15/01/2010

* LE MASSIF DU QUEYRAS (France)

Dans la série petits coins de France:

voici "Le massif du Queyras"

Le massif du Queyras est un massif des Alpesfranco-italiennes situé à cheval sur le département des Hautes-Alpes et sur la région du Piémont. Sa partie italienne est composée des Alpes cottiennes.

Terre de hauts sommets que la vallée du Guil traverse d'est en ouest, le Queyras est un ensemble de moyenne et haute montagne dont les cimes, souvent couvertes de neige, évoquent parfois le Canada. Les forts enneigements ne sont pas rares, verrouillant les voies de communication : il faut alors profiter de ces solitudes pour découvrir de magnifiques villages qui comptent parmi les plus élevés d'Europe.

queyras

Un ensemble homogène et bien individualisé

Entaille étroite entre des murailles de calcaire blanc rehaussé de rouille, les gorges de la combe du Queyras marquent l'entrée occidentale du massif. A l'est, le mont Viso (3841 m) déjà italien, ferme le massif, bastion isolé qui se regroupa au XIVe siècle en Escartons, un ensemble de petites républiques autonomes. Au Queyras oriental schisteux s'oppose le Queyras occidental calcaire. Au creux de cette nasse minérale, les villages, regroupés pour la plupart dans la vallée du Guil, unique vallée du massif, sont plantés à une altitude moyenne de 1500 m. Saint-Véran, perché à 2040 m d'altitude, décroche le titre de commune la plus haute d'Europe.

st veran
 

Saint-Véran

 

Un climat exceptionnel

La région bénéficie de l'un des ensoleillements les plus importants de France : 300 jours annuels. Ceci n'empêche pas l'enneigement, car la moitié des jours de précipitation sont des jours de neige. Dans ces extrêmes réconciliés prospère une flore qui est celle de la Méditerranée, du Caucase et de l'Arctique. Après Abriès, au fond du Queyras, poussent des mélèzes, imposants comme des piliers de cathédrale. A 150 ou 200 ans, cet arbre fournit des charpentes imputrescibles. Les villages de Molines et de Saint-Véran abritent ainsi des chalets du XVIIe siècle, dont le bois a noirci au soleil.

molines

Molines en hiver

Le refuge des lépidoptères

Chamois, bouquetins et mouflons sont les hôtes nombreux de ces montagnes. C'est ici aussi que l'on trouve le plus de papillons en Europe. Chaque année, les entomologistes se retrouvent aux portes du Queyras, à Guillestre. Ils y cherchent l'isabelle de France, un papillon de nuit protégé, rarissime au niveau mondial. Vert amande, des nervures fauves dessinent sur ses ailes des géométries délicates, d'où son surnom de « papillon vitrail ».

lépidoptère

 

 

Voir aussi mon second blog: http://josiane60.skynetblogs.be

 

 

07/01/2010

* LE PAYSAGE COTIER CHANGE

LA COTE BELGE

Voici quelques exemples du changement de notre paysage côtier.

La mer du Nord abrite désormais des animaux marins qu'on ne rencontrait qu'en Méditerranée : anchois, mules, poulpes et même des hippocampes.

hypocampe

hyppocampe

Sur la côte ouest, on aperçoit de plus en plus de phoques.

phoque

Par temps clair, depuis un appartement situé sur la digue, on peut apercevoir très distinctement les éoliennes, implantées à 30 km de la côte.

éoliennes côte

Dans les dunes, on élève désormais des bœufs écossais pour qu'ils empêchent la prolifération anarchique des mauvaises herbes.

boeuf écossais

Dans la baie de Heist, on peut découvrir une superbe plage recouverte de plantations, qui, dès l'automne, se parent de couleurs magnifiques.

heist

 

Voir aussi mon blog: http://josiane60.skynetblogs.be

 

 

 

02/01/2010

* LA TOUR EIFFEL (France) (ma visite en 1985)

eiffel1

La tour Eiffel, initialement nommée tour de 300 mètres, est une tour de fer puddlé construite par Gustave Eiffel et ses collaborateurs pour l'Exposition universelle de Paris de 1889. Situé à l'extrémité du parc du Champ-de-Mars, en bordure de la Seine, ce monument parisien, symbole de la capitale française, est le neuvième site le plus visité du pays en 2006 et le premier monument payant visité au monde avec 6,893 millions de visiteurs.

D'une hauteur de 313,2 mètres à l'origine, prolongée par la suite de nombreuses antennes dont la dernière en date culmine à 324 mètres, la tour Eiffel est restée le monument le plus élevé du monde pendant plus de 40 ans. Utilisée dans le passé pour de nombreuses expériences scientifiques, elle sert aujourd'hui d'émetteur de programmes radiophoniques et télévisés. Sa construction n'a duré que 2 ans et 2 mois et il n'y a eu qu'un seul mort sur le chantier : un ouvrier italien, Angelo Scaglioti, tombé du 1er étage après la fin de la construction.

tour eiffel

Tous les éléments sont préparés à l'usine de Levallois-Perret à côté de Paris, siège de l'entreprise Eiffel. Chacune des 18 000 pièces de la Tour est dessinée et calculée avant d'être tracée au dixième de millimètre et assemblée par éléments de cinq mètres environ. Sur le site, entre 150 et 300 ouvriers, encadrés par une équipe de vétérans des grands viaducs métalliques, s'occupent du montage de ce gigantesque meccano.

Toutes les pièces métalliques de la Tour sont fixées par des rivets, un mode de construction bien rôdé à l'époque de la construction de la Tour.

eiffel3

Les assemblages sont d'abord réalisés sur place par des boulons provisoires, remplacés au fur et à mesure par des rivets posés à chaud. En se refroidissant, ils se contractent, ce qui assure le serrage des pièces les unes avec les autres. Il faut une équipe de quatre hommes pour poser un rivet : un pour le chauffer, un pour le tenir en place, un pour former la tête, un dernier pour achever l'écrasement à coups de masse. Un tiers seulement des 2 500 000 rivets que comprend la Tour ont été directement posés sur le site.

Gustave Eiffel

 

Ingénieur de formation, Eiffel a fondé puis développé son entreprise spécialisée dans les charpentes métalliques, dont la Tour Eiffel marque le couronnement, avant de dédier les trente dernières années de sa vie à des activités de recherches expérimentales.

eiffel

Né en 1832 à Dijon, il sort de l'École Centrale des Arts et Manufactures en 1855, l'année même de la première grande Exposition universelle tenue à Paris. Après quelques années passées dans le Sud-Ouest de la France, où il surveille notamment les travaux de l'important pont de chemin de fer de Bordeaux, il s'installe à son compte en 1864 comme "constructeur", c'est à dire comme entrepreneur spécialisé dans les charpentes métalliques. Son exceptionnelle carrière de constructeur est jalonnée en 1876 par le viaduc de Porto sur le Douro, puis celui du Garabit en 1884, ainsi que par la gare de Pest en Hongrie, la coupole de l'observatoire de Nice et l'astucieuse structure de la Statue de la Liberté, avant de culminer en 1889 avec la Tour Eiffel. Cette date marque la fin de sa carrière d'entrepreneur. 

tour

voir aussi http://josiane60.skynetblogs.be


 

20/12/2009

* PHUKET (Taïlande)

tsunami

PHUKET ressuscitée (Thaïlande)

Cinq ans après le Tsunami, les hôtels et les maisons ont été reconstruits en un temps record. La Thaïlande peut à nouveau s'enorgueillir de ses plages magnifiques, de ses îlots comme autant de perles dans un écrin, de ses rochers capricieux et de ses superbes parcs naturels.

La station balnéaire de Khao Lak se trouve sur la côte occidentale de la presqu'île, à une petite heure de route de l'aéroport de Phuket.

KhaoLakKhao Lak

Le bain des éléphants

Les bungalows réduits à néant ont été remplacés par des ressorts ultramodernes, bâtis légèrement plus en hauteur, mais toujours avec vue imprenable sur la plage.

Khao Lak est environné de mangroves et de collines verdoyantes. Dans le parc naturel de Khao Sok, des singes sautent d'arbre en arbre. Un petit python a pris la couleur de l'arbre dans lequel il se tapit.

L'éléphant est de moins en moins utilisé pour le transport. Ils se rafraîchissent, couchés dans l'eau de la rivière, tandis que les éleveurs grimpent sur le ventre des pachidermes afin de les brosser.  

éléphant

Tradition chinoise

Takuapa, où les Portugais avaient fondé jadis un comptoir commercial. Leur influence reste palpable dans l'architecture coloniale des maisons. Des cages à oiseaux sont suspendues devant les cafés et les maisons : les Thaïs raffolent des volatiles. Comme partout dans le sud de la Thaïlande, on remarque la présence chinoise. Des temples bouddhistes s'élèvent ici et là.

Naem Khem, où des bateaux de pêche colorés nous aimantent. De là un vieux ferry se dirige pour rejoindre l'îlot de Kho Khao qui ne compte que cinq hôtels. On vient sur l'île pour admirer ses palmiers, son sable soyeux et ses eaux cristallines. La population locale travaille dans les plantations d'ananas ou sur ses propres champs de caoutchouc.

Le Bouddha au corps de marbre

bouddha marbre

Qui dit Phuket, dit tourisme de masse, mais la ville n'a nullement perdu son charme traditionnel. Le long de la route, on vend des mini temples. Chaque Thaï en place un devant sa maison pour éloigner les mauvais esprits.

bouddha

Phuket abrite aussi l'un des plus vastes complexes de massages et de remise en forme d'Asie.

massage

Depuis peu, la nouvelle attraction de la ville, un Bouddha de 45 m de haut, nous toise depuis le sommet d'une colline. Outre le dieu géant, on peut aussi admirer un Bouddha plus petit en bronze, une miniature de ... 12 m de haut.

Les deux statues couvent du regard la spectaculaire Baie de Phang Nga. Des roches calcaires aux formes tourmentées surgissent de l'eau et sont truffées de grottes.

Terre de contrastes

Sur l'île de Phuket, la Mecque du tourisme de masse se concentre à Patong Beach. On y vit autant la nuit que le jour. Des touristes du monde entier déferlent dans ce bout du monde.

patong beach

Patong Beach

papillon

 

Voir aussi "les marchés de Noël" sur http://josiane60.skynetblogs.be

 

 

 

17/12/2009

* JAMBES (Namur)

L'enracinement historique de Jambes

La vaste plaine de Jambes, occupant toute la rive droite de la Meuse, a été détachée du territoire de Namur proprement dit, vers le 10e siècle, pour devenir une seigneurie liégeoise. Elle le restera jusqu'à la fin du 18e siècle. C'est ainsi un prince-évêque (Abéron 1er) qui, vers 1127, a fondé l'Abbaye de Géronsart. Un de ses successeurs (Alexandre de Juliers) y est venu avec le Pape, Innocent II, en 1131, consacrer l'église récemment achevée.

A la fin du 13e siècle, enfin, Jean de Flandre a laissé son empreinte dans la construction d'un petit castel flanqué d'un donjon (l'actuelle Tour d'Anhaive), où il est venu finir sa vie.

Aux points de vue économique et social, la principale caractéristique jamboise a été, dès une époque très ancienne, le morcellement des cultures. La vaste plaine était parsemée de cotelajes (de l'ancien français « cortil » signifiant « jardin ») habités par des Cotelis (en vieux français : Coteliers). Sur la Montagne Sainte-Barbe et ses abords apparaissaient les masuages (de l'ancien français « manse » signifiant « domaine rural »), habités par les Masuis (en vieux français : Masuirs). Les uns et les autres étaient de petits exploitants agricoles.

Les Cotelis ne sont devenus maraîchers qu'au 19e siècle. Autrefois, ils se livraient non seulement à la culture des légumes, mais également aux cultures les plus diverses. Par exemple, il fut un temps où beaucoup d'entre eux avaient un peu de vigne et pouvaient passer pour vignerons.

jambes

A l'époque où les brasseries namuroises étaient très renommées, ils excellaient dans la culture du houblon. Malheureusement, chaque fois que la ville de Namur se préparait à un siège, aux 17e et 18e siècles, l'autorité faisait arracher les houblonnières pour empêcher l'ennemi de s'y dissimuler. Les Cotelis avaient aussi de beaux vergers qu'ils soignaient avec amour. Leur arbre de prédilection était le prunier. C'est à eux que l'on doit la réputation de la « Prune de Namur ».

frairieLes masuis et cotelis jambois

Les masuis ou habitants des masuages ne se distinguaient des Cotelis que par les privilèges dont ils jouissaient. A la fin du 17e siècle, outre leurs activités agricoles, ils ont exploité la houille à la Montagne Sainte-Barbe. Les masuages étaient des terres concédées à l'époque féodale, par le prince-évêque de Liège, à titre précaire, mais elles étaient devenues peu à peu héréditaires. Les conditions à respecter étaient de ne pas les laisser en friche et de payer certaines redevances. En échange, les Masuis jouissaient de divers avantages (le droit, par exemple, de faire pâturer du bétail ou de récolter du bois dans les propriétés de leur seigneur). Le mayeur et les échevins de Jambes devaient, en outre, être choisis dans les familles de Masuis.

Cette règle tombée en désuétude après me Moyen-Age, fut remise à l'honneur au 18e siècle.

masuis

Beaucoup de familles jamboises comptaient des membres à la fois parmi les Cotelis et parmi les Masuis. Ces cultivateurs, au métier si exigeant, n'avaient guère l'occasion de festoyer : la célébration de leurs fêtes patronales n'en revêtait que plus d'importance. Pendant des siècles, des agapes fraternelles ont réuni les Cotelis le soir de la Saint-Vincent, le 22 janvier.

Quant aux Masuis, après leur assemblée annuelle destinée à vérifier les comptes de la communauté, ils se livraient à des festivités et à des libations qui venaient clôturer les jeux populaires et les réjouissances de la Sainte-Barbe.

jambes1

 

Je vous invite à voir les marchés de Noël sur mon autre blog:

http://josiane60.skynetblogs.be