25/08/2011

* WINTERSLAG (Genk - Limbourg)

CHARBON,  DESIGN  ET  PETIT  AIR  D’AUVERGNE (Genk)

Rebaptisé C-Mine, l’ancien site minier de Winterslag vaut le détour. La culture et la créativité contemporaine y sont à l’honneur, tout comme les traces du récent passé minier.

Le complexe monumental et fort étendu se décline en une série de bâtiments où le c règne en maître, c comme culture et créativité.

 

genk, limbourg, winterslag

 

Dans la grande salle de théâtre, un périscope vous révèle les environs, une façon originale de découvrir l’histoire de la région. Au premier étage, les énormes presses à air semblent s’être arrêtées hier seulement (la mine a fermé en 1988).

Un parcours souterrain vous mènera jusqu’au grand puits de forage que vous pourrez ensuite escalader jusqu’à son sommet (62 m).

 

Le blanc et le bleu Stockmans

Les alentours sont encore en pleine construction ou rénovation mais certains bâtiments sont déjà achevés. Un peu à l’écart du bâtiment principal s’élève l’ancien magasin central. La céramique et le bleu si typiques dominent au rez-de-chaussée, mais au premier on pénètre dans un univers quasi immaculé, où l’œil perçoit des livres en porcelaine, une Blanche-Neige, des moulages de corps et une procession de ventres arrondis.

 

genk, limbourg, winterslag

 

Collines vertes et nues

Si vous visitez C-mine le matin, il vous restera du temps l’après-midi pour découvrir les alentours. La première partie de terre noire est raide mais ensuite le chemin grimpe en douceur parmi les bouleaux, premiers arbres à avoir colonisé les collines houillères. C’est un paysage digne de l’Auvergne avec ses collines vertes et nues. On a ôté les restes de charbon avant de semer de l’herbe sur les terrils. Au printemps, tout ce vert vif fait presque mal à la rétine.

D’autres vestiges miniers vous attendent à l’Ouest de C-Mine. La vaste cité-jardin de Winterslag a été érigée dans les années 1920 – 1930, pour accueillir les mineurs et contrôler leur temps libre et leurs dépenses.

De nombreux travaux de transformations ont été menés mais le caractère originel du quartier reste bien visible. L’église retrace la vie édifiante de sainte Barbara, patronne des mineurs.

 

genk,limbourg,winterslag

 

 

22/08/2011

* LE CAP FREHEL (mon voyage en Bretagne en 1991)

Dans la série petits coins de France: voici  Le Cap Fréhel, un promontoire de grès rose.

 

cap fréhel

Se partageant entre la baie de Saint-Brieuc et le golfe de Saint-Malo, le cap Fréhel se dresse. Colossale muraille de grès rose, de quelque 70 m de haut, il s’avance audacieusement dans la Manche. Ce promontoire couvert de lande est comme un joyau ornant la magnifique Côte d’Emeraude. Difficile d’accès en certains endroits, il accueille et préserve de nombreuses espèces d’oiseaux marins.

cap fréhel

 

Avec ses falaises qui plongent dans les eaux vertes de la Côte d’Emeraude, le cap Fréhel porte l’une des plus riches landes de Bretagne. En dépit de la pauvreté des sols, des vents et des embruns, les falaises constituent de magnifiques tapis fleuris au printemps.

Une couverture végétale à l’uniformité trompeuse

Sous une apparence homogène, ces roches féeriques constituent un extraordinaire conservatoire de faune et de flore. Le cap Fréhel accueille en effet le plus vaste ensemble de landes du littoral armoricain. Rase sur les falaises, la lande se peuple d’ajoncs et de nombreuses variétés de bruyères sur le plateau : bruyère callune, bruyère centrée, bruyère à quatre angles et bruyère cillée. De plus, au sud se trouvent des ensembles de dunes livres ou fixées par des végétaux.

cap fréhel

Saint-Brieuc

Plus tendre, plus sensible à l’érosion que le granite, le grès se dénude en strates horizontales et régulières. Cette roche est propice à une végétation résistante aux influences maritimes. Fixée à la roche par de vigoureuses racines, l’armérie aux petits pompons roses se protège des intempéries grâce à sa touffe herbeuse. La criste-marine, ou perce-pierre, développe quant à elle des feuilles charnues pour se préserver.

 

cap fréhel,côte d'émeraude

la criste-marine

 

Un panorama riche de découvertes

Lorsque le temps est clair, il est possible d’apercevoir l’île de Bréhat et la presqu’île du Cotentin au nord-ouest, l’archipel des îles Chausey au nord-est. Au nord-est du cap, on distingue clairement, au-delà de l’anse de Sévigné, le célèbre fort La latte. Perché sur des falaises, ce château, bardé d’imposantes et belles murailles féodales, nargue le grand large.

Edifié au XIIIe et XIVe siècles, avec deux ponts levis enjambant la mer, il fut rénové au XVIIe.

Le cinéaste américain Richard Fleischer y tourna en 1957 son célèbre film « Les Vikings » avec Kirk Douglas et Tony Curtis, sensé se dérouler … en Ecosse. Enfin, l’examen attentif des flots permet parfois de repérer le souffle d’un grand dauphin.

cap fréhel

18/08/2011

* LES PAYS BALTES (Lituanie-Estonie et Lettonie)

LES PAYS BALTES TERRES DE CONTRASTE

De Klaipeda en Lituanie à Tallinn, la capitale estonienne, voici trois pays baltes. Un itinéraire truffé de surprises : une ancienne station thermale, une colline hérissée de crucifix, une foule de cafés branchés. L’ouest de la Lituanie ne manque pas de grandeur.

Klaipeda, dans cette petite ville où les tours d’habitation héritées du régime communiste cachent de charmantes maisonnettes ouvrières et de vastes plages.

 

lituanie, estonie

 

La vente de l’ambre, de la résine ancienne fossilisée, ces pierres ont plus de 45 millions d’années, elles contiennent des restes d’insectes.

La Parc Grutas, surnommé « Stalin World à cause de sa collection de vieilles statues communistes.

L’eau du Niémen

Druskininkai, au temps du communisme, l’endroit était une station thermale, exploitant l’eau riche en sels et minéraux du Niémen. Ses bouillons bienfaisants, un massage sous-marin, une bonne suée dans la cabine à vapeur, puis bain de boue d’un noir d’encre, très chaude et gluante. Pour terminer, le massage intestinal vers le haut.

 

lituanie, estonie

le Niemen

 

La Vierge Noire

Vilnius, capitale lituanienne n’a vraiment pas volé sa place sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Si l’extérieur de la ville a conservé ses tristes tours grises, incarnations de briques d’une planification économique concrétisée jusque dans les moindres détails, le centre-ville beau, tendance et regorgeant de richesses historiques et artistiques, déborde de jeunesse.

 

lituanie, estonie

Vilnius

 

Des centaines de Polonais se pressent devant la chapelle de la Vierge Noire. Il semblerait que la Vierge ait accompli l’un ou l’autre miracle. Les communistes tentèrent en leur temps de chasser les catholiques, rebaptisant l’artère en l’honneur de Gorki, mais après 1989, les fidèles reconquirent « leur » rue.

Le centre-ville médiéval fourmille d’agréables cafés, on pourrait se croire à Vienne, mais aussi d’élégantes boutiques de design. Plus rien à Vilnius ne rappelle l’ancienne cité communiste qu’elle fut pourtant naguère.

La Colline des Croix

Près de 200 kilomètres de voies peu fréquentées relient Vilnius à Siauliai, plus au nord. Siauliai est une ville insignifiante dont le principal atout est sans doute sa proximité avec la célèbre Colline des Croix qui forme, avec la Vierge Noire de Vilnius, l’épicentre religieux de la Lituanie. Sur cette éminence d’un demi-hectare se trouvent rassemblés environ un demi-million de crucifix dont la taille peut aller d’un centimètre à deux mètres.

 

lituanie, estonie

Siauliai, la colline des croix

 

La capitale Riga, baignée par la mer Baltique, fut au Moyen-Age une importante ville hanséatique, ce qui lui vaut d’avoir conservé, aujourd’hui encore, une empreinte distinctement européenne. Ce sont principalement les Allemands et les Suédois qui ont contribué à sa construction. Sa cathédrale aussi est éclectique. Sous le régime communiste, les messes étaient interdites dans cette église, la plus grande de la région balte et ce n’est qu’en 1988 que l’édifice a retrouvé sa fonction religieuse.

En s’approchant de Tallinn, l’Estonie est à la fois le plus riche et le plus cher des pays baltes. A Tartu, les prix restent raisonnables, sans doute grâce à son statut de ville estudiantine. A l’instar de Riga, cette cité proche de la frontière russe affiche une atmosphère très suédoise.

 

lituanie, estonie

Tallinn

 

Tallinn est une capitale tout en contradictions : d’un côté cette ville relativement modeste semble ultra progressiste et moderne, de l’autre c’est aussi la cité médiévale la mieux préservée d’Europe. Le plus bel endroit de Tallinn, c’est la place Raekoja, la Grand-Place. La tour de l’hôtel de ville a des allures de minaret, et pour cause : des négociants en ont ramené les plans d’un voyage d’affaires au Moyen-Orient. Tallinn aussi était une ville hanséatique. L’hôtel de ville date du XIVe siècle, il est le seul bâtiment de ce type en style gothique dans toute l’Europe du Nord.

 

lituanie, estonie

Estonie

 

La Lettonie, en forme longue la République de Lettonie, est un pays d’Europe du Nord situé sur la rive orientale de la mer Baltique. C’est l’un des trois pays baltes, le pays est bordé par la Lituanie au sud et par l’Estonie au nord. La Lettonie a aussi des frontières terrestres à l’est avec la Russie et au sud-est avec la Biélorussie. La Lettonie est un Etat membre de l'Union européenne depuis le 1er mai 2004, son entrée dans la zone Euro reste encore incertaine.

 

lituanie,estonie,tallinn,vilnius,klaipeda,niemen siauliai

Riga en Lettonie

 

 

 

 

14/08/2011

* LES ROCHES D'OËTRE (France)

Dans la série petits coins de France: voici "Les roches d'Oëtre"

Un éperon minéral en Suisse normande

L’arrière-pays normand est moins connu que sa côte et ses bocages. Au cœur de la Normandie, la Suisse normande mérite pourtant le détour. Ses paysages vallonnés offrent un tout autre aspect de la région : ce sont ici des reliefs irréguliers, creusés de gorges profondes. Surplombant le cours de la Rouvre, les roches d’Oëtre dominent les paysages environnants.

 

roches oëtre

 

Emergeant d’un océan de verdure, que la présence de la Rouvre garde toujours frais et ombragé, les roches d’Oëtre imposent au promeneur la vision de leur surface chaotique et nue. Elles offrent un point de vue sublime et quasiment aérien sur le ruban de la rivière et la forêt qui l’environne.

Une curieuse formation géologique

A cheval sur les départements du Calvados et de l’Orne, dominant le bocage, une partie du Massif armoricain prend le nom de « Suisse normande » tant son relief accidenté évoque ce pays de montagnes. Formées de barres de granite et de grès, ces hauteurs sont entaillées par de nombreux cours d’eau qui y ont creusé leur lit.

 

roches oëtre,suisse normande

la Rouvre

 

 

Ainsi, les roches d’Oëtre dominent de leurs 130 m les méandres de la Rouvre et offrent un magnifique point de vue sur la région, jusqu’aux plateaux de Berjou et d’Athis.

Cette formation géologique est constituée notamment de couches de poudingues, des roches sédimentaires composées de galets de quartz et de grès arrondis.

 

roches oëtre

 

Une flore de montagne

Seules des plantes adaptées à la vie sur des à-pics rocheux (fort ensoleillement, manque d’eau) parviennent à se développer. Rien d’étonnant donc à ce que cette partie de la Suisse normande possède une flore aromatique très proche de celle des pierriers montagnards (zones d’éboulement de pierres). Les plantes médicinales constituent les principales vedettes de l’exubérante végétation qui déborde ici, entre genêts et merisiers. Un parcours botanique balisé permet d’appréhender cette diversité floristique.

Rochers et méandres

Cet environnement encaissé et envahi de végétation regorge d’endroits abrités qui, au cours des siècles, servirent de refuge tant aux brigands qu’aux Chouans. De nos jours, si la fraîcheur des eaux vives suscite des vocations de pêcheurs à la truite, on peut aussi, simplement y randonner. Le site est au cœur d’une belle balade, au départ de Saint-Philibert-sur-Orne, menant des rives de l’Orne à celles de la Rouvre, un méandre très fermé de la Rouvre, avant de redescendre vers le lieu-dit de l’Oëtre.

roches oëtre

la Suisse Normande

 

09/08/2011

* BRUXELLES - MA VISITE AU PALAIS ROYAL (août 2011)

BRUXELLES  ET  LE  PALAIS  ROYAL

Le Palais Royal de Bruxelles vous ouvre ses portes dans les jours qui suivent la fête nationale.

Une foule nombreuse et attentive peut ainsi pénétrer dans cet imposant édifice, commandé par Léopold II à l'architecte Alphonse Balat et achevé en 1865. Le public peut ainsi déambuler dans des salles, couloirs et escaliers monumentaux, et contempler des collections inestimables d'oeuvres d'art et de décoration, originaires de tous les continents et de toutes les époques.

 

bruxelles,palais royal,grand place


Depuis plusieurs années, cet événement est l'occasion pour le Roi et la Reine de promouvoir l'intérêt pour l'art, la culture et les sciences.

 
L'exposition « Sciences au Palais » est le résultat d'une collaboration entre le Palais Royal et plusieurs partenaires. La Politique scientifique fédérale organise cette année dans la Grande Galerie une exposition sur la chimie et l'art.

 

bruxelles,palais royal,grand place

 

L’indépendance de la Belgique a été proclamée en 1830 mais la monarchie a été instaurée en 1831. Léopold Ier, prince de Saxe-Cobourg-Gotha, prête serment le 21 juillet 1831 et devient le premier Roi des Belges.

Le Palais Royal de Bruxelles est un des plus beaux bâtiments officiels de la capitale.

Situé en face du Palais de la Nation, à l'autre extrémité du Parc Royal, le Palais Royal symbolise en quelque sorte notre régime, à savoir la monarchie constitutionnelle. Le Palais est donc l'endroit où le Roi exerce ses prérogatives de Chef d'Etat.

 bruxelles,palais royal,grand place

C'est au Palais que le Roi accorde ses audiences et que les affaires de l'Etat sont traitées.

Outre le bureau du Roi et celui de la Reine, le Palais Royal abrite les services du Chef du Département Economique, Social et Culturel, du Chef de Cabinet du Roi, du Chef de la Maison Militaire du Roi, de l'Intendant de la Liste Civile du Roi, du Chef du Département des Relations extérieures, du Chef de Protocole de la Cour et du Chef du Département des Requêtes.

Le Palais comporte aussi les Salons d'apparat où sont organisées les grandes réceptions, ainsi que les appartements mis à la disposition des chefs d'Etat en visite officielle.

  bruxelles,palais royal,grand place

Quatre œuvres d'art contemporain

Sélectionnées avec l'aide d'un comité d'avis, ces 3 œuvres sont :

« Heaven of Delight » de Jan Fabre

bruxelles,palais royal,grand place

Le plafond et le lustre central de la Salle des Glaces, dont l'aménagement avait été interrompu par la mort de Léopold II, ont été recouverts de 1,4 million d'élytres de scarabées thaïs, qui réverbèrent et interprètent la lumière à la manière d'un tableau vivant. Jan Fabre et son équipe de 29 artistes ont eu besoin de près de 3 mois pour réaliser ce travail de bénédictin. La salle des Glaces (2002) 

 

bruxelles,palais royal,grand place

 

La salle Empire

Tapis persan (1900)

 

bruxelles,palais royal,grand place

 

Le Petit et le Grand Salon Blanc

La Reine Louise-Marie 

 

bruxelles,palais royal,grand place

 

L’Escalier de Venise

Venise, vue du Grand Canal 

 

bruxelles,palais royal,grand place

Le salon aux pilastres

Harpe ayant probablement appartenu à la reine Louise

 

bruxelles,palais royal,grand place

 

 

La salle du trône

 

bruxelles,palais royal,grand place

Série monochrome de Marthe Wéry

Dans le hall dépouillé qui mène au bureau du Roi, les 7 peintures de Marthe Wéry sont autant de taches de pureté et de clarté qui reflètent la lumière venant de l'extérieur.

Portraits de Dirk Braeckman

Dans les salles entourant le Grand Escalier, trônent à la manière des portraits d'antan 2 photos en pied du Roi Albert II et de la Reine Paola avec, à l'arrière plan, les jardins de Laeken et Bruxelles. 4 autres photos, reprenant des détails des salons du Palais Royal, complètent le tableau.

En 2004, une quatrième œuvre d'art, est inaugurée dans la Salle Empire du Palais Royal.

"Les Fleurs du Palais Royal" de Patrick Corillon

Dans la Salle Empire, 11 pots dorés, contenant de la terre appartenant à chacune des provinces du pays, bercent des fleurs dont les différentes tiges racontent une légende liée à la terre, dans une multitude de langues. C'est en lisant ces histoires que nous faisons pousser la fleur à l'intérieur de nous.

L'Escalier d'honneur

L'espace majestueux, aux proportions imposantes, fut conçu par Alphonse Balat pour le Roi Léopold II. Les murs pâles et les colonnes de pierre, le marbre blanc du vaste escalier, le marbre vert de la rampe, les dorures, les miroirs et les baies vitrées, la Minerve de marbre contribuent à l'harmonie de l'ensemble.

Quelques renseignements concernant Bruxelles

Bruxelles est née en 979 à Saint-Géry. Son emblème est l’Iris.

A cette époque, on écrivait Brusselles avec 2 « s ».

En effet, l’orthographe actuelle du nom provient d’une habitude des scribes du Moyen Âge, de remplacer les doubles « s », comme dans Brussel, Brusselles, par une croix, ce qui n’en modifiait pas la prononciation. Cette croix, assimilée à un « x », n’a été prononcée « ks » en français qu’à partir du XVIIIe siècle. 

Aux angles de la Colonne du Congrès, représentation des libertés constitutionnelles, « culte, association, enseignement et presse ».

Voici notre magnifique Grand-Place, unique au monde.

Mondialement renommée pour sa richesse ornementale, elle est bordée par les maisons des corporations. Elle a été inscrite en 1998 sur la liste du patrimoine mondialde l'UNESCO..Mondialement renommée pour sa richesse ornementale et esthétique, elle est bordée par les maisons des corporations, l'Hôtel de Ville et la Maison du Roi.

C’est un ensemble remarquablement homogène de bâtiments publics et privés, datant principalement de la fin du XVIIe siècle, dont l’architecture résume et illustre de manière vivace la qualité sociale et culturelle de cet important centre politique et commercial.

Chacune des maisons qui entourent la Grand-Place, très différentes par leur taille, a son propre nom : les Ducs de Brabant, le Roi d'Espagne, le Cornet, le Cygne, la maison des Brasseurs, le Cerf, la maison des Tailleurs. Le degré de conservation des structures d'origine à l'intérieur des différentes maisons qui entourent la Grand-Place est très variable. Dans certains cas, presque aucun changement n'y a été apporté depuis le XVIIIe  siècle, tandis que d'autres ont fait l'objet d'une conversion ou d'une modernisation radicales. Dans un certain nombre de cas, les rez-de-chaussée ont été transformés en boutiques, en restaurants ou en cafés.

L'hôtel de ville, qui couvre la plus grande partie du côté sud de la Grand-Place, est formé de différents corps de bâtiment groupés autour d'une cour interne rectangulaire. La partie donnant sur la place, formée de deux bâtiments en équerre, est du XVe  siècle. Toute sa façade est décorée de statues remontant au XIXe  siècle. La partie sud du complexe est un édifice classique étroit, du XVIIIe  siècle, qui referme le plan en U des structures gothiques. Face à l'hôtel de ville, de l'autre côté de la place, se trouve son autre édifice principal, la maison du Roi, aujourd'hui utilisée comme musée de la ville. En 1873, le conseil municipal décida que son état de conservation était si mauvais qu'il fallait le démolir et le reconstruire selon son plan d'origine. L'édifice actuel, bâti en brique sur trois étages, présente une façade à arcades, un toit de Saddleback en bâtière et une tour centrale dotée d'une lanterne.

 

bruxelles,palais royal,grand place

l'hôtel de ville

 

« Le Cygne »

Mentionnée au XVe siècle, c'était alors un cabaret entouré d'un jardin en retrait par rapport aux maisons voisines.

Rebâtie en 1523 par Apollonie d'Ouderghem dans le même alignement avec l'Arbre d'Or et l'Etoile. Sa façade était en bois.

 

Reconstruite en 1698 par le financier Pierre Fariseau, elle fut ensuite rachetée par la corporation des bouchers en 1720.

 

 

bruxelles,palais royal,grand place

le Cygne

La Maison du Cygne (1698). Pour la petite histoire, j’y ai connu son restaurant dans les années 1980. C’est un souvenir inoubliable.

La maison des Ducs de Brabant

A cet endroit se trouvait au Moyen Age, le "Meynaert steen" (maison en pierre des Meynaert).

Bâtie sur une colline de sable, elle servait de défense à l'îlot St-Géry; désaffecté lors de la construction de la première enceinte de la Ville, elle fut démembrée.

En 1441, elle fut expropriée par la Ville qui la restaura avec les maisons voisines et les réunit en une même construction (façade à pilastres).

Après le bombardement de 1695, elle fut reconstruite l'année suivante par l'architecte Guillaume de Bruyn et ce groupe de 7 maisons fut alors réuni sous un même fronton, sur le côté Est de la Grand-Place.

 

bruxelles,palais royal,grand place

 

 Maison des Ducs de Brabant

Quartier Saint-Géry

Berceau de la ville, l'ancien quartier du marché aux poulets, aujourd'hui séparé par le boulevard Anspach, est dominé par un marché couvert ou halle construit en 1881. Cette place est l'ancienne île Saint-Géry formée par les bras de la Senne.

La rivière se divise en deux bras au niveau d’Anderlecht, pénétrant à l’intérieur du tracé des anciens remparts: pour l’un, par la Grande écluse, près de l’actuelle gare du Midi et pour l’autre, par la Petite écluse, au niveau de la Porte de Ninove. Leurs parcours sinueux à travers la ville forment deux îlots se rejoignant au niveau du second, la Grande île ou île Saint-Géry, avant de poursuivre vers le boulevard d’Anvers. Un bras artificiel, la petite Senne, constitué par les anciens fossés extérieurs de la seconde enceinte relie les deux bras en deçà des écluses, servant de dérivation, et longe le canal de Charleroi, avant de rejoindre le cours principal de la rivière au nord de la ville.

Voici ce qu’il reste encore de cette petite rivière qu’est la Senne

 

bruxelles,palais royal,grand place

la Senne

bruxelles,palais royal,grand place

 

 

bruxelles,palais royal,grand place

 Halles Saint-Géry

Bruxelles est la capitale de la Belgique (Bruxelles-ville), de la Communauté flamande, de la Communauté française de Belgique et de la Région de Bruxelles-Capitale.C'est aussi le siège de plusieurs institutions de l’Union européenne, ainsi que de nombreuses organisations internationales, dont l’OTAN.

 

bruxelles,palais royal,grand place

Vue du ciel