10/11/2014

* LA CAMARGUE (France) mon voyage en 2004

Située à l’ouest de la Provence, la Camargue est sans conteste la région la plus sauvage et la plus intacte de France. Balade au gré des marais baignés de soleil, de calme et de sérénité …

 

la camargue

 

Des chevaux et des oiseaux !

L’étendue de terre comprise entre la mer, le Grand-Rhône et le Petit-Rhône est en grande partie recouverte d’eau saline. Ces eaux chaudes et peu profondes forment des marais et des lagunes abritant d’innombrables oiseaux qui viennent y nicher. Les espèces migratrices s’y retrouvent en masse pour passer l’hiver. La Camargue est la seule région d’Europe où couve le flamant rose : pas moins de 10.000 à 13.000 couples viennent s’y nidifier.

Mais qui dit Camargue, dit aussi chevaux … De petits chevaux blancs semi-sauvages, appelés camargues, comme le célèbre Crin-Blanc.

la camargue

Avec son mistral violent et sa lande pelée, le pays ne semble pourtant pas très accueillant ! Mais le camargue est un cheval résistant. Les gardians ou cow-boys de la région s’en servent pour l’élevage des taureaux noirs, une autre espèce réputée par ici. Les taureaux participent à des combats « respectueux » au cours desquels, contrairement à la corrida espagnole, la bête n’est jamais mise à mort. Le raseteur doit se saisir d’une rosette placée entre les cornes. Les taureaux sont les véritables vedettes de la feria provençale.

la camargue

 

Les Saintes-Maries-de-la-Mer

La plupart des touristes viennent en Camargue pour s’immerger en pleine nature. Les nombreuses manades, les ranchs de la région, permettent de sillonner les environs à cheval.

La Digue à la mer reste le lieu de prédilection des randonneurs et des cyclistes. La digué a été élevée pour protéger la zone naturelle contre les assauts de la mer lors des tempêtes. Elle s’étend du phare de la Gacholle aux Saintes-Maries-de-la-Mer, la capitale régionale. La Camargue n’est jamais plus belle qu’au printemps et en automne, lorsque les pluies verdissent le paysage.

 

la camargue

 

Avec ses rues piétonnières et ses échoppes de poissonniers, la ville elle-même séduisait déjà Vincent Van Gogh, qui a immortalisé sur une toile les charmantes barques de pêcheurs.

Ne manquez pas non plus la petite ville médiévale d’Aigues-Mortes, à la pointe la plus occidentale de la Camargue. Elle abrite à peine 5.000 habitants derrière ses impressionnantes murailles et ressemble de loin à une forteresse.

la camargue

 

 

04/11/2014

* WEEK END DE LA TOUSSAINT A LA PANNE (2014)

PETIT SEJOUR A LA PANNE

 

C'est une petite station balnéaire, située sur la Mer du Nord. 

week end à la panne 2014

Elle est appréciée par les touristes, entre autres, pour sa grande plage dont la largeur atteint par endroit 250 m à marée basse, sa longue digue commerçante, et pour la proximité du parc naturel du Westhoek. Le char à voile y est beaucoup pratiqué.

week end à la panne 2014week end à la panne 2014week end à la panne 2014

Cette ville est la localité la plus occidentale de la Belgique sur la Mer du Nord avant la frontière française.

 

week end à la panne 2014

La Panne, c’est avant tout la plage, et bien sûr la digue qui va avec. Cette dernière s’étend sur un peu plus de 2 km et fait le lien entre le camping Zeepark et la vaste place de l’esplanade.

week end à la panne 2014

 week end à la panne 2014

 

week end à la panne 2014

 BRAY-DUNES (France)

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

LA PANNE - Juste derrière l’église se trouve une grotte qui rappelle celle de Lourdes. Il y a quelque chose d’antique dans ce lieu, la table sans doute, en pierre et aux allures anciennes, accentue encore cette impression d’antiquité. Un lieu idéal pour se recueillir, ou rêvasser un peu.

week end à la panne 2014

 

La plage de La Panne constitue bien sûr le cœur de cette ville côtière et réjouira les amateurs de bords de mer qui ne tiennent pas à faire la route jusqu’à la Méditerranée par exemple. Elle n’est séparée que par quelques centaines de mètres de dunes.

 

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

La place de l’esplanade est la plus grande place de la ville et semble s’étendre d’un bout à l’autre de la ville, dans la largeur. Un amphithéâtre se dresse du côté de la digue, un peu avant la statue de Léopold Ier. Une petite rainure dans laquelle coule de l’eau de fontaine, traverse la place entière et lui apporte un charme aquatique fort appréciable.

week end à la panne 2014

 

week end à la panne 2014

 week end à la panne 2014

 

week end à la panne 2014

 week end à la panne 2014

 

week end à la panne 2014

 week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

week end à la panne 2014

03/11/2014

* 14-18 à LIEGE. J'avais 20 ans en 14 (ma visite en octobre 2014)

 14-18 à liège,14-18 à liège

 

C'est la plus grande exposition au monde sur la Première Guerre Mon­diale ! Au fil d'un parcours de 800 mètres, on est plongé au cœur même des événe­ments-clefs de l'époque. Le concepteur Jacques Broun nous donne 3 bonnes raisons de s'arrêter en gare de Liège Guillemins.

14-18 à liège14-18 à liège14-18 à liège14-18 à liège14-18 à liège

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.    De  multiples points de vue.«Un jeune de 20 ans à la Belle Epoque, les chefs d'armées, les soldats, les méde­cins, les civils, les artistes, les résistants, les vainqueurs, un jeune au sortir de la guerre... Les aspects militaires sont abordés, mais aussi la vie quotidienne, la culture, les avancées de la médecine... A chaque espace, son am­biance ! »

 

2.    Le réalisme de la scénographie. «On est immergé dans des décors spectaculaires avec des effets sons et lumières saisissants : une tranchée de 30 mètres, un combat aérien, une maison bombardée et incendiée, une école transformée en hôpital, un caba­ret parisien, un bureau d'Etat-Major... L'exposition éveille des émotions. »

 

 

14-18 à liège 

3.    La richesse des collections, «Plus de 3.000 objets authentiques chargés d'histoire parmi lesquels des pièces ex­ceptionnelles comme un uniforme complet de Uhlan, le premier gilet pare-éclats, un fusil à créneau avec périscope, des moulages et prothèses pour les «gueules cassées», une lettre d'Apollinaire, des œuvres d'Otto Dix, de Max Ernst, de Cocteau... Une collection émouvante d'objets-témoins.»

14-18 à liège

 

14-18 à liège14-18 à liègeCette exposition aborde la guerre dans son ensemble, en Belgique et dans le monde.

 

 

 

 

 

 

La multiplication des points de vue permet d’évoquer à la fois les origines du conflit, les principales batailles, l’organisation des soins de santé, les souffrances des populations, la vie culturelle, la résistance, les traités de paix et enfin la transformation de notre pays au sein d’un monde nouveau.

 

14-18 à liège

14-18 à liège14-18 à liège

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des œuvres et des pièces exceptionnelles illustrent les différentes facettes de la Grande Guerre. Elles sont issues notamment de collections privées uniques au monde ainsi que de musées de Belgique et de plusieurs pays européens.

 

14-18 à liège

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14-18 à liège14-18 à liège14-18 à liège

 

 

 

 

 

 

 

14-18 à liège

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La guerre 14-18 sonne le glas de la « Belle Epoque », ère éphémère de paix, d’expansion et d’insouciance. Les antagonismes subsistent entre nations européennes et, comme chacun soupçonne son voisin de vouloir l’agresser, c’est la course aux armements et au développement des forces militaires.

14-18 à liège

 

14-18 à liège

14-18 à liège

14-18 à liège

 

 

 

14-18 à liège,14-18 à liège

14-18 à liège,14-18 à liège

 

 

 

 

 

 

 

14-18 à liège,14-18 à liège

Autre menace : des années de rivalités économiques et diplomatiques ont abouti à la constitution de blocs : d’une part la Triplice (Autriche-Hongrie, Allemagne et Italie), d’autre part l’alliance franco-russe et le rapprochement entre Paris et Londres.

 

14-18 à liège

14-18 à liège

14-18 à liège

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14-18 à liège,14-18 à liège

 

Des œuvres et des pièces exceptionnelles illustrent les différentes facettes de la Grande Guerre. Elles sont issues notamment de collections privées uniques au monde ainsi que de musées de Belgique et de plusieurs pays européens. Un logo attire l’attention du visiteur sur les pièces à ne pas manquer, des pièces exceptionnelles soit par leur rareté, soit par leur côté emblématique, soit par leur caractère insolite.

14-18 à liège

14-18 à liège14-18 à liège,14-18 à liège

14-18 à liège

14-18 à liège,14-18 à liège14-18 à liège,14-18 à liège14-18 à liège

14-18 à liège

30/10/2014

* ANNAPURNA (Népal)

ANNAPURNA, sanctuaire menacé (Népal)

Au Népal, en plein cœur de la chaîne de l’Himalaya, le massif de L’annapurna, dont plusieurs sommets dépassent 8.000 mètres d’altitude, fait le bonheur des alpinistes et des adeptes du trekking. Mais le développement rapide et mal maîtrisé de ce nouveau mode de tourisme engendre de graves problèmes écologiques. Pour protéger la beauté des sites, les Népalais inventent une forme de parc national qui intéresse concrètement les populations à la sauvegarde de leur patrimoine.

 

annapurna (népal)

Marches de géant pour grimper vers le gite

Essentiellement agricole, le Népal cultive ses terres jusqu’à la moindre parcelle. Dans la haute vallée de la rivière Kalo Gandaki, les rizières en terrasses découpent le flanc des montagnes en un puzzle verdoyant.

annapurna (népal)

 

Cheminement des bêtes pour aborder le colosse

Avec l’altitude, l’oxygène se raréfie et la végétation se rabougrit. Sur les chemins qui s’élèvent vers le sanctuaire de l’Annapurna, chevaux et mulets peinent sous le poids de leurs lourdes charges. Mais ces caravanes restent le plus sûr moyen d’acheminer vers les hauteurs les vivres et matériaux indispensables à l’organisation des trekkings.

Sur les collines monumentales, sculptées à la houe par des gestes chaque année répétés, des terrasses verdoyantes s’étagent depuis les vallées, cédant à regret la place aux pâturages et aux forêts. Des hommes ont tracé jour après jour leurs routes sur les sentes où les mules même ne passent pas. Combien de voyageurs, enthousiastes ou sceptiques, sont revenus transformés de leur première visite dans l’Himalaya, fascinés par les plus hauts sommets du monde ou encore par cette religion, le bouddhisme, qui a exploré le fond de l’âme humaine et élaboré en ses temples inaccessibles des perspectives pratiques et métaphysiques inspirées par un étroit contact avec la nature.

 

annapurna (népal)

Eternel fardeau de la misère

Tous ne profitent pas également des richesses engendrées par le tourisme et de nombreux paysans connaissent une existence précaire, ils doivent toujours aller loin chercher l’indispensable bois de chauffe et le porter à dos d’homme.

Pour eux, les exigences de l’écologie ne signifient pas grand-chose face aux dures réalités quotidiennes.

L’Annapurna est sans doute le lieu du monde où l’idée de sérénité, de paix et d’harmonie entre homme et nature est la plus perceptible. La simplicité chaleureuse des rapports humains participe autant à la grandeur des lieux que les neiges éternelles et leur cortège de pics étincelants. Si l’industrie du tourisme y est florissante, il est heureux que les hommes qui y vivent, loin d’être exclus, fassent partie intégrante de la splendeur du site.

 

annapurna (népal)

 

24/10/2014

* LES DENES DU GRAND NORD (Canada)

Dans le nord-ouest du Canada, disséminée sur l’immense territoire appelé Denendeh, « Terre des Gens », vit une petite nation indienne dont les origines remontent à l’aube des temps. Peuple des lacs, des rivières et des forêts, les Dénés restent intégrés à la nature nourricière : le choc avec la civilisation moderne n’arrive pas à altérer leur mode de vie ancestral.

 

les dénés du grand nord (canada)

Aliment de base : la viande, fraîche ou séchée

Pour les Blancs, la chasse est réglementée. Mais pour les Dénés, il n’y a aucune limitation. L’original et le caribou sont les prises les plus recherchées. Afin qu’elle se conserve, au besoin pendant toute l’année, la viande est séchée au grand air.

 

les dénés du grand nord (canada)

Toujours la chasse au gibier d’eau

Au début de l’été, après la débâcle des glaces, les oiseaux qui avaient fui l’hiver reviennent vers les territoires du nord pour se reproduire. Canards et oies sauvages croisent dans le ciel en vols immenses. Au milieu du fleuve Mackenzie, le chasseur Déné attend de pied ferme leur passage.

les dénés du grand nord (canada)

 

Le pays des Dénés

Les Indiens Dénés vivent dans le nord-ouest du Canada depuis environ trente mille ans, disent les préhistoriens. Dans leur langue, le territoire qu’ils occupent s’appelle le Denendeh. Ils ont toujours été divisés en plusieurs tribus : les Chipewyan, les Plat-Côtes-de-Chiens, les Esclaves, les Peaux-de-Lièvre et les Loucheux, parlant des langues différentes mais possédant les mêmes racines.

Tous les ans, à l’approche de la belle saison, les caribous remontent vers le nord, jusqu’aux rives de l’océan Arctique. C’est pendant cette migration que les Dénés renouvellent leurs réserves de viande. Dès qu’un troupeau est repéré, les chasseurs accourent en traîneau ou en skidoo.

les dénés du grand nord (canada)

 

Chaque jour, il faut casser la glace

Un seul trou creusé dans la surface des eaux gelées suffit pour pêcher pendant les huit ou neuf mois de saison froide. Mais il faut l’entretenir. Au petit matin, un homme casse la mince couche de glace qui s’est formée pendant la nuit au fond de son trou, afin de remonter la ligne posée la veille.

 

les dénés du grand nord (canada)

Pêche abondante en toute saison

Truites, brochets et autres poissons savoureux et de belle taille se laissent prendre dans les mailles d’un filet tendu sous la glace, entre deux trous. Les Dénés mangent le poisson frais, bouilli, ou le font sécher, comme la viande, pour le conserver longtemps.

les dénés du grand nord (canada)

 

La maison de chacun encore la maison de tous

Fort Norman est un village relativement important pour la région. Chaque famille y dispose d’une maison en bois. Mais personne n’est tenté de s’isoler : la vie en groupe, au sens large, est la règle. Les dimanches, après le service religieux, les villageois ont coutume de se réunir tantôt chez l’un, tantôt chez l’autre, pour prendre ensemble le repas de midi.

 

les dénés du grand nord (canada)