27/11/2015

* LA SOURCE DE LA LOUE (France)

Au nord de Fontarlier, le Jura est constitué de vastes plateaux karstiques, dans lesquels se forment de nombreux cours d’eau. Au fond d’un cirque aux falaises impressionnantes, la Loue, réputée pour ses truites, surgit mystérieusement d’une grotte sombre. Déversant ses eaux claires du haut de paliers successifs, ce petit affluent du Doubs se donne, sur son cours supérieur, des airs de cascade.

la source de la loue

Au cœur d’une végétation luxuriante, qui couvre d’arbres et de mousses les pans abrupts d’une gorge silencieuse, le murmure de l’eau vive se fait soudain entendre. C’st la Loue, dont l’eau jaillit, fraîche et mystérieuse, d’un creux secret de la montagne. Ce royaume où règnent en maître l’eau et les bois constituent un cadre enchanteur que Gustave Courbet, natif d’Ornans, a représenté plusieurs fois dans ces tableaux. Et la légende raconte que le Vouivre, femme-serpent mythique, avait non loin de là des habitudes étranges …

 

La grotte de la Loue

C’est aux environs du village d’Ouhans, au fond d’un cirque calcaire, que court la Loue. Elle jaillit d’une grotte sombre, dont le porche s’élève à plus de 20 mètres. Bientôt son lit traverse cascades et gorges profondes avant d’emprunter, d’Ouhans à Ornans, un canyon d’une grande beauté. Ce sont les gorges sinueuses de Nouailles, hautes de 350 m.

la source de la loue

 

Une naissance mystérieuse

Comme beaucoup des cours d’eau de la région, la rivière s’est en réalité formée en amont, dans une galerie souterraine. Car la Loue n’est en fait qu’une résurgence alimentée par les pertes du Doubs et du Drugeon, quelque part vers Pontarlier. C’est l’inventeur du mot « spéléologie » qui en fit la preuve, au début du 19e siècle, en déversant un colorant dans une crevasse du lit du Doubs. Moins de trois jours plus tard, la Loue était verte à son tour ; les deux rivières communiquaient donc bien avant que leurs cours ne se croisent aux environs de Dole.

la source de la loue

 

Un parcours tumultueux

De la source à Ornans, soit sur 25 km, la rivière perd plus de 230 m d’altitude. Elle poursuit son cours à travers des forêts de tilleul, d’érable et de hêtre qui couvrent les à-plats des versants. Une dizaine de déversoirs émaillent sa descente rapide. A Ornans, son cours s’assagit ; une centaine de km plus bas, elle rejoint enfin le Doubs.

la source de la loue

 

Un milieu très riche

Sur les premiers km du cours de la Loue alternent prairies sauvages et forêts. La diversité de ces milieux végétaux a permis le développement d’une faune locale très riche. Insectes et reptiles abondent dans les sous-bois tandis que les vallées herbeuses sont le domaine des papillons. La gélinotte, la pie grièche, l’alouette lulu ou la bondrée apivore peuplent les prairies tandis que le faucon pèlerin est l’hôte remarqué des falaises, où il nidifie. De nombreuses chauves-souris hibernent et se reproduisent dans les grottes.

 

la source de la loue

21/11/2015

* ABOU DHABI (Emirats)

ABOU DHABI, la perle des Emirats

De la terre nomade à l’Etat pétrolier à la pointe de la technologie, l’émirat désertique d’Abou Dhabi est le pays de tous les émerveillements. Gratte-ciel futuristes bordant le Golfe persique, oasis de verdure, musées gigantesques…

D’une beauté majestueuse, les oryx arpentent une île hérissée de trois millions d’arbres. Avec leurs longs bois, leur pelage clair comme le sable du désert et leurs yeux cernés de khöl, ils sont les vedettes du parc naturel de Sir Bani Yas, un îlot grand comme un confetti perdu au milieu du Golfe persique.

abou dhabi (emirats)

L’îlot abrite aussi l’hôtel de luxe Desert Island, des vestiges de civilisations anciennes, des arbres qui ont pris racine sur des étendues salines que tout le monde pensait stériles.

L’ancien territoire bédouin entend développer un art de vivre multi-facettes. La capitale Abou Dhabi opère une mue constante. La baie se présente comme un kaléidoscope mêlant science-fiction et contes des Mille et une nuits. Les cabanes de pêcheurs encore omniprésentes voici cinquante ans font place à des projets gigantesques. Entre l’Emirates Palace Hotel, le port de pêche où mouillent les dhows (embarcations traditionnelles à voile) et les restaurants à air conditionné, s’étend la Corniche avec ses gratte-ciel, ses shopping centers et son souk.

 

Le père de la gazelle

Le port de plaisance grand luxe côtoie le circuit de F1 et la mosquée Zayed tout en marbre clair, moucharabiehs et raffinement arabe. Abou Dhabi (littéralement « Père de la gazelle »), bluffe son monde, tout en visant toujours plus haut. C’est ici que sort de terre Masdar City, la première ville sans CO, avec ses éoliennes et ses panneaux solaires.

 

abou dhabi (emirats)

La ville en habits d’or

Abou Dhabi compte de nombreux parcs ombragés et plus encore de mosquées. La coupole dorée de l’Emirates Palace s’élève comme une prière adressée à Allah. Ce 7 étoiles accueille dans ses suites tout ce que la planète compte de chefs d’Etat, de personnalités des Emirats, de stars du cinéma et de touristes fortunés. Ici, tout ce qui brille est 24 carats.

abou dhabi (emirats)

 

Des collines fertiles

Le désert étire ses dégradés de jaune, d’ocre et d’orange et, à la frontière avec Oman, on découvre Al Ain (la source), une oasis, avec ses parcs, ses palmiers, ses plantations et ses vergers. Les collines fertiles abritant un étonnant site archéologique sont pour les habitants d’Abou Dhabi ce que la mer est pour nous en été : une destination rafraîchissante.

Des forteresses datant de guerres passées encadrent la ville. L’une est devenue un musée, tapi entre palmiers et mosquées. Dans le quartier de Buraimi se tient le plus grand marché aux dromadaires, rappelant la passé bédouin du pays. Un sentier escarpé serpente jusqu’à Jebel Haffet, le plus haut sommet de l’émirat.

 

abou dhabi (emirats)

15/11/2015

* LE MASSIF DU MORVAN (France)

Un pays rude au charme mystérieux

Prolongement du nord-est du Massif central, le Morvan est un pays de montagnes âpres d’altitude moyenne. Créé en 1970, un parc naturel régional, qui chevauche quatre départements (l’Yonne, la Côte-d’Or, la Nièvre, la Saône-et-Loire), protège ces terres splendides au patrimoine varié. Avallon, Vézelay, Autun, ou encore Château-Chinon, sont quelques-unes des 94 villes que compte le parc.

le massif du morvan

Au sud des plaines d’Ile-de-France, au cœur d’une Bourgogne doucement vallonnée, le massif du Morvan s’offre des allures de petites montagnes. Avec ses milliers d’hectares de forêts, le massif recèle de nombreux paysages ; les vallons verts, dorés par les blés durant l’été, dominent au Nord, laissant la place vers le sud à des reliefs plus élevés, entaillés de vallées profondes où s’épanouissent prairies et tourbières.

 

Un relief de petite montagne

Au sud d’Avallon, la grande faille de Bazoches permet de cerner d’un regard le contraste entre les plaines sédimentaires du Bassin parisien et le massif granitique du Morvan, ancien prolongement du Massif central qui s’est fracturé à la fin de l’ère tertiaire lors de la surrection des Alpes. L’altitude moyenne y reste cependant modeste, puisque le Haut-Folin ne culmine qu’à 901 m, suivi de près par le mont Preneley et le mont Beuvray. Pourtant, les pentes abruptes, les vallées encaissées et les failles profondes donnent la sensation de se trouver en haute-montagne. Impression que confirme une moyenne de 100 jours annuels de gel qui couvrent les paysages d’un magnifique manteau blanc.

 

le massif du morvan

Une végétation contrastée

Subissant à la fois l’influence atlantique et montagnarde, la végétation offre des contrastes saisissants. Sur le massif du Haut-Folin, les futaies de résineux dominent. Les feuillus montagnards, tels l’érable sycomore ou l’orme, y prospèrent également. Ils sont fréquentés par d’innombrables oiseaux comme la bondrée apivore ou la chouette de Tengmalm, fille des forêts nordiques à la livrée floconneuse. Les vallons humides se couvrent au printemps de vertes prairies tandis que les tourbières abritent des espèces boréales rares, telle la canneberge.

 

le massif du morvan

Des forêts luxuriantes

A l’origine, le Morvan était presque intégralement couvert de forêts où dominaient chênes et hêtres. La déforestation a fait son œuvre, notamment pour fournir en bois de chauffage la population parisienne, mais la forêt se renouvelle et demeure omniprésente. Depuis 1871, la forêt de Saint-Prix fait l’objet d’un enrésinement intensif, faisant du Morvan un vaste arboretum de conifère qui fournit sapins de Noël et bois d’œuvre.

 

le massif du morvan

07/11/2015

* LA HAUTE VALLEE DU DOUBS (France)

Un cours sinueux dans un univers tourmenté.

De la source du Doubs à sa confluence avec la Saône, il n’y a que 90 km à vol d’oiseau. Néanmoins, cet important cours d’eau se fraye un chemin de 430 km dans le Jura, changeant plusieurs fois de cap. Entre Mouthe et Morteau, son cours supérieur, le Haut Doubs, trace ses méandres en plein cœur du massif du Jura et y égraine ses cascades.

Toutes les rivières jurassiennes présentent des gorges, des défilés et des chutes ; en effet le relief du Jura impose à leurs cours les complications de ses plis montagneux. Approximativement orienté nord-est/sud-ouest, cette partie du Jura est un pays de moyenne montagne où les altitudes descendent toutefois rarement au-dessous de 800 m.

 

la haute vallée du doubs

 

Les surprises de l’eau vive

La source du Doubs surgit d’une grotte, près de Mouthe, en forêt de Noirmont. Le cours d’eau serpente jusqu’à Malbuisson au flanc du lac de Saint-Point, troisième lac naturel de France, entièrement livré aux glaces l’hiver. Tout au long de son parcours, le Doubs ne cesse de franchir de sombres forêts de résineux et collecte bon nombre de ruisseaux.

 

la haute vallée du doubs

 

La cluse de Pontarlier

Le Doubs traverse une cluse remarquable à Pontarlier, que surplombe l’impressionnant château de Joux. Plus à l’ouest, la forêt de la Joux est une extraordinaire sapinière. Après Pontarlier, le Doubs quitte le val d’Arlier pour parcourir une zone bien plus étroite. Le Doubs est une rivière extrêmement riche : on y dénombre plus de trente espèces de poissons.

 

la haute vallée du doubs

 

Le défilé d’entre-roche

Cet étroit passage constitue un couloir tranché dans d’impressionnantes rampes de calcaire. La roche y est creusée de cavités, formant notamment la grotte du Trésor et celle de Remonot. Le Doubs emprunte des gorges abruptes et verdoyantes jusqu’à Morteau. Puis il se rapproche de la frontière suisse dont il dessine les contours. Là, il se fond au long et tortueux lac de Chaillexon, puis s’en échappe brusquement, chutant d’une trentaine de mètres le long de roches moussues ; c’est le Saut du Doubs, et ses eaux sauvages, toujours blanches d’écume.

 

la haute vallée du doubs

 

 

31/10/2015

* DEAUVILLE (France)

La très chic station balnéaire de Deauville se niche au cœur de la côte normande, à quatre heures et demie de route de Bruxelles. Depuis plus de 150 ans, elle attire les stars et les beautiful people du monde entier.

Fonder un petit « royaume d’élégance » à proximité de Paris. Tel est le rêve du duc de Morny, lorsqu’il décide de bâtir en 1858 une ville en bord de mer. En quatre ans, ce sera chose faite.

Partie prenante dans l’aventure, les Chemins de Fer de l’Ouest ont aidé au bon déroulement du projet, reliant d’une traite la capitale française à Deauville, séduisant ainsi toute l’aristocratie de l’époque. Au point de la station balnéaire s’est vue surnommer le 21e arrondissement de Paris.

 

deauville

 

Deauville est avant tout un lieu de villégiature, avec ses régates, ses casinos, ses courses hippiques, ses greens de golf et ses boutiques de luxe. Elle accueille chaque année 30.000 personnes mais ne compte que 4.000 habitants.

 

La ville du 7e Art

Qu’est-ce donc qui fait le charme si particulier de Deauville ? La mer, l’architecture, l’art de vivre certes, mais aussi le cinéma. De nombreux films y ont été tournés et depuis 1975, le Festival du cinéma américain s’y tient chaque année.

Il faut dire que Deauville a des airs de vaste plateau de tournage ; Parmi ses hauts lieux, la Promenade des Planches sur le sable attire la beauty-foule depuis sa création en 1923. A l’époque, les dames l’arpentaient en robe longue. Les Années folles ont ensuite vu déferler le tout Paris. Les bains pompéiens s’élèvent en bordure des Planches, tandis que les cabines de plage arborent des noms de stars du 7e art.

Le quartier des villas est, lui aussi, très cinématographique : 300 des 555 bâtiments protégés de Deauville s’y trouvent. La folie bâtisseuse qui a gâché tant de plages n’a pas ou très peu cours ici. Les superbes maisons anglo-normandes, restées intactes, datent de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

 

deauville

 

Gabrielle Chanel

La Villa Strassburger se visite sur rendez-vous. Elle a été bâtie en 1907 par Henri de Rothschild, qui l’a revendue au lendemain de la Première Guerre mondiale à un milliardaire américain.

En franchissant le seuil, on se retrouve plongé en 1950. Le salon, les chambres à coucher, les salles de bain avec leur sauna, les anciens numéros de Vogue … tout est resté tel quel. Plusieurs scènes du long métrage autobiographique Coco avant Chanel ont été tournées à la villa. La couturière avait ouvert en 1913 à Deauville l’une de ses premières boutiques. Sa collection inaugurale inspirait des ensembles sport chic que l’on portait dans les rues de la station balnéaire, en particulier la marinière que Chanel a contribué à rendre indémodable. Le maillot de corps porté à l’origine par les marins est resté un emblème de Deauville.

 

deauville

 

Le sommet du G8

Deauville s’enorgueillit d’un riche passé mais la ville ne se contente pas de regarder dans le rétroviseur. Le sommet du G8 en 2011, le Directeur du très chic hôtel Royal Barrière se souvient avec des étoiles dans le regard. A un jet de galet s’élève Le Normandy, tout aussi prestigieux et qui date de la même époque. Un couloir secret mène du 5 étoiles au casino. Ce temple du jeu, tout de marbre et de velours, n’a rien perdu de sa force d’attraction.

 

deauville

 

De quoi se sentir, le temps d’un soir, appartenir au beau monde de Deauville.

 

deauville