28/01/2010

* BUENOS AIRES (Argentine)

Le tango dans le sang

tango

Résolument tourné vers l'Europe, le cœur de la capitale argentine bat au rythme envoûtant du tango. C'est aussi un centre culturel et artistique important avec de nombreux musées, théâtres, bibliothèques et galeries d'arts.

Les danseurs se rapprochent puis se repoussent. La jeune femme fait un pas en arrière, une jambe accrochée à son partenaire. Leurs yeux exhalent le désir, leurs pieds glissent, tournent et virevoltent. Ce sont les Portenos, les fiers habitants de Buenos Aires.

Chaque couple est un style en soi et c'est pourquoi, pour les danseurs traditionnels, le tango est la plus inaccessible des danses.

tango1

San Telmo est le quartier des artistes, surtout le dimanche. Avec ses maisons à balcon du XIXe siècle et ses rues pleines de brocantes, d'antiquaires, de musiciens ambulants et de danseurs, il constitue un pôle d'attractions pour les touristes. L'ambiance y est toujours exubérante et la nostalgie se danse sur les pavés.

Une ville très européenne

Nulle part ailleurs les morts ne sont aussi vivants qu'à Buenos Aires. Au cimetière, dans les bars à tango, dans le quartier de Soho, sur la Plazza de Mayo.

Dans le cœur historique de la ville, la Casa Rosada, l'hôtel de ville rose a toujours été la tribune politique du pays. 

Lorsqu'on se promène dans la capitale argentine, on ne peut en effet s'empêcher de la comparer à des villes européennes, comme Madrid et Paris, Liverpool ou quelques petites villes italiennes. La ville a été envahie par des émigrés européens qui l'ont façonnée à l'image de leurs villes natales.

buenos aires

Buenos Aires

Remonter le temps

Se promener dans Buenos Aires, c'est aussi remonter le temps en découvrant un patrimoine architectural qui traverse les époques, du baroque au début du vingtième siècle. Dans la rue latérale Suipacha, on trouve les incontournables Zapatos para bailar, les meilleures chaussures de danse de la ville. Plus loin, derrière l'une des façades délabrées, on longe la Confiteria La Ideal, un magnifique salon de tango avec des miroirs, des colonnes et des lustres Belle Epoque.

Une nature très présente

En longeant l'Avenida del Libertados, on arrive à Palermo, le poumon vert de la ville avec des parcs, des jardins botaniques et même des vignes. Il suffit ensuite d'emprunter un des milliers de taxis jaunes et noirs pour regagner l'autre côté de la ville, en direction du quartier portuaire de La Boca. C'est ici que le tango, un métissage des musiques des esclaves noirs, des gauchos et des émigrés européens a vu le jour, sur les places intérieures et dans les maisons closes.

La vie nocturne est intense à Buenos Aires, mais dès le petit matin, lorsque les derniers danseurs de tango vont enfin se coucher, la ville respire le calme et la sérénité.

tango2

 

 

Voir aussi http://josiane60.skynetblogs.be