraine. Car la Loue n’est en fait qu’une résurgence alimentée par les pertes du Doubs et du Drugeon, quelque part vers Pontarlier. C’est l’inventeur du mot « spéléologie » qui en fit la preuve, au début du 19e siècle, en déversant un colorant dans une crevasse du lit du Doubs. Moins de trois jours plus tard, la Loue était verte à son tour ; les deux rivières communiquaient donc bien avant que leurs cours ne se croisent aux environs de Dole.

la source de la loue

 

Un parcours tumultueux

De la source à Ornans, soit sur 25 km, la rivière perd plus de 230 m d’altitude. Elle poursuit son cours à travers des forêts de tilleul, d’érable et de hêtre qui couvrent les à-plats des versants. Une dizaine de déversoirs émaillent sa descente rapide. A Ornans, son cours s’assagit ; une centaine de km plus bas, elle rejoint enfin le Doubs.

la source de la loue

 

Un milieu très riche

Sur les premiers km du cours de la Loue alternent prairies sauvages et forêts. La diversité de ces milieux végétaux a permis le développement d’une faune locale très riche. Insectes et reptiles abondent dans les sous-bois tandis que les vallées herbeuses sont le domaine des papillons. La gélinotte, la pie grièche, l’alouette lulu ou la bondrée apivore peuplent les prairies tandis que le faucon pèlerin est l’hôte remarqué des falaises, où il nidifie. De nombreuses chauves-souris hibernent et se reproduisent dans les grottes.

 

la source de la loue

Les commentaires sont fermés.