17/10/2014

* HONG KONG (chine)

Carrefour de l’Extrême-Orient et de l’Occident extrême, Hong Kong est une Babel chinoise à la réussite économique insolente. L’image même du capitalisme triomphant avec qui se négocient des affaires en or.

hong kong (chine)

 

Voiles de jonques sur fond de Manhattan

Dans la baie de Hong Kong, glissent les jonques d’antan. Elles évoquent les pirates des mers du Sud échappés de la légende et viennent distraire les touristes sur un décor de gratte-ciel à l’américaine. Porte de la Chine traditionnelle, Hong Kong a élevé des tours qui affirment sa puissance économique. Cargos et ferries font un incessant ballet nautique autour des bateaux de pêche.

 

hong kong (chine)

Entre mer et montagne, l’empire du commerce

Les ruelles traditionnelles grimpent sur les pentes de Hong Kong Island, coupant à angle droit les trois longues artères vitales parallèles au front de mer. Derrière les géants de béton, de verre et d’acier, fourmille un peuple d’artisans et de boutiquiers.

Les ateliers s’empilent, les enseignes se superposent, les échoppes de la même activité, clones du petit commerce, se multiplient.

hong kong (chine)

 

Les vieilles divinités rajeunissent à chaque carnaval

L’âme chinoise s’exprime dans les nombreuses fêtes du calendrier lunaire où se perpétuent des croyances tenaces et à l’occasion desquelles on agite en procession des dragons de papier multicolores. Dans des ateliers de plein air, des artisans confectionnent des mannequins géants.

 

hong kong (chine)

La guerre de l’opium, péché originel de la colonie

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Hong Kong n’avait pas d’immeubles de plus de cinq étages. Aberdeen était une petite ville flottante : les sampans envahissaient la baie. Dans les années cinquante, le cortège des notables prolongeait l’ère des mandarins.

 

hong kong (chine)

Ni l’argent ni la loi n’ont jamais soumis les divinités

Les Chinois de Hong Kong brûlent des bâtonnets d’encens et déposent des offrandes au pied des arbres et des rochers sacrés. Ce culte se célèbre près des gratte-ciel. Un monde occulte cohabite avec celui des intérêts de la Couronne défendus par les juges à perruque et le taipan.

 

hong kong (chine)

Quand l’avion survole les pousse-pousse dormants

Ils étaient encore mille avant 1940. Il n’en reste plus que quelques uns. On les trouve attendant l’Européen nostalgique près de la gare du Star Ferry.

hong kong (chine)

 

Une cité qui gagne sur la mer et monte vers le ciel

Avec la plus forte densité de population au monde et en raison de l’exiguïté des zones habitables, Hong Kong semblait voué aux maladies des mégalopoles du Tiers-Monde. Mais ici, nul fatalisme. Secteur public et secteur privé en compétition ont trouvé des solutions originales pour tenter de résoudre la crise du logement. Des espaces nouveaux ont été conquis sur tous les fronts de mer.

 

hong kong (chine)

 

10/10/2014

* L'AMERIQUE LATINE

Au sud du Rio Grande et jusqu’à la Terre de Feu, sur des milliers de kilomètres, s’étend l’Amérique latine. Du Mexique à la pointe extrême du Chili, voici l’Amérique des laissés-pour-compte, hier de la colonisation, puis du développement. Pour les puissants voisins blancs et anglo-saxons du nord, l’Amérique et les Américains, ce sont eux, les Etats-Unis. Dans le reste du continent, il n’y a dans leur esprit que des « latinos », des métis ou des Indiens …

 

l'amérique latine

 

Pourtant quatre cents millions d’être humains s’entassent dans cette Amérique-là. Ils vivent dans une trentaine de pays, nés pour la plupart de décisions administratives prises par les premiers envahisseurs espagnols et portugais. Les frontières qui les séparent ne signifient pas grand-chose. De part et d’autre, ce sont les mêmes gens, et surtout les mêmes problèmes, les mêmes besoins vitaux inassouvis, la même misère. Car l’Amérique latine est l’une des régions les plus pauvres du monde. Elle ne s’est jamais remise d’une colonisation effrénée qui la vida de sa substance, ni d’une indépendance qui n’a pas tenu ses promesses. Par-delà les puissants et la petite minorité qui donne l’image trompeuse d’un certain bien-être, une population de petites gens incroyablement démunis peine pour survivre dans les bidonvilles des grandes cités, les villages du plateau andin ou les campements de la forêt.

 

l'amérique latine

 

Indiens sans âge et sans expression, mais dépositaires d’une culture millénaire aliénée ; Noirs en quête d’une identité perdue depuis qu’ils furent arrachés à leur Afrique natale ; métis issus de croisements innombrables, tel est le peuple profond de l’Amérique dite latine.

 

Portes ouvertes sur les sentiers du néant

Rien de plus désolé que les « paramos », les steppes froides et humides de l’Equateur, dans les contreforts des Andes, à 4500 d’altitude. Un peuple de bergers y habite néanmoins. Vêtus de peaux de mouton, ils mènent leurs troupeaux aux pâturages par des chemins qui ne vont nulle part et à travers des barrières du temps jadis qui ne protègent plus rien.

 

l'amérique latine

A l’école des Indiens, ils apprennent la dignité

La loi du plus fort, tout droit venue de l’époque coloniale, veut que les Blancs, et souvent les métis se réservent les terres situées au fond des vallées et que les Indiens soient relégués vers les hauteurs, où les cultures sont plus difficiles et les rendements moindres.

l'amérique latine

 

Autrefois, la durée de vie des mineurs boliviens ne dépassait guère trente-cinq ans. Très vite l’implacable silicose les terrassait, mais depuis un siècle, après plusieurs mois de labeur dans la mine, les travailleurs retournent aux champs pendant quelques mois, le temps de se refaire une santé. Du coup, la population des zones minières du haut plateau andin est devenue l’une des plus politisées du monde. Les conditions de travail, surtout dans les petites mines privées, restent néanmoins très dures et pour les supporter, les hommes ont toujours recours à la coca et à l’alcool.

 

l'amérique latine

 

05/10/2014

* TEXAS (Amérique)

Plus vaste que la France, le Texas, deuxième Etat américain après l’Alaska pour la superficie, reste le premier pour le pétrole et dans bien d’autres domaines. Les milliardaires de Dallas et de Houston composent une aristocratie qui, à l’épate, préfère l’élégance.

 

texas

Les pionniers vinrent habiter la Plaine

Entre deux passages de convois, le désert gris du Texas redevient ce plat pays qu’ont découvert les premiers aventuriers venus en chariot. De Houston à El Paso, sur 900 km, les passagers du fameux Southern Pacific Railroad ont à perte de vue un espace de rêve pour revivre l’histoire du Far West.

texas

 

Et les cow-boys se réveillèrent un jour milliardaires

Une ère nouvelle a débuté en 1901 le jour où, à Spindletop, près de Beaumont, un geyser jaillit d’un puits de 400 m. L’or noir ! Ce fut le début d’une épopée et l’origine de la fortune des éleveurs qui dormaient au-dessus d’un pactole. Le pétrole allait changer la face de l’Etat.

texas

 

Un western dans un décor de gratte-ciel

Au début du 20e siècle, il n’existait pas d’agglomération de 60.000 habitants. Au pied du Ranger Peak, les lumières de cette cité se perdent dans le désert. Située au bord du Rio Grande, elle vit de l’industrie du pétrole et du cuivre.

Ce qui force l’attention, c’est moins le paysage que le défi de ces hommes qui bâtissent des empires sur le sable. Tout est à la mesure de cette louche d’argent baptisée « cuillère à thé du Texas » et en vente partout.

 

texas

Six drapeaux pour une seule étoile

Les petits Texans apprennent que leur pays a vu flotter six drapeaux. Les couleurs de l’Espagne, les lys de la France, l’aigle du Mexique, l’étoile unique de la République du Texas, les treize étoiles des Confédérés et la bannière de l’Union.

 

texas

La cité sans poussière ni fumée

Dallas, avec Fort Worth, forme une mégalopole de près de 3 millions d’habitants. Et coiffe ainsi au poteau sa rivale Houston (1.500.000). Dallas, cité financière dont l’ascension a pour symbole arrogant une tour surmontée d’une sphère étincelante, snobe Houston, le rendez-vous des magnats du pétrole.

C’est à Dallas que les photographes de mode viennent chercher des modèles. Mais la plupart des femmes dallasites ont autre chose à faire que de devenir covergirls ou majorettes. Elles cumulent les diplômes et gèrent des entreprises familiales. Ce sont souvent également des cavalières émérites.

 

texas

Tex-Mex, la nouvelle colonie

Le nom de l’Etat vient de Tejas, un vocable d’origine indienne déformé par les Espagnols et qui veut dire amitié. Les Tex-Mex, Mexicains nés du « bon côté » du Rio Grande et intégrés au Texas, apportent une note de convivialité qui égaye la vie rude du cow-boy et l’âpre compétition des affairistes.

texas

Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : texas |  Facebook |

30/09/2014

* LES CROQUANTS DE L'ALTIPLANO (Pérou)

La nature paraît idyllique près du soleil, à 3000 mètres d’altitude, dans les alpages andins du Pérou. Mais les Indiens Quechuas du village de Porcon vivent repliés sur eux-mêmes. Installés par les Incas depuis quatre cents ans, ils sont toujours traités par leurs voisins comme des étrangers.

les croquants de l'altiplano (pérou)

 

Une enfance insouciante pour un village sans avenir

Le soleil de l’altiplano transfigure tout ce qu’il touche, fait vibrer les teintes vives des vêtements et les carnations cuivrées des visages. Mais la vie est très rude à Porcon. Les agriculteurs cultivent avec des moyens traditionnels des lopins de terre peu fertile, mal protégés de l’érosion et trop exigus pour assurer leur subsistance. L’artisanat permet aux paysans d’accéder marginalement au marché extérieur : les chapeaux de paille seront vendus en ville pour une somme dérisoire.

 

les croquants de l'altiplano (pérou)

 

 

Abondance dans la fête et oubli dans l’alcool

Toutes les fêtes du calendrier catholique offrent l’occasion d’échapper à la monotonie du quotidien, de manger et de boire à satiété.

 

L’âme des morts se cache dans les vêtements

Bien que respectant extérieurement les grands rites du catholicisme, les Porconeros ont une vision du monde très proche de l’animisme. Ainsi, cinq jours après le décès, on vide complètement la maison du défunt pour laver à la rivière les effets qui lui ont appartenu. C’est la cérémonie de la « lava ». Sinon, l’âme du défunt risque de ne pouvoir quitter le corps et de revenir tourmenter les vivants.

 

les croquants de l'altiplano (pérou)

Un pays perdu très loin du Sentier lumineux

Près de 1500 km séparent la province de Cajamarca, au nord du Pérou, où se trouve le village de Porcon, et la province de Huanta, patrie des Indiens Ichicanos, également de langue quechua et dont la capitale est Ayacucho.

 

les croquants de l'altiplano (pérou)

Quatre siècles après leur installation, les Porconeros restent toujours un peuple de « foresteros », c’est-à-dire d’étrangers, au moins aux yeux des gens de la ville, très hispanisés. On les repère immédiatement. Cependant, leur accoutrement n’a rien d’exceptionnel : chapeau de paille, pantalon et veste de laine tissée, poncho beige ou lie-de-vin, chaussures rudimentaires taillées dans un vieux pneu, du moins pour ceux qui ne vont pas pieds nus.

 

les croquants de l'altiplano (pérou)

 

26/09/2014

* LA LIBYE

Etat moderne bâti sur une immense cité désertique, la Libye est le pays le plus riche d’Afrique.

la libye

 

La côte, et le reste n’est que désert

Le sable plat ou les dunes couvrent 95 pour cent du pays. Depuis des siècles, l’essentiel de la population vit sur la côte méditerranéenne. Seuls les bédouins osent affronter la chaleur et le froid rude du désert.

 

Les verts microsillons du Sahara

La Libye a lancé un défi étonnant : cultiver le désert. Le blé pousse en sillons courbes sur 15000 hectares grâce à la découverte d’une énorme réserve d’eau souterraine et aux techniques d’arrosage circulaire. Mais l’investissement n’est pas toujours rentable, menacé parfois par des nuées de criquets.

 

la libye

La femme se libère mais le Coran veille

Le pays est fier de la condition nouvelle des Libyennes. L’armée leur a donné la liberté et la dignité. Elles ne jouissent pas encore, pour autant, de tous les droits de la femme. Les baigneuses sont contraintes de conserver leurs vêtements en public. Les mères se baignent en robe, les filles en maillot de bain décent.

 

la libye

Un trésor au fond du sable

Comme trois fois la France, la Libye est le quatrième Etat africain par la superficie. Seule la bande côtière, large en moyenne de 100 km, reçoit des précipitations. Plus au sud, le climat continental désertique règne dans toute sa rigueur, avec des nuits hivernales où la température peut descendre à – 12°C et des journées estivales où elle peut dépasser les 58°C.

 

la libye

 

La Libye appartient au  club des pays riches. Les statistiques la classent juste avant la Grande-Bretagne et l’Italie 70 pour cent du produit national brut et 90 pour cent des recettes en devises proviennent de la vente du pétrole. Outre le pétrole, la richesse principale est le gaz naturel. Quant à l’agriculture, son intérêt est encore minime. A une soixantaine de km de Tripoli, sur la terre arasée, 24000 ha aménagés présentent un aspect verdoyant. L’ensemble, accessible grâce à 300 km de routes asphaltées bordées d’arbres, a été divisé en quatre zones, dotées chacune d’une petite ville nouvelle avec une mosquée, une école, un café, un marché, un dispensaire, un bureau de poste, une librairie, une coopérative. Le lieu-dit Ouadi et Ramli, « la vallée du diable », a été rebaptisé « la vallée verte » par les paysans.

L’élevage (ovins et caprins) est en progrès croissant.

 

la libye