30/10/2010

* LA LOZERE, LA CANOURGUE, GORGES DU TARN ET DE LA JONTE (France) (en deux parties)

La Lozère, la Canourgue, Gorges du Tarn et de la Jonte - mon voyage en 2005.

Cette note annule et remplace le post du 24/07/2008

1ère partie

Nichée au pied du Causse de Sauveterre et ouverte vers la vallée du Lot, La Canourgue est arrosée par les eaux limpides de l’Urugne. Ce ruisseau et ses multiples canaux passent au cœur de la ville, tantôt à l’air libre, tantôt sous les maisons et confèrent à la Canourgue une originalité particulière lui valant le surnom de « petite Venise lozérienne » Au détour d’anciennes ruelles étroites et sinueuses, découvrez la tour de l’horloge, vestige de l’ancienne citadelle ; la maison Renaissance ornée de fenêtres à meneaux, le charme médiéval de la maison à pans de bois ; la collégiale Saint Martin autour de laquelle fut bâtie la cité. Promenez vous dans le quartier de Saint Frézal et laissez vous séduire par sa chapelle romane et sa source. Montez au sabot de Malepeyre, curieux rocher taillé dans la roche d’où vous aurez une vue imprenable sur le vallon du golf.

Idéalement située à deux pas des Gorges du Tarn et des immenses plateaux de l’Aubrac, La Canourgue offre aux visiteurs un panel de circuits de découverte et d’activités. 
 
L'Urugne est un ruisseau rejoint par plusieurs sources pendant son parcours et qui se divise en de multiples bras pour resurgir au pont du portal.


urugne.jpg

L'Urugne

Le paysage, par ses vallons, vous offre un décor naturel de rochers géants aux formes subtiles et étranges, comme le "Sabot de Malepeyre".
 sabot mal.jpg

Sabot de Malepeyre

mont lozère.jpgMont Lozère

 

 

 

 

Ste Enimie, village médiéval, l’un des plus beaux de France. Ruelles pavées en galets du Tarn.

 

 

 

ste enimie.jpgSte Enimie

 

 

Les gorges du Tarn sont un canyon creusé par le Tarn entre le Causse Méjean et le Causse de Sauveterre. Ces gorges se trouvent principalement dans le département français de la Lozère, mais sont également visibles en Aveyron.   
  

gorges du tarn.jpg

 

gorges du Tarn


Ste Eulalie d'Olt, cité médiévale richement fleurie au milieu d'un bassin de verdure, la ville offre un superbe panorama sur la vallée du Lot qui préserve des forêts de chênes et de châtaigniers.Ce pittoresque village médiéval (15e et 16e siècle) laisse surtout apparaître au-dessus des toits de lauze, la fine silhouette flammée de son clocher. 

ste eulalie.jpgSte Eulalie d'Olt

 

 
Dans la plus belle partie des Gorges du Tarn, au départ de la Malène, les bateliers vous proposent d’avril à octobre, en une balade de 8 kilomètres s'étalant sur une heure environ, de vous guider au cœur de la partie la plus escarpée de ce célèbre canyon.

 

la malène.jpg

la Malène 

Les gorges de la Jonte
Créé en 1970, le Parc national des Cévennes est le seul parc national français de moyenne montagne, et donc le seul à être habité. Au cœur du parc, une rivière nommée la Jonte, longue de 40 km, prend sa source dans le Massif du mont Aigoual et se jette au village le Rozier. Les Gorges abritent une colonie de vautours fauves, réintroduits au début des années 1970, et permettent de très nombreuses activités de loisirs, dont l'escalade et les sports d'eau vive. La Jonte, née à 1350 m. d’altitude, se jette dans le Tarn.
 

 

 jonte.jpggorges de la Jonte

 


Le Cirque des Baume, appelé ainsi à cause de nombreuses grottes qu’il cache.
Baume signifie grottes en occitan.
Les Cévennes (1000 m) partie de la bordure orientale du Massif Central entre l’Hérault et l’Ardèche. C’est une route tracée lors des guerres de religion.

 

 

cévennes.JPGles Cévennes 

 

Saint-Laurent-d'Olt est une commune située dans le département de l'Aveyron (région de Midi-Pyrénées). La ville de Saint-Laurent-d'Olt appartient au canton de Campagnac et à l'arrondissement de Millau. 

 

st laurent d'olt.jpg

Saint-Laurent d'Olt


St Côme d'Olt La ville qui s'étale sur les deux rives du Lot et à laquelle la rivière a tout apporté, respire une prospérité et une grandeur passée. Le visiteur qui découvre St Geniez d'Olt pour la première fois est surpris par sa richesse architecturale : il peut y trouver en effet de grandes places, des églises, des hôtels particuliers construits par la bourgeoisie, témoins des temps prospères de la ville.
 

 

 

st colme d'olt.jpgSaint-Côme d'Olt

 

 

 

st geniez.jpgSt Geniez d'Olt

 

 

 

 
Entraygues
 
Situé au Nord du département de l'Aveyron, le canton d'Entraygues sur Truyère flirte avec l'Auvergne et montre un relief tourmenté, découpé par les vallées du Lot et de la Truyère.

 

  

entraygues sur truyère.jpg

 

Entraygues sur Truyère

 

 

A suivre ...

 

 

 

25/10/2010

* NOS ARDENNES BELGES (deuxième partie) (mes visites chaque année)

2e partie

Vielsalm

 
Vielsalm est une commune de la Haute Ardenne, née de la fusion des anciennes communes de Vielsalm, Grand-Halleux, Petit-Thier et Bihain ; quelques parties de Lierneux, Beho et Arbrefontaine y sont jointes. Vielsalm se situe à la pointe Nord-Est de la province du Luxembourg, formant une poche dans la province de Liège.
Le plateau ardennais est représenté par les environs de la Baraque de Fraiture ou le Grand-Bois. La vallée principale est la vallée du Glain plus communément appelée vallée de la Salm, du nom d’un affluent du Glain. Elle est souvent étroite et profonde, mais peut s’ouvrir largement comme à Grand-Halleux.
La géologie de la région de Salm est une des plus remarquables que l’on puisse trouver. A chaque pas, ou presque, on peut rencontrer des roches rares, voire uniques au monde. On y reconnaît la malachite, l’ottrélite, l’ardennite, la vantasselite, on y trouve des cristaux de quartz, de turquoise..., on y a même trouvé de l’or !
La Salm prend sa source aux environs de Petit-Thier et rejoint le Glain à Vielsalm. Son nom, au contraire du Glain, n'a pas d'origine bien définie. En fait, selon les interprétations, le nom de Salm pourrait tout aussi bien signifier eau trouble en celte, défilé en finnois, saumon en allemand. Les Comtes de Salm en auraient pris le nom et choisi leurs armoiries en fonction de leur interprétation de ce nom.

la salm.jpg


 
Qui ne connaît l’ardoise salmienne ? ou l’arkose aux couleurs multiples ? ou encore le célèbre coticule, unique au monde, dont on fait les fameuses "pierres à rasoir" ?

ardoise salmienne.jpg

Le " Ninglinspo ", un nom bizarre, qui porte à sourire. Mais, il s'agit en fait d'une merveilleuse vallée, trop peu connue. Une vallée "romantique", dans sa réelle définition "qui exulte le goût du mystère et du fantastique". Une vallée où coule une petite rivière, mais où une main géante à jeté ici et là des roches démesurées. Des paysages à la fois doux et appelants au rêve, mais également torturés et grandioses. C'est tout près de chez nous, alors que souvent nous allons le rechercher très loin !

ninglinspo.jpg


Le parcours du Ninglinspo est agrémenté par quelques marmites, encore appelées cuves ou bains. Des noms poétiques leurs ont été attribués : Bain de Diane, Bain de la Loutre, Bain d'Hermès, Bain des Naïades, Bouillon de la Chaudière, Bain du Cerf ou encore Bain de Vénus. Sauvage, mystique, surprenant, éblouissant ...

bain de diane.jpg

le bain de diane dans la vallée du Ninglinspo

 

Trois-Ponts
Trois-Ponts est une entité touristique des Ardennes belges constituée des anciennes communes de Fosse-Sur-Salm, Basse-Bodeux et Wanne, située au confluent des vallées de l'Amblève, de la Salm et du Baleur; ses attraits sont le secteur Horeca et la centrale hydro-électrique de Coo.
 

Coo
Situé dans un cadre naturel magnifique où l'on découvre la fameuse cascade de Coo logée dans la vallée de l'Amblève que l'on survole avec le télésiège, Telecoo constitue une destination privilégiée pour les familles. 
 

coo.jpg


Un grand parc à gibier se visite en petit train et les amateurs de sensations essaieront la piste de bob-luge impressionnante (luge d'été), le karting, la rivière sauvage, le roller coaster...

Grand Halleux
Anciennement partie du comté de Salm, la commune fut créée par le régime français dans le département de l'Ourthe et transférée dans la province de Luxembourg après 1839. Grand-halleux fait partie de la commune de Vielsalm. Le village, comme celui de Salmchâteau doit son nom à un petit cours d’eau, la Salm (la région se nomme d’ailleurs le Val de la Salm ou Pays de Salm).

Rendeux
Le village occupe un site privilégié propice au tourisme vert.
Le château de Rendeux est situé dans une merveilleuse vallée verdoyante proche des centres touristiques de Durbuy et de La Roche en Ardennes.

IMG_0022.jpg


Esneux
Le sol de la commune est en grande partie karstique. Plusieurs chantoirs peuvent être observés. La Spéléologie et l'escalade sont pratiquées à la grotte Sainte-Anne.
Les anciennes carrières de pierre de taille, dorénavant inondées, accueillent par ailleurs des clubs de plongée.
 

esneux.jpg

 

Barvaux
Situé le long de L'Ourthe dans la commune de Durbuy, Barvaux est surtout connu pour le Labyrinthe géant créé dans un champ de maïs géant de plus de 8 hectares.
 
 
St Hubert, capitale européenne de la chasse et de la nature.
Le beau pays de Saint-Hubert est le paradis du tourisme vert. En son centre se dresse la ville de Saint-Hubert, riche de son patrimoine et de sa légende.


La Basilique
La façade est de style plutôt classique, conçue comme un décor de pierre qui masque les anciennes tours (XIIIe, XVIe, XVIIe, de près de 50 m de haut) et leurs tourelles d'escaliers. La façade présente de bas en haut, le porche avec sa clé en forme de bélier (symbole du Christ), les armoiries de l'abbé bâtisseur, Clément Lefèbvre (1700), une grande verrière, l'horloge et un relief surmonté d'une statue (Saint-Hubert - 1986). L'abside pentagonale et les chapelles rayonnantes sont en style gothique tardif du XVIe siècle.
 
 

st hubert.jpg

En février 1990, la Fédération des Associations de Chasseurs de la C.E.E. (FACE) reconnaissait officiellement la ville de Saint-Hubert en tant que "Capitale Européenne de la Chasse".
Voilà plus de trois cents ans que la trompe de chasse, après bien des avatars, résonne, tonne, gronde, hurle, chante, pleure dans la profondeur de nos forêts ou dans la pénombre de nos cathédrales...
Voilà plus de 180 années que la trompe a atteint sa forme actuelle - un simple tube de cuivre, constamment conique de 4,54 mètres de longueur, enroulé à trois tours et demi, en laiton fin et fragile, pesant 800 grammes environ, où aucun artifice, circonvolutions ou pistons, ne vient altérer le souffle de Sonneur, son timbre et sa tessiture actuels, imitant par-là le galop des chevaux et le cri des chiens.

 
trompes chasse st hubert.jpg

Libramont
Point central de la province de Luxembourg, la commune de Libramont-Chevigny doit son implantation à la construction de la ligne de chemin de fer Bruxelles -Arlon en 1858.
Unique en Belgique par ses collections, le Musée des Celtes a ouvert ses portes à Libramont en juin 1998. Il rassemble le produit de plus de trente années de fouilles menées sur des sites celtiques en Ardenne. La région figure, d'un point de vue découvertes, parmi les plus riches de Belgique.

La Foire de Libramont, en Belgique, est un rendez-vous incontournable de tous les acteurs du monde rural. Cette manifestation atypique est la plus grande foire agricole en plein air d’Europe et constitue une vitrine exceptionnelle des produits et du monde agricole dans toute sa diversité.
La Foire de Libramont a été créée en 1926 pour promouvoir le cheval de trait ardennais. Les sports hippiques et la traction chevaline y sont d’ailleurs toujours au programme.

foire libramont.jpg

foire de Libramont

 

Arlon
Plus vieille ville de Belgique, Arlon se trouve au coeur d'une des plus belles régions de notre pays.
Ses innombrables et fabuleux trésors archéologiques, son riche passé historique mais surtout gallo-romain, mais également sa richesse culturelle, gastronomique et folklorique ainsi que ses attraits touristiques.

 

palais de justice arlon.JPG

Palais de Justice d'Arlon

Redu est une ancienne commune de la Région wallonne, regroupée avec Anloy, Libin, Ochamps, Smuid et Villance dans la commune de Libin.

C'est un village du livre.

Le week-end de Pâques 1984, pour la première fois, les livres ont envahi les rues de ce petit village d’à peine 400 habitants. Ce fut un succès étonnant : 15.000 visiteurs s’étaient déplacés pour participer au premier grand marché du livre rare ou d’occasion jamais tenu en Ardenne belge. Le Village du Livre de Redu était né.

Aujourd’hui, en parcourant les rues de Redu, on peut trouver 22 bouquineries. Ce ne sont pas moins de deux kilomètres de rayonnages qui s’offrent aux lecteurs dans les différentes librairies du village.

redu.jpgRedu


La Semois est une rivière qui prend sa source à Arlon en Belgique, se dirige vers la Gaume puis l'Ardenne. La partie wallonne de la vallée de la Semois fut réputée au XXe siècle pour son tabac (à rouler ou à pipe).

 

semois.jpgla Semois



La Lesse
Au fil de sa rivière, la Haute-Lesse propose des paysages calmes et équilibrés. Villages, campagnes et bois ont gardé l'attrait rustique et des aspects authentiques de la vieille Ardenne.

la lesse.jpgla Lesse


L’Ourthe se jette dans la Meuse à Liège.
Parcours spectaculaire et très touristique ; nature authentique diversifiée. La Roche-en-Ardenne, capitale de la vallée qu'elle contrôlait jadis avec sa forteresse en nid d'aigle.

IMG_0048.jpgl'Ourthe à Rendeux


L’Amblève est une rivière ardennaise située dans la province de Liège. Elle prend sa source à Honsfeld dans la commune de Bullange, à une altitude d'environ 600 mètres et se jette dans l'Ourthe à proximité de Comblain-au-Pont.
L'Amblève est dangereuse envers celui qui la sous-estime. Les trous et remous qui jalonnent son parcours, le fonds extrêmement glissant, la rendent piégeuse.
Les truites y sont nombreuses, souvent de belle taille et certains trous des Fonds de Quarreux recèlent de véritables trophées.
Les principaux affluents de l'Amblève sont :
La Warche, en rive droite, passant notamment à Malmédy.
L’Eau Rouge, en rive droite, qui accueille le circuit automobile de Spa-Francorchamps dans sa vallée.
La Salm, en rive gauche, arrosant Vielsalm.
Le Roannay
La Lienne, en rive gauche, issue de la région de Lierneux.
Le Ninglinspo, en rive droite, et son parcours touristique.
Le Rubicon, en rive droite.

 

amblève.jpgl'Amblève

 


La Chasse
Dans les immenses massifs de l'Ardenne authentique, sont essentiellement chassés le cerf, le chevreuil et le sanglier.
La chasse vise à compenser les conditions de limitation naturelle des populations de ces grands animaux (prédateurs, mortalités dues aux hivers très rigoureux...) disparues depuis longtemps dans nos régions.

 

salaisons.jpg


Fabrication artisanale de Jambon d'Ardennes, de Noix d'Ardennes et de Cobourg d'Ardennes (appellation d'origine contrôlée) ainsi que de nombreuses spécialités.

les bois.jpg

 

21/10/2010

* NOS ARDENNES BELGES (en deux parties) (mes visites chaque année)

Nos Ardennes belges, quelques villes et villages – cette note remplace le post du 21/10/2008

1ère partie

C'est à l'origine le nom d'une divinité celte, mais surtout d'une forêt  située sur et aux abords du massif ardennais, citée par Jules César.
Aujourd'hui, on applique les mots Ardenne et Ardennais dans les dénominations de plusieurs régions naturelles ou administratives qu'il est parfois difficile de ne pas confondre d'autant que les nombreuses tentatives d'appropriations de ce nom connu entretiennent une certaine confusion.

automne3.jpg


Les Ardennes, situées au sud-est du pays, offrent un espace naturel quasi intact, riche en faune et en flore, couvert de forêts de feuillus et de résineux, vallons et rivières cascadantes. Le visiteur peut flâner dans les nombreux villages pittoresques nichés dans les vallées où les traditions, le folklore et l'artisanat régional demeurent.
Dans cette nature luxuriante, se dressent châteaux, châteaux forts et citadelles, témoins muets du passé ardennais. A l'occasion d'événements spéciaux et de spectacles, des chevaliers et écuyers leur insufflent une nouvelle vie.
Résumons en définissant que les Ardennes (on emploie aussi le singulier : l'Ardenne) sont les régions du sud-est de la Belgique, là où le relief est le plus élevé, avec des altitudes de 300 à presque 700 mètres.
Les Ardennes se situent en Wallonie, dans les provinces de Liège, de Luxembourg et de Namur (avec un peu du Hainaut) ; elles constituent un immense réservoir d’espaces verts (pâturages et forêts), et leurs ressources économiques sont l'agriculture, l'exploitation forestière et bien entendu le tourisme.

ardennes.jpg


Les Ardennes Belges sont synonymes de nature, détente, sports de plein air, forêts verdoyantes, rivières sauvages, rochers majestueux.
C'est que, dans l'esprit commun, les Ardennes ne se limitent pas au massif ardennais proprement dit, mais aussi aux régions naturelles qui le bordent : la Famenne, la Fagne, les Hautes Fagnes et la Lorraine belge (Gaume).
A Rochefort vous pourrez déambuler le long d'un chemin balisé qui vous fera découvrir les alentours de la petite ville ou goûter les salaisons d'Ardenne et autres spécialités des Trappistes.

rochefort bière.JPG


Cette petite ville touristique arrosée par la Lomme est située aux confins de la Famenne et de l'Ardenne.
Si la ville est célèbre pour son Festival du Rire de Rochefort qui a déjà révélé de nombreux humoristes talentueux de toute la francophonie depuis 1980, elle est aussi connue pour son château et sa grotte "la Lorette" composée d'un impressionnant dédale de galeries et de salles dont la plus spectaculaire est celle du Sabbat, d'une hauteur de 85 mètres.
Le château des Comtes, datant du XIe siècle, cette forteresse a servi d'asile à d'illustres familles comme les Montaigu ou les la Marck.


chateau des comtes.jpgchâteau des Comtes à Rochefort

Han-sur-Lesse : visitez les grottes ou laissez-vous conduire au travers d'une nature enchanteresse. Grotte célèbre dans le monde entier qui porte fièrement ses 3 étoiles au Guide Michelin.
3 km de galeries et des salles toutes belles : le "Minaret", le "Trophée", stalagmite géante de 7 m de haut et 20 m de circonférence, les "Mystérieuses" et leur débauche de concrétions multicolores, le "Dôme" et ses 145 m de haut. A mi-parcours, une animation "Son et Lumière" met en valeur toutes les beautés de la Salle d'Armes. En bateau... la sortie romantique en barque sur la Lesse souterraine ne manquera pas de vous impressionner.

grottes de han.jpg


 
Dinant, la porte des Ardennes.
La vallée de la Meuse, son cadre unique, ses nombreux monuments, la tour et les grottes de Mont-Fat et sa grotte « la Merveilleuse » en font un haut lieu touristique de la région mosane.

dinant citadelle.jpg

De nombreuses croisières fluviales sont organisées au départ de la cité des Copères.
Le rocher Bayard
La tradition prétend que dans leur chevauchée à travers les Ardennes, les quatre fils AYMON : RENAUD, RICHARD, ALARD, et GUICHARD, se trouvent poursuivis et étant empêchés par la crue des eaux de contourner l'aiguille de la Meuse, furent contraints de l'escalader à cheval.

rocher.jpg


La collégiale
La collégiale Notre-Dame est le type le plus remarquable du style gothique primaire en Belgique. La première origine de l’église remonte à l’évêque Richer en 934. Endommagée par un éboulement en 1228, détruite par Charles le Téméraire en 1466, lors du fameux sac de la ville, elle fut reconstruite deux cents ans plus tard et définitivement restaurée en 1855.

collégiale.jpg


Dinant est également connue dans le monde entier pour avoir donné son nom à l'art de la fabrication des objets en cuivre et en laiton, la dinanderie.
L’origine de la couque de Dinant remonte au XVème siècle, lors du siège de la Ville par Charles le Téméraire (1466). Les dinantais, privés de victuailles et ne disposant que de miel et de farine, imaginèrent d’en faire une pâte et de la cuire. Cette pâte étant très ferme, ils l’imprimèrent dans le négatif des dinanderies et obtinrent ainsi les dessins les plus variés.

couque.jpg


Crupet
Crupet a été occupé dès la fin de la préhistoire sans discontinuité. Charmant petit village accroché aux flancs d’une étroite vallée boisée, il a conservé de nombreuses maisons et fermettes en grès ou en calcaire chaulé de XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècles.
Baigné par le Crupet, principal affluent du Bocq, le village connut grâce à ses cours d’eau une industrie florissante au XIXe siècle ainsi qu’en témoignent les cinq moulins; une papeterie, une saline, une huilerie, une forge et une brasserie. 

crupet.jpg


 
Durbuy, la plus petite ville du monde

Autrefois île tapie dans le fond de la vallée au bord d'un méandre
serré de l'Ourthe, Durbuy occupe un site absolument remarquable.
Fusionnée avec St Amour (France), érigée au titre de ville en 1331, elle tire toute sa gloire de son riche passé inscrit dans ses ruelles pittoresques et ses maisons restées intactes depuis le 18ème siècle.

durbuy.jpg


La Confiturerie artisanale St Amour
Confiturerie artisanale, fabrication de gelées de fleurs, de fruits sauvages, et de confitures traditionnelles (40 variétés). Vinaigres aromatisés et produits médicinaux: huiles de massage, baume au souci, sirop de thym...
Construction moderne. Collection de bijoux sertis de diamants. Explications du diamant brut au bijou fini (panneaux, photos et matériel d'illustration). Copies de diamants célèbres. Derrière une large baie vitrée, un artisan livre aux regards des visiteurs les secrets de son atelier. Il sertit les diamants, fond et travaille l'or, crée et termine les bijoux.

diamant.JPG le musée du diamant
 

Bouillon
Le Pays de Bouillon est situé dans la magnifique vallée de la Semois.

Cité d'histoire et de légendes, la ville de Godefroid de Bouillon est riche de son passé millénaire avec le château fort, merveille de l’art militaire médiéval, qui reste un témoin remarquable de sa situation stratégique au Moyen Age.

chateau bouillon.jpg

Bouillon a le plus important patrimoine forestier de Belgique. Ses forêts de chênes et de hêtres occupent le plateau de Menuchenet et les versants pentus des affluents de la Semois, ménageant une soixantaine d'ouvertures spectaculaires comme le Belvédère, le Tombeau du Géant ou le panorama de Frahan à Rochehaut.

 
Bastogne
Le Pays de Bastogne s'étire entre les vallées de l'Ourthe et de la Sûre et couvre les communes de Bastogne, Bertogne, Fauvillers et Sainte-Ode.
Historiquement centre commercial régional, la ville est devenue mondialement célèbre durant l'épisode de la bataille du Saillant en décembre 1944 et janvier 1945. Le Mardasson et le Bastogne Historical Center en constituent les témoins.

tank batogne.jpg


Le Mémorial du Mardasson représente l’hommage du peuple belge tout entier à la nation américaine.

 

mardasson.jpg

 

 

La Roche
Destination touristique particulièrement prisée, La Roche-en-Ardenne compte, depuis avril 2005, une attraction entièrement remise à jour : Grès de La Roche, L'Ardenne au fil du temps.

Dominant la vallée, blotties entre une boucle de l'Ourthe et les flancs abrupts de la colline du Deister, les ruines du château médiéval, construit entre le XIe -XIIe et XIIe siècle, dressent leur masse sombre et imposante.
Surplombant la ville de La Roche, elles sont édifiées sur un important enchevêtrement de dalles de schiste local, bloquées par un mortier de chaux et de sable.
Cette forteresse imposante, datant du 11-12ème et du 14ème siècle, se fond dans le paysage. La structure médiévale est bien conservée. La Tour des Sarrasins remonterait à l'époque Romaine.

chateau la roche.jpg

 

16/10/2010

* LES POUILLES (Italie)

LES POUILLES dans le talon de la botte

  carte.JPG

 

Des oliveraies à perte de vue, d’étranges constructions portant le nom de trulli, des villages haut perchés dominés par une église baroque, des falaises ou des places de sable bordant deux côtes méditerranéennes : la région des Pouilles ne manque pas d’atouts.
L’extrême sud-est de la péninsule italienne ne peut se targuer de la même concentration de trésors artistiques que le nord, plus connu. Pourtant, le talon de la botte italienne, entre Mer Adriatique et Mer Ionienne, a de quoi séduire le fin connaisseur.

A l’extrémité de la Via Appia
Au départ de Brindisi, où deux colonnes marquèrent jadis la fin de la Via Appia, la voie de communication qui reliait Rome à la côte orientale.
 

 

cathédrale brindisi.jpgla cathédrale de Brindisi 

 

Au troisième siècle déjà, Horace décrivait la base marine de Brindisium, d’où partaient navires de guerre et flottes commerciales. Brindisi est de mémoire d’homme une porte vers l’Orient, un lieu d’échange de marchandises telles que huiles, nobles étoffes, épices …

brindisi.jpg

Brindisi

Le Florence du Baroque
Aujourd’hui, une des colonnes qui indiquaient jadis la fin de la Via Appia trône à Lecce, à une heure au sud de Brindisi. Lecce est restée accrochée au baroque. Du 16e au 18e siècle, des artistes exubérants ont construit ici des dizaines d’églises dans un style rococo luxuriant. L’édifice le plus richement décoré est sans nul doute Santa Croce, avec sa façade surchargée de colonnes et de griffons, de rosaces et de saints, de chérubins et de motifs floraux.
Cartapesta, le papier mâché, était très populaire à Lecce au 17e siècle et en tout cas meilleur marché que le marbre ou le bois.

lecce.jpg

Lecce

De côte à côte
Plus au sud, Otranto marquait à l’époque romaine la fin de la Via Traiana. Dans l’Antiquité, le plus oriental des ports d’Italie faisait office de haut lieu stratégique, conquis successivement par les Goths, les Byzantins, les Lombards, les Francs et les Sarazins.
La cathédrale normande de Santa Maria Annunziata, ornée d’une délicate rosace et d’un portail baroque, a conservé un pavement en mosaïque presque intact datant de 1165. Un arbre de vie sur le sol de l’église représente des scènes bibliques, des signes du zodiaque, Adam et Eve aux côtés du roi Arthur. Dans la chapelle de l’ossuaire, des centaines de crânes rappellent au mortel la finitude de l’existence.

otranto.jpgOtranto 

Des pâtes en forme d’oreilles
Depuis Otranto, une route côtière longe lentement la côte jusqu’au point le plus méridional de l’Italie.

Maisonnettes en pierre
L’intérieur du pays, entre Brindisi et Bari, abrite le site le plus connu des Pouilles, la vallée des Trulli. Depuis plusieurs siècles, les paysans construisent dans les vergers des habitations arrondies au toit conique, des petites maisons constituées de pierres à chaux, fixées sans mortier. Chaque trullo se compose d’une seule pièce. Pour obtenir une habitation plus grande, on construit plusieurs trulli l’un à côté de l’autre. Le toit est orné de symboles mystérieux dessinés à la chaux blanche : une croix, un cercle ou une demi-lune. « La tradition voulait qu’on ne payait l’impôt que sur les constructions comportant une porte. Lorsque le contrôleur surgissait dans les Pouilles, le paysan enlevait la pierre au-dessus de l’entrée et le fonctionnaire ne trouvait qu’un tas de pierres ».

Gallipoli, localité de pêcheurs sur une île reliée au continent par un pont, a bien du mal à dissimuler ses racines grecques. A l’ombre des ruelles étroites, du linge sèche aux fenêtres, des hommes fument sur le seuil tandis que les femmes cancanent, leur broderie à la main. A moins qu’elles ne pétrissent patiemment la pasta en fines torsades qu’elles pressent entre pouce et index pour façonner des « orecchiette » et des « recchie » (petites oreilles).

gallipoli.jpg

Gallipoli

Le plus beau village
Locorotondo, un des plus beaux villages d’Italie, se déploie en cercles concentriques blancs sur une colline autour d’une église. De ce magnifique emplacement, le village offre un panorama grandiose sur la Vallée d’Itria, parsemée de trulli et d’oliviers.
Ostuni, un village blanc se dressant sur une colline tel une île flottante sur un océan d’oliviers verdoyants, vaut le détour. Comme dans la plupart des villages de la région, l’église baroque se situe au sommet.

locorontondo.jpg

Locorotondo

Polignano a Mare, perchée sur une falaise le long de la côte adriatique, cette cité balnéaire doit sa notoriété au chanteur Domenico Modugno. Fossilisé comme un oiseau, ce participant à l’eurovision en 1958 regarde son village natal, les bras étendus : Volare, vo o o o.

polignano.JPG

Polignano

 

12/10/2010

* PARIS - VERSAILLES - 2e partie (mes visites)

 

PARIS (2e partie)

Le métro
Le métro de Paris est un des systèmes de transport en commun desservant la ville de Paris et son agglomération. Il comporte 16 lignes en site propre, essentiellement souterraines, totalisant 214 kilomètres de voies. Devenu un des symboles de Paris, il se caractérise par la densité de son réseau au cœur de Paris et par son style architectural homogène influencé par l’Art nouveau.

métro.jpg


La Sainte Chapelle
Joyau de l'architecture gothique, la Sainte Chapelle fut édifiée au XIIIe siècle sur ordre de Saint-Louis pour abriter la couronne d'épines du Christ. La chapelle haute avec ses 600 m2 de verrières dont les 2/3 sont authentiques offre un des ensembles les plus complets de l'art du vitrail à cette époque.

ste chapelle.jpg


 
Restaurant « chez Maxim’s »
Maxim's est un restaurant situé à Paris, n° 3 rue Royale créé le 7 avril 1893.
Même si ses étoiles ont filé au gré du temps, cette illustre institution parisienne n’a pourtant rien perdu de sa superbe, et demeure tant à l’étranger qu’en France, l’une des adresses les plus en vue de la capitale.
L'enseigne s'est exportée et on compte désormais sept restaurants Maxim's : à Paris (renommé Maxim's de Paris), Monte-Carlo, Pékin, Genève, Tokyo, Shanghaï et Bruxelles.

 maxim's.jpg

 

Le Moulin Rouge
Le plus célèbre cabaret du monde...
Depuis 1889, célèbre dans le monde pour son French Cancan, immortalisé par Henri de Toulouse-Lautrec, le Moulin Rouge a toujours présenté aux spectateurs du monde entier de somptueuses revues : du quadrille de la Goulue et de Valentin-le-Désossé aux Redoutes et Opérettes, de Colette aux revues à grand spectacle de Mistinguett, concept toujours d'actualité sur la scène du Moulin Rouge : plumes, strass et paillettes, décors fabuleux, musiques originales et les plus belles filles du monde !

moulin rouge.jpg 


Pigalle
La rue de Clichy, Pigalle, est bordée de part et d'autre par le culte du fétichisme, le commerce du désir et l'art de l'érotisme. Provocatrices ou esthétiques, les devantures interpellent.


 

place pigalle.jpg

  

St Germain des Prés
 
Saint-Germain-des-Prés est depuis toujours un quartier au charme particulier dont le mystère ne cesse d’étonner et inspirer de nombreux auteurs.
Dès les années 20 le quartier St Germain était le lieu de rencontre des étudiants, artistes et écrivains de la Rive-Gauche.
Ce quartier a acquis son âme grâce au pouvoir d'attraction qu’il a exercé sur les intellectuels depuis le XVIIe siècle. Ces derniers, dès lors qu’ils passaient à Saint-Germain, y ont laissé l’empreinte de leur talent, marquant toujours plus en profondeur les rues d’un sceau littéraire.
Cependant, les mondes de la scène et de l’écriture ne sont pas les seuls à être attirés par Saint-Germain-des-Prés.
Ainsi peintres et photographes sont nombreux à s’installer dans le quartier : en 1937, Picasso termine Guernica dans son atelier rue des Grands Augustins où son ami Man Ray lui rend régulièrement visite.
Le monde de la chanson n’est pas en reste non plus.

 

L’histoire du quartier de Saint-Germain-des-Prés est une illustration du lien particulier qui unit ce quartier et la vie culturelle et artistique de notre pays et de sa capitale. C’est pourquoi il semble essentiel, afin de sauvegarder notre patrimoine culturel, de préserver l’esprit de ce lieu magique…
 

 
st germain.jpgLéo Ferré se produit à la Fontaine des Quatre Saisons et nombreux sont les auteurs compositeurs interprètes qui évoluent dans le quartier. Georges Brassens, Jacques Brel, Charles Trénet, Guy Béart, Charles Aznavour et Serge Gainsbourg sont des habitués de Saint-Germain-des-Prés lorsqu’ils n’y habitent pas.

 

 flore.jpg

Aéroport Charles-de-Gaulle
L'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, communément appelé Roissy-Charles-de-Gaulle, abrégé par le sigle CDG est un aéroport francilien situé à vingt-trois kilomètres au nord-est de Paris. Premier aéroport français, il tient son nom « grand public » de la commune de Roissy-en-France dont il occupe plus de la moitié du territoire et du général Charles de Gaulle (1890-1970), qui fut chef d'État français.

aéroport.jpg 
Le château de Versailles
 
Le goût architectural de cette époque est incarné par le château de Versailles. Au départ, le château était un simple lieu de rendez-vous de chasse qu'avait fait construire Louis XIII. Son fils Louis XIV en fera une demeure gigantesque, qui deviendra une source d'inspiration à l'étranger. En 1668, l'impulsion est donnée, lorsque Le Nôtre redessine le parc et que Le Vau commence la construction monumentale du château. La décoration est confiée au célèbre Le Brun, qui commande notamment les vingt-quatre statues devant orner le parc. Satisfait d'une telle somptuosité, le roi décide de s'y installer définitivement, suivi de sa cour dès la fin du siècle.

 

versailles.jpg


 
Le château de Versailles fut la résidence des rois de France Louis XIV, Louis XV et Louis XVI. Résidence royale, ce monument compte parmi les plus remarquables de France et du monde tant par sa beauté que par les événements dont il fut le théâtre. Le roi et la cour y résident de façon permanente du 6 mai 1682 au 6 octobre 1789 à l'exception des quelques années de la Régence. Il est situé au sud-ouest de Paris, dans la ville de Versailles, France. Ce château est devenu un symbole de l'apogée de la royauté française. La grandeur des lieux se voulait à l'image de celle des rois successifs.
Le château est constitué d'une succession d'éléments ayant une harmonie architecturale. Il s'étale sur 67 000 m² et comprend plus de 2 000 pièces.

Le parc du château de Versailles s'étend sur 815 ha (8000 avant la Révolution) dont 93 ha de jardins. Il comprend de nombreux éléments dont le petit et le grand Trianon, le hameau de la Reine, le grand et le petit Canal, une ménagerie, une orangerie et la pièce d'eau des Suisses.

jardins.jpg 

L’Orangerie
Construite de 1684 à 1686, soit avant même le début des travaux du château, elle se trouve sous le « Parterre du Midi ». Elle est formée d'une galerie centrale de 155 mètres de long, dont la façade est orientée vers le sud. La galerie centrale est encadrée par deux galeries latérales situées sous les « escaliers des Cent Marches ».

 

orangerie.jpg


 
 
Les Fontaines de Versailles
Louis XIV souhaitera construire le plus beau parc jamais réalisé au monde. Il devait dépasser en splendeur celui de Babylone et celui de la Ville d'Este, avec ses 500 fontaines.
Le Roi fera appel aux plus grands sculpteurs et mobilisera les ingénieurs les plus inventifs. Les Grandes-Eaux seront inaugurées le 17 avril 1666, après cinq années de travaux. Il aura fallu amener à Versailles l'eau en grande quantité et pour cela construire 820 ha d'étangs artificiels, 170 km de rigoles et 40 km d'aqueducs souterrains pour acheminer les 8.5 millions de m3 d'eau retenue. Le Grand Canal, situé au point le plus bas du Parc, sera transformé en un Grand Réservoir de 24 ha contenant 295.000 m3 d'eau. Il recevra les eaux de la cuvette de Versailles. L'eau rejoindra le réservoir de Montbauron, le point le plus élevé, au moyen de pompes puissantes, pour alimenter les bassins et fontaines par la simple gravité. Une fois redescendue, l'eau retrouvera son point de départ.


Le réseau actuel compte 30 km de canalisations, dont 90% remontent au temps de Louis XIV. Le Parc de Versailles renferme 34 bassins, 50 fontaines et 700 jets. Les Grandes-Eaux nécessitent l'utilisation de 12.000 m3 d'eau.


apollon.jpg 
La galerie des glaces
La galerie des Glaces ou Grande Galerie du château de Versailles, est une galerie de grand apparat de style baroque du XVIIe siècle, destinée à éblouir les visiteurs du monarque absolu Louis XIV au faîte de son pouvoir. Longue de 73 m et large de 10,50 m, éclairée de 17 fenêtres, et revêtues de 578 miroirs. Conçue par l'architecte Jules Hardouin-Mansart, et construite entre 1678 et 1684.

glaces.jpg


 
 

la nuit.jpg