06/04/2013

* VENISE (Italie) mon voyage en 1989

Amarrée depuis quinze siècles dans les vases de sa lagune à l’abri d’un frêle cordon littoral, la fabuleuse cité vénitienne chancelle sous l’effet des marées de l’Adriatique et des poisons de la pollution industrielle. Accablée d’ans et de maux, de palais et de touristes, cette ancienne « République sérénissime », vouée jadis à Saint Marc l’Evangéliste (dont le lion ailé la protège toujours), est à la recherche d’un improbable salut.

 

venise la belle

 

Mirage de pierres surgi des marais

Venise serait née le 25 mars de l’année 421, dans les petites îles éparpillées le long d’un profond chenal qui serpentait entre les bas-fonds et dont l’actuel Grand Canal, traversant la cité, est la survivance. Les noms de certains quartiers évoquent encore le paysage lagunaire des débuts, avec ses roseaux ou ses écueils ressemblant à des dos émergeant de l’eau.

 

venise la belle

 

Légende forgée par un fauve et un aventurier

Le lion ailé, emblème de Saint Marc et symbole de la cité, qui veille depuis 1170 sur le rouge crépuscule vénitien, face aux silhouettes du Campanile et de l’église de San Giorgio Maggiore, est une chimère d’origine chinoise ou persane à laquelle les artisans du Moyen Age ont rajouté des ailes. C’est lui, sur la Piazzetta bordée par le palais des Doges, qui déjà accueillit Marco Polo à son retour. L’animal et le voyageur ont contribué à la formation du mythe de Venise.

 

venise la belle

 

Trésor accumulé par les dieux du commerce

Sur le parvis de la grand place, les musiciens donnent l’aubade à Saint Marc. La basilique, commencée en 829 et surnommée la « Chiesa d’Oro » fut longtemps la chapelle privée des doges avant de devenir en 1807, la cathédrale de Venise. Le sanctuaire fut peu à peu orné de mosaïques destinées à montrer la richesse acquise par les marchands de la Sérénissime, comme celles exécutées entre 1617 et 1618 sur les arcatures du haut de la façade : « La Déposition du Christ » et « La Descente aux limbes ».

 

venise la belle

 

Cité qui fait mentir les lois de la nature

Quatre cents ponts qui enjambent deux cents canaux et relient entre elles les 118 îles composant l’agglomération ; Venise est une ville contre nature, constatait déjà Chateaubriand. Un défi aux lois de l’architecture, affirment les Vénitiens.

 

venise la belle

 

Gondoles sous le vieux pont du Grand Canal

Le Rialto duquel s’amarrent les gondoles, fut longtemps la seule arche enjambant le Grand Canal. Long de 48 mètres, large de 22, il abrite des échoppes sous ses arcades.

 

venise la belle

 

La Fortune veille toujours près de Saint-Marc

Au confluent du Grand Canal et du canal de la Giudecca, derrière les blanches coupoles de l’église Santa Maria della Salute, la « Punta della Dogana » est occupée par les anciens entrepôts douaniers. A leur sommet, une statue représentant la Fortune debout sur un globe d’or que portent deux atlantes. De là, s’offre aux yeux, de l’autre côté de l’eau, la célèbre place Saint-Marc où s’élèvent, côte à côte, la basilique et le palais des Doges face au grand Campanile.

 

venise la belle

 

Une société qui a le goût de se divertir

Alors que son influence politique diminue en Europe à partir du XVIe siècle, l’état culturel de Venise ne cesse de croître. Ses fêtes attirent des foules curieuses qui viennent admirer des spectacles sur les tréteaux en plein air de la place Saint-Marc. Au siècle de Casanova, les parloirs des couvents sont parfois le rendez-vous élégant de la société.

 venise la belle

A l’Ascension, les noces de la ville et de la mer

Pendant sept siècles chaque année, le jour de l’Ascension, le doge, à bord de sa galère de cérémonie le « Bucintoro », gagnait la passe du Lido pour jeter dans l’Adriatique un anneau scellant le mariage de Venise et de la mer : c’est le départ pour cette fête, la Festa della Sensa, qu’a peint Francesco Guardi, fixant du même coup l’ambiance du bassin de Saint-Marc.

venise la belle

 

La cité historique occupe le centre d’une lagune peu profonde, formée par l’embouchure des fleuves Sile, Piave et Brenta et qui compte au total une quarantaine d’îles. Trois passages donnent accès à la mer ; porto di Lido, porto di Malamocco et porto di Chioggia. Les ingénieurs vénitiens sont fréquemment intervenus sur l’équilibre lagunaire au cours des siècles. Dès le XIVe siècle, des rivières ont été détournées afin d’éviter l’engorgement sous l’effet des alluvions qu’elles transportaient, des chenaux naturels ont également été fermés pour réduire les risques d’inondation.

 

 

 

venise la belle

 

03/04/2013

* HAMBOURG (Allemagne)

Sur les berges de l’Elbe, non loin de la mer du Nord, Hambourg mène bien sa barque. Depuis plus d’un millénaire, le plus beau fleuron portuaire allemand a tiré sa puissance du négoce maritime international et de l’indépendance d’esprit de ses habitants. Aux Landungsbrücken, état fédéral en soi, port franc, ville libre, Hambourg dissimule sous sa froideur industrieuse un art de vivre de grande métropole européenne.

 

hambourg

 

Près des maisons cossues, un lac cour de récréation

Quelquefois sévère à Hambourg, l’hiver métamorphose cette « Venise du Nord » quadrillée par de nombreux canaux. A deux pas du cœur commercial, le lac artificiel de l’Alster, un affluent de l’Elbe, gèle alors sous les assauts du froid. Les citadins viennent s’y promener ou y glisser en patins à glace.

 

hambourg

 

Bénie par les églises, les eaux et la verdure

Au nord de la République fédérale d’Allemagne, l’Etat de Hambourg est pris en tenaille par le Schleswig-Holstein et la Basse-Saxe. Voisin du Danemark, la ville-Etat occupe un territoire de 747 km2. Le tiers de cette surface est composé d’eaux et d’espaces verts, Hambourg disposant de 2125 ponts pour franchir les tentacules fluviales de l’Elbe et de l’Alster.

 

hambourg

 

Une ambiance pour chaque état d’âme

Cosmopolite depuis toujours, Hambourg cultive une tradition de tolérance assez singulière. La cohabitation de familles sociales antagonistes, alternatifs et bourgeois. Turcs et natifs, se déroule dans un climat moins dramatique que dans le reste du pays.

 

Les charmes discrets d’un village bourgeois

A 15 km de Hambourg, le village de Blankenese se rapproche de la mer du Nord. La verte colline recèle de belles demeures où armateurs, négociants et patrons de presse aiment à se replier. L’été, les citadins accaparent des plages où l’on se dore sans se baigner, l’Elbe étant polluée en raison du trafic naval.

 

hambourg

 

30/03/2013

* MADAGASCAR

Bien avant d’être terre des hommes, « Madagasikara » fut la planète des autruches « éléphants ». Madagascar, nom aux syllabes sonores tintant sur les flots de l’océan Indien, évoque un continent perdu de l’histoire coloniale. Carrefour entre Asie et Afrique, la Grande Ile sort de son isolement politique et, bien qu’anémiée par son exil, fascine encore.

 

madagascar

 

Une partie presque orpheline de l’Afrique

Le plateau du sud de Madagascar pourrait se trouver au Kenya ou en Tanzanie. La 4ème des grandes îles du monde aurait été séparée de la partie orientale du continent africain il y a 160 millions d’années. La beauté du décor ne doit pas faire oublier que l’aspect désertique n’est pas naturel ; les palmiers clairsemés sont les survivants de grands feux de prairies qui dévastent cette région chaque année.

 

madagascar

 

Une terre cousine des rizières d’Asie

Le vert tendre des pays à mousson succède à l’ocre du Rift africain sur le micro-continent malgache où les rizières bien irriguées des hauts plateaux tranchent brutalement avec l’aridité des terres du Sud. Les agriculteurs coiffés de chapeaux de paille, courbés durant les travaux de repiquage des pousses, y ressemblent comme des cousines aux paysans asiatiques. Le riz est l’aliment de base.

 madagascar

Une petite planète bleue surgie de nulle part

Quand un voyageur qui a connu l’Afrique et l’Asie traverse Madagascar, les réminiscences surgissent. Mais certains paysages insolites rappellent que la Grande Ile a son originalité irréductible. Un lapiaz hérissé de pics calcaires acérés de plus de 30 m de haut, fait partie du parc national de Bemartha Tsingy, proche de la côte occidentale. Seuls les chasseurs et les collecteurs de miel s’aventurent dans ce désert bleuté sculpté par l’eau et par le vent.

 

madagascar

 

Légende vivante d’une île-continent

Cette île immense où pourtant, la nature grandiose n’est pas toujours hospitalière à l’homme, inspire la vision mythique du paradis sauvé du déluge. Elle réserve surtout la surprise de paysages d’une planète tombée sur la mer émeraude et de rencontres avec une variété d’espèces prodigieuses.

 

madagascar

 

Une île qui surprendrait encore Robinson

Très étirée entre l’équateur et le tropique du Capricorne, Madagascar présente une palette de paysages d’une diversité prodigieuse. Récifs de corail, plages de sable fin, arbres en éventail, allées de baobabs, jungle aquatique, savanes fantasmagoriques. La côte nord-ouest est protégée par une barrière corallienne comme un atoll. Le littoral oriental est une chaîne de falaises couronnées d’arbres géants. A l’intérieur, au nord, des cuvettes fertiles ; au sud, une brousse d’épineux ; au centre, des « montagnes russes ». Dans l’ensemble, une île très irriguée, avec des lacs de cratère et d’innombrables rivières coupées de rapides.

Les cultures d’exportation sont : café, vanille, girofle, coton et canne à sucre.

L’art malgache est toujours vivant :

le bois. Le malgache se singularise avec talent dans l’art du bois, qui s’enracine dans les traditions des peuples de la forêt. Ebène, bois de rose, palissandre, essences connues et inconnues ont fourni le matériau principal à l’architecture jusqu’au XIXe siècle.

Le lamba. Cette pièce de tissu est le produit artisanal malgache le plus original. Il recouvre les épaules des femmes des hauts plateaux, est en coton blanc ou tissé de soie sauvage.

Les pierres. Madagascar abonde en gemmes semi-précieuses très variées. Du bois silicifié à la « pierre de lune », c’est un enchantement. Les pierres les plus belles sont le béryl, l’améthyste, l’aigue-marine.

 

madagascar

 

 

26/03/2013

* POLOGNE : LE PRINTEMPS DES CARPATES

Apparemment plus protégés des menaces qui, dans les grandes cités ouvrières, pèsent sur les libertés et l’économie du pays, des montagnards polonais, les « gorale », ont implanté dans les Carpates du nord un bastion d’indépendance.

 

pologne: le printemps des carpates

 

Neuf Polonais sur dix sont baptisés

Le dimanche des Rameaux, toute la communauté du village se presse dans la petite église en bois de Tokarnia. Entourée des fidèles qui portent les branches de pin, le buis, les chatons qui vont être bénits, la statue du Christ, juchée sur un âne de bois, rappelle l’entrée de Jésus à Jérusalem. C’est la première manifestation de la ferveur qui va marquer la semaine de Pâques.

 

pologne: le printemps des carpates

 

Un goral doit être berger avant de se marier

Mille coutumes anciennes règlent la vie des montagnards. Ainsi à la Sainte-Sophie, le premier jour de la transhumance, les bergers comptent les brebis en répétant : « Un de Dieu, deux de Dieu, trois de Dieu, etc ». C’est le début du « redyk » : les troupeaux de brebis qui ont passé l’hiver dans les bergeries montent aux alpages. Ils n’en redescendront qu’à la Saint-Michel, le 29 septembre.

 

pologne: le printemps des carpates

 

Un rempart des traditions en pays socialiste

Les Carpates, massif montagneux de 1500 km sur 150 de large, s’étendent en Europe centrale, sur les territoires de quatre Etats : la Tchécoslovaquie, la Pologne, l’U.R.S.S. et la Roumanie. Dans le nord, les Hautes Tatra (avec le Rysy, 2499 m, cu côté polonais) évoquent étonnamment un paysage alpin. Des légendes en plus : celle du lac glaciaire Morskie Oko, « l’œil de la mer », parle d’un tunnel souterrain qui réjoindrait l’Adriatique, d’où sa couleur vert émeraude, à 1393 m d’altitude. C’est au pied de ces montagnes que s’étend le fief des montagnards polonais, les « gorale ».

 

pologne: le printemps des carpates

 

Une agriculture entièrement manuelle

La vie peut être rude sur les collines du Podhale où la terre est assez pauvre, les hivers longs, les exploitations petites et morcelées. Mais le goral reste fidèle à sa terre natale. Les maisons sont robustes, avec leurs murs de poutres taillées, leurs toits hauts et couverts de bardeaux.

 

pologne: le printemps des carpates

 

Un Golgotha près du village natal de Jean-Paul II

Karol Wojtyla est né à Wadowice, près de Kalwaria, qui est la réplique, au sud de Cracovie, du Calvaire de Jérusalem. Des milliers de pèlerins y viennent de très loin, malgré la pluie et le froid, pour revivre la Passion du Christ. A travers champs, torrents et forêts, ils font pénitence tout au long des trois km de cette marche du Vendredi saint.

 

pologne: le printemps des carpates

 

La vie adulte ne commence qu’au mariage

La fête la plus importante de la vie sociale, chez les "gorale", est réglée par un cérémonial très ancien. On danse, on chante, on festoie, au son des violons et de l’accordéon, tout en respectant les rites. Tel l’ »oczepiny » instant solennel où l’on dépose la coiffe sur la tête de la mariée, chacun apportant aux starosa (maîtresses de cérémonie) les offrandes de cadeaux et d’argent.

 

pologne: le printemps des carpates

 

20/03/2013

* LE LAOS

Perdu dans ses montagnes au cœur du Sud-Est asiatique, dévasté par par la guerre du Viêt-nam, le Laos a longtemps été un pays endormi près de ses puissants voisins. Dans cet Etat communiste qui fut le royaume du Million d’éléphants, marxistes, bouddhistes et esprits animistes cohabitent.

 

le laos

Forêts englouties pour la fée électricité

Cimetière d’arbres, le vaste lac artificiel draine les devises. A 80 km de Vientiane, il est retenu par le barrage de Nem Ngum, le plus grand du Laos, construit en 1971 avec l’aide internationale. Ce complexe a noyé la forêt, mais il assure l’essentiel de la production hydroélectrique exportée par la Thaïlande.

 

le laos

 

Campagne autour de la Ville de Santal

C’est au XIVe siècle que Vientiane, la Ville de Santal, fut choisie pour capitale. Centre politique et économique du Laos, elle a gardé un charme campagnard et, malgré la pauvreté, le sens de la fête. La cérémonie du Baci accompagne anniversaires, mariages, retours. Les liens en coton du poignet concrétisent les vœux de chacun.

 

le laos

 

Enclavé dans la péninsule indochinoise

Limité au nord-ouest par la Chine et la Birmanie, à l’est par le Viêt-nam, à l’ouest par la Thaïlande et au sud par le Cambodge, le Laos s’est toujours senti encerclé. Privé d’accès maritime, montagneux et boisé, il ne possède que 10000 km de routes.

 

le laos

 

Bouddha à l’abri de la révolution

Introduit au XIVe siècle, le bouddhisme imprègne si fortement la vie laotienne que le régime communiste s’en accommode. Les bonzes sont en nombre croissant. Au jour de l’an, en avril, la population respectueuse qui les nourrit quotidiennement à genoux asperge leurs pieds d’eau sacrée. Le Bouddha lui, reçoit des offrandes de fleurs comme chaque matin depuis les centaines d’années qu’il veille sur Luang Prabang. Sculptées au XIe siècle, les danseuses célestes du temple de Vat Phu, près de Champassak, sont menacées par la forêt.

 

le laos

 

Mystère dans la plaine de Jarres

Il y a 2000 ans que les énormes vases en grès reposent dans la plaine des Jarres. Mesurant près de 8 mètres de circonférence, hauts de 2,50 m, ils ont peut-être servi d’urnes funéraires. Selon la légende, ils auraient été construits par des géants des montagnes pour entreposer l’alcool de riz dont les Laotiens sont friands.

 

le laos

 

Quand les princes deviennent marxistes

La monarchie a été abolie en 1975, mais la statue de Savang Vatthana, dernier roi du Laos, se dresse devant le palais de Luang Prabang. De nombreux membres de la famille royale ont rejoint les dirigeants de la République populaire et démocratique lao qui ont érigé à Vientiane un musée consacré à la révolution.

 

le laos

 

Publié dans Voyages | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : le laos |  Facebook |