19/01/2013

* LA POINTE DU RAZ (mon voyage en Bretagne en 1991)

 

la pointe du raz

 

Pointe extrême de la Cornouaille bretonne, la pointe du Raz, déchiquetée par les vents marins, fait face à l’île de Sein. Cette langue de terre rocheuse domine les flots de ses 70 m de hauteur. De son bras sud, elle ferme la baie des Trépassés. Bordée de gouffres vertigineux, la pointe du Raz est soumise à de violents courants que nombre de navires n’ont pas réussi à vaincre.

Mythique pointe du Raz ! Ses courants violents, auxquels elle doit son nom, furent durant de nombreux siècles le cauchemar des marins. Large d’à peine 500 m, la langue de terre et de pierre s’oriente plein ouest, affrontant les rafales de l’Atlantique.

 

la pointe du raz

 

La solidité des rocs

Il y a quelque 300 millions d’années, le Massif armoricain couvrait la Bretagne ; rongé par l’érosion, l’orgueilleux massif est aujourd’hui à demi englouti. La pointe du Raz quant à elle résiste aux assauts répétés de l’océan et lui oppose la dureté de ses éperons de granite et de grès. La côte, escarpée, est creusée de petites criques : là, des veines de roches plus tendres n’ont pas résisté à l’assaut.

 

la pointe du raz

La ténacité des vents

Lorsque, par gros temps, le vent souffle dans le sens opposé au courant, les vagues se dressent à la verticale. Les embruns se trouvent alors projetés par-dessus les 70 m de la falaise, tandis que les rochers résonnent sous les coups de boutoir de la houle. Marée après marée, les courants rabotent la pointe. Certains jours, ils défilent à quelque 13 km/h : six heures dans un sens, six heures dans l’autre. Pourtant, depuis des millénaires, le cap tient bon même si, au cœur de l’hiver, un pan de falaise s’effondre, un gros rocher roule, des galets sont catapultés jusque sur la lande fleurie.

 

la pointe du raz

 

L’acharnement de la flore

Callunes et bruyères rouges, roses et mauves, genêts jaunes et ajoncs d’or, fougères vert tendre et lotiers orange vif … Dans un milieu naturel aussi rude, on peut s’étonner d’une telle diversité. Il suffit qu’un peu de terre s’accumule à l’abri d’un rocher et la végétation reprend ses droits. Pour résister au vent, les plantes ont adopté des stratégies de survie. Elles décollent à peine du sol mais s’y ancrent solidement par de longues racines. Elles supportent les agressions des embruns et de l’écume qui s’insinuent jusqu’au moindre recoin. Leurs feuilles épaisses, comme celles de plantes grasses, contiennent de l’eau pour dissoudre le sel et de larges pores pour l’évacuer ensuite.

 

la pointe du raz

la pointe du raz

 

11/01/2013

* LE NORD D'OUESSAN (mer d'Iroise-Bretagne)

A 20 km à l’ouest des côtes bretonnes, en mer d’Iroise, un archipel d’îlots et d’écueils forme une ultime avancée dans l’Atlantique. Avec ses 16 km2 de superficie, Ouessant est la plus grande de ces îles et la seule, avec Molène, à être peuplée. De la pointe de Pern à la baie du Stiff, le nord de l’île présente une côte sauvage, où sur fond de roches acérées dominant une mer violente, s’épanouit une lande rase.

 

le nord d'ouessan (mer d'iroise)

 

Ceinturée d’écueils, la côte nord d’Ouessant livre un combat incessant pour résister aux assauts des vents et de la mer, moins souvent bleue que blanche d’écume. Le littoral déchiqueté et l’austérité des landes de l’île contrastent avec la richesse de la faune terrestre et aquatique.

 

le nord d'ouessan (mer d'iroise)

 

Un socle de granite

Ses falaises, qui l’élèvent à quelque 40 m au-dessus de la mer, rappellent que Ouessant est un vestige des hauts plateaux armoricains qui, à l’ère primaire, marquaient l’extrémité ouest de ce massif hercynien. Le nord de l’île, de la pointe de Pern, face au phare de Nividic (à l’ouest), jusqu’au phare du Stiff (à l’est), est le théâtre de la rencontre entre la Manche et l’Atlantique. Née de l’autre côté de l’océan, développée sous l’effet des vents d’ouest, la houle vient brutalement rencontrer des hauts-fonds, tandis qu’à marée descendante le fort courant de la Manche vient télescoper les vagues, donnant naissance à de monstrueux chaos d’écume.

 

le nord d'ouessan (mer d'iroise)

 

Une terre d’escale

Bien que le climat ouessantin connaisse la plus faible amplitude thermique de France, sa végétation est caractéristique des milieux frustes. Lichens, criste-marine, armérie et oseille des rochers s’accrochent aux pointes granitiques et forment, sur le plateau, une pelouse rase. Ouessant abrite de nombreuses espèces d’oiseaux marins, comme le cormoran huppé, le crave à bec rouge, l’océanite tempête, le gravelot et le macareux moine. A l’automne, l’île fait office d’étape migratoire pour d’autres espèces d’oiseaux, d’Europe occidentale, d’Islande et du Groenland.

 

le nord d'ouessan (mer d'iroise)

 

Un royaume pour les mammifères marins

Ses eaux très riches ont permis à une population de phoques gris de s’installer à Ouessant et sur les îlots alentours. Deux populations distinctes de grands dauphins sillonnent les eaux de l’archipel. On peut également observer au large de la côte des dauphins communs, des globicéphales noirs et, plus rarement, des rorquals et des cachalots. Cette grande richesse de la faune et de la flore a motivé le classement, par l’Unesco, de l’archipel d’Ouessant et de Molène en réserve mondiale de biosphère.

 

le nord d'ouessan (mer d'iroise)

 

08/01/2013

* LES ROCHERS DE PLOUMANACH (mon voyage en Bretagne en 1991)

Entre Perros-Guirec et Trébeurden, les 20 km de cotes sont creusés dans un granite éclatant, c’est la Côte de Granite rose. A Ploumanac’h, d’étonnantes statues de pierre surgissent, taillées par les eaux et les vents. Si ces sculptures monumentales, qui peuvent atteindre 25 m de hauteur, paraissent instables, il n’en est rien. Solidement ancrées dans le sol, elles font partie du paysage depuis des millénaires.

 

les rochers de ploumanach (bretagne)

 

Battues par les vents, les terres s’avancent dans la mer. Seuls une végétation de lande et quelques arbres peuvent s’y développer. En s’approchant des côtes, on voit apparaître quelques géants de pierre, comme assoupis au cœur de cette flore. Puis sur le rivage, les blocs n’acceptent plus d’intrus entre eux : le paysage laisse alors place à un énigmatique chaos rocheux.

 

les rochers de ploumanach (bretagne)

 

Fils du feu, du vent et de l’eau

Le granite naît en profondeur, sous la croûte terrestre, du refroidissement extrêmement lent du magma. Roche plus dure que le marbre, elle affleure au fur et à mesure du lent travail d’érosion qu’effectuent le vent et l’eau. Les monstres de pierre de Ploumanac’h sont constitués d’un granite extrêmement résistant ; moins tendres que la roche qui les entoure, ils défient l’érosion. L’oxydation des particules de fer qu’ils contiennent est à l’origine de leur délicate teinte rosée.

 

les rochers de ploumanach (bretagne)

 

Un jardin aux sculptures chaotiques

Ces rochers en équilibre ont des formes bien étranges que chacun se plaît à interpréter. Certains y voient, là une bouteille, ici une tortue, ailleurs une chaussure ou encore le bicorne de Napoléon. Les rochers sont si imbriqués les uns dans les autres que l’on craint tout d’abord d’en bousculer un de peur qu’ils ne s’écroulent tous. Veillé par la tour carrée du phare de Ploumanac’h, qui trône à la pointe de Squével, ce fabuleux enchevêtrement minéral reste pourtant en équilibre.

 

les rochers de ploumanach (bretagne)

 

Un site ornithologique privilégié

A 15 km des côtes de Ploumanac’h s’étend l’archipel des Sept-Iles, qui abrite une réserve naturelle. La proximité de ce refuge profite au site des rochers puisque des espèces d’oiseaux exceptionnels viennent s’y établir. Des espèces en voie de disparition comme le macareux moine, le petit pingouin et le fou de Bassan ont fait leur réapparition au sein des rochers. Il n’est heureusement plus rare de voir un fou s’élancer de plusieurs dizaines de mètres de hauteur et plonger à la recherche des poissons dont il se nourrit ou de surprendre un petit pingouin veiller sur son unique œuf. Le grand pingouin a été moins chanceux : il a aujourd’hui complètement disparu.

 

les rochers de ploumanach (bretagne)

 

04/01/2013

* AH ! QUE L'AFRIQUE EST LOIN (Jamaïque)

 

Pour les Jamaïquains, adeptes du culte rastafarien, Dieu s’y appelle Jah, leur île natale est terre d’exil. Et ils rêvent, dans leur ghetto, d’un retour vers une Afrique mythique. Un rêve qui crée une nouvelle culture caraïbe sur le rythme du reggae.

 

ah que l'afrique est loin (jamaïque)

 

100000 rastas parmi 2,13 millions de Jamaïquains

Pour obtenir leur « rapatriement » en Afrique, les adeptes les plus virulents du culte du raz Tafari, l’ex-négus d’Ethiopie, viennent manifester devant l’ambassade de Grande-Bretagne, arborant sur un symbolique bâton de berger et sur leurs habits rouges, l’or et le vert, couleurs de l’Ethiopie.

 

ah que l'afrique est loin (jamaïque)

 

Moins d’un quart de la Jamaïque est cultivé

Canne à sucre, banane et café sont cultivés à l’intérieur de l’île. Pour ravitailler la capitale Kingston, une ligne de chemin de fer a été tracée par les Anglais jusqu’à Montego Bay, sur la côte nord. Le prix des denrées locales y est prohibitif pour les classes pauvres.

 

ah que l'afrique est loin (jamaïque)

 

Un gouverneur général nommé par l’Angleterre

Indépendante depuis 1962, la Jamaïque, la plus grande des Antilles anglophones, est restée membre du Commonwealth. L’influence anglaise se retrouve, en particulier, dans les défilés de musique militaire.

 

ah que l'afrique est loin (jamaïque)

 

Les rastas refusent l’enseignement officiel

Pensant que tout ce qui vient du monde occidental est l’émanation de « Babylone », les rastafariens ne donnent à leurs enfants pour toute instruction que la lecture de la Bible et l’histoire africaine. La coiffure en mèches naturelles répond au commandement du Livre qui ordonne de ne pas se couper les cheveux. Elle évoque celle des guerriers Masaïs africains.

ah que l'afrique est loin (jamaïque)

 

L’ancienne île aux esclaves

Les Indiens Arawaks, décimés par les Espagnols avaient baptisé l’île « Xaymaca », le pays des sources. Entre 1655, date de leur conquête et 1833, où l’esclavage fut aboli, les Anglais firent de la Jamaïque la plaque tournante du « bois d’ébène ». Troisième producteur au monde pour la bauxite.

 

ah que l'afrique est loin (jamaïque)

 

Trois sur quatre sont d’origine africaine

La religion officielle jamaïquaine est l’anglicanisme : 20 % de fidèles, contre 55 % de réformés. Les rastas ont leurs dissidents : l’Eglise copte éthiopienne, culte que le négus pratiquait. On y dit la messe et l’on y baptise les nouveaux disciples. Les rastas utilisent la ganja, la marijuana, pour la méditation spirituelle, non comme euphorisant. Existent aussi de rares musulmans.

 

ah que l'afrique est loin (jamaïque)

 

30/12/2012

* POMPEI (Italie) mon voyage en Côte Amalfitaine 2010

POMPEI, LA VIE EN CENDRES  

Momifiée sous un déluge de centres, Pompéi constitue, depuis qu’elle a été remise au jour, le plus riche témoignage de la civilisation romaine. Mais cette cité est menacée d’une seconde mort. Car, aux catastrophes naturelles, s’ajoutent les effets de l’incurie des hommes.

 

pompéi (italie)

 

Sinistrée au moins trois fois

La « maison de Vénus » était en cours de réparation au moment du grand cataclysme de l’an 79. Elle fut endommagée par les bombes en 1943. Restaurée depuis 1952, elle se trouve de nouveau dans la zone affectée par le dernier séisme. Curieux destin pour cette demeure de gens aisés qui avaient choisi de décorer leur patio avec une image de la déesse de l’Amour, voguant paisiblement sur les flots, allongée sur sa grande conque.

 

pompéi (italie)

 

La réouverture a eu lieu deux mois après le séisme

Avant le tremblement de terre de 1980, tous les ans, plus d’un million de touristes venaient visiter la ville. Cette foule, passant chaque jour par la rue de l’Abondance, était une nuisance plus dangereuse que le vandalisme ou le vol. Créé en 65 avant J.C., l’amphithéâtre fut le premier bâti par les Romains. Il accueillait 20000 spectateurs.

 

pompéi (italie)

 

Le Vésuve, ce jour-là, fit deux mille victimes

Figés par la lave, puis par des moulages en plâtre, on peut encore voir des habitants de Pompéi dans l’attitude où la mort les surprit. Il y en a qui tentent de s’enfuir, de protéger leurs enfants, ou de mettre leur magot à l’abri. On peut voir ces bouleversants spectres à l’Antiquarium, ou aux thermes de Stabies. Mais certains ont été laissés à l’endroit même où les corps furent autrefois découverts.

 

pompéi (italie)

 

En trois heures, tout fut fini

Le 24 août 79, à 10 heures du matin, le bouchon de lave du Vésuve explose. Une pluie de pierres ponces, puis de cendres s’abat sur la ville. A 13 heures, toute vie a disparu. Pompéi comptait alors environ 12000 habitants ; 2000 d’entre eux ne purent s’échapper. Cette coquette cité provinciale possédait un forum, deux théâtres-gymnases, un stade, des bains publics. Entreprises avec méthode seulement après 1860, les fouilles ont mis à jour les deux tiers de la ville. Un tiers de Pompéi est donc encore sous les décombres et reste ainsi conservé. Le tremblement de terre du 23 novembre 1980 a fait peu de dégâts mais a fragilisé de très nombreux édifices.

 

pompéi (italie)

 

120 maisons gardent encore leurs décorations

De nombreux vestibules pompéiens étaient couverts de mosaïques. Dans la villa des Mystères, une fresque de 3 m de haut sur 17 m de large raconte les phases successives de l’initiation d’une jeune mariée au culte voué au dieu Bacchus.

 

pompéi (italie)