05/07/2012

* LE MARBRE DE CARRARE (Italie)

 

CARRARE, MICHEL-ANGE & Co

Michel-Ange avait imaginé, il y a cinq cents ans, de tailler, dans une de ces montagnes, une statue gigantesque. Aujourd’hui on y façonne des madones en série, des sculpteurs de renom y font dégrossir leurs œuvres, et la pierre arrachée aux carrières qui entourent Carrare recouvre les façades d’immeubles cossus dans le monde entier. A travers les siècles, les changements de mœurs et de techniques, la capitale du marbre a su s’adapter à l’évolution des temps sans sacrifier sa tradition anarchiste.

 

carrare.jpg

 

La multiplication des « Pouces »

Une technique particulière permet aux artisans de Carrare de reproduire dans leurs moindres détails des œuvres mondialement connues. Des points de repère sont marqués sur un modèle de petit volume et reportés, à l’aide d’un compas, sur un bloc de marbre brut. Il ne reste qu’à tailler celui-ci suivant ces repères pour obtenir une réplique exacte de la pièce, en trois dimensions et  la grandeur désirée.

 

carrare,marbre

 

L’invention du fil à couper le marbre

Dans les carrières d’altitude, le précieux marbre blanc est découpé en grandes tranches régulières pesant 30 tonnes chacune, puis divisé en blocs plus petits pour en faciliter le transport. Toutes ces opérations s’effectuent à l’aide de l’ingénieux système du fil hélicoïdal, câble d’acier formant une longue boucle sans fin. Entraîné par des poulies, ce « fil » est le support conducteur du sable qui coupe le marbre par abrasion.

Des scies sans dents pour débiter marbre ou granit

Dans des centaines de scieries de Carrare, les artisans ont appliqué le principe de base du fil hélicoïdal. Leurs « scies » sont donc de simples lames lisses qui poussent du sable abrasif dans le bloc de marbre, et qui par leur va-et-vient le découpent en tranches régulières selon l’épaisseur voulue.

carrare,marbre 

De l’art authentique aux madones de série

On peut presque tout faire avec du marbre, tout ce qui est beau. Des saints et des cupidons. Des vierges et des nymphes. De la Renaissance à nos jours, des œuvres innombrables en témoignent. Certes, le grossier burin et la massette des anciens ont été remplacés par des outils modernes, des ciseaux pneumatiques, des ponceuses électriques. Mais aujourd’hui encore, c’est la main de l’homme qui apporte la touche finale dont tout dépend, même quand il s’agit de fabrication de série, comme c’est souvent le cas pour l’imagerie religieuse.

 

carrare,marbre

 

Le royaume où le marbre est roi

S’étendant sur les derniers contreforts des Alpes Apuanes, Carrare se trouve très près de la mer Tyrrhénienne, à une dizaine de km seulement. Cette frange de terrain, fortement urbanisée, est une sorte de prolongement de la ville elle-même, qui aboutit, en bord de mer, à l’agglomération de Marina de Carrare, à la fois station balnéaire réputée et port de commerce par où transite le marbre.  C’est aux alentours immédiats de Carrare, à environ 200 m au-dessus du niveau de la mer, ou vers l’amont, à des altitudes se situant entre 300 et 800 m que l’on rencontre la presque totalité des carrières de marbre de la région. On en dénombre plus de 500, réparties sur trois vallées : Colonnata, Fantiscritti et Ravaggione, dans lesquelles s’éparpillent de nombreux villages où habitent les ouvriers carriers. Mais il faut aller plus loin et monter plus haut pour trouver les carrières d’où l’on extrait le marbre blanc pur qui a fait la renommée de Carrare, sur le mont Altissimo, entre 1200 et 1500 m d’altitude.

 

carrare,marbre

 

02/02/2012

* FLORENCE (Italie) mon voyage en 1991

 

Joyau de la Renaissance

Sur les rives de l’Arno, Florence, capitale de la Toscane ensoleillée, aligne les splendeurs artistiques léguées voilà cinq siècles par les maîtres de la Renaissance. Ville d’histoire et d’art, mais aussi ville à vivre, pleine d’une vitalité toute italienne.

La puissante cité des Médicis ne se laisse pas apprivoiser au premier coup d’œil. Les trésors artistiques de la Renaissance se cachent derrière la façade austère de ses palais fortifiés ou de ses églises, où joue l’éclatante lumière d’Italie ;

 

michel ange, ponte vecchio, arno

 

Le fleuve impose ses humeurs à la belle florentine

L’Arno, qui prend sa source dans l’Apennin, est à peine assagi lorsqu’il traverse Florence. Ici assoupi, il peut, en cas de fortes pluies, grossir démesurément.

 

Des figurants en tenue d’époque pour le Calcio

Depuis quatre siècles, la cité se mobilise à la fin du mois de juin pour le Calcio storico. Epreuve populaire, ce jeu, qui s’inspire de la lutte romaine, du football et du rugby, oppose des champions des différents quartiers de Florence sur la piazza Santa Croce. Des figurants en costume et en armure du XVIe siècle les accompagnent.

 

michel ange, ponte vecchio, arno

Calcio storico

 

La cité des arts se rafraîchit dans ses jardins

Sur la colline de Boboli, le jardin dessiné en 1549, est le plus vaste de toute la ville. Dans ses allées et ses bosquets, les visiteurs trouvent un refuge contre le climat souvent torride en été.

 

michel ange, ponte vecchio, arno

les jardins de Boboli

 

La chapelle des Princes résonne de la gloire des Médicis

Voulue dès 1568 par le grand-duc Cosme 1er afin d’accueillir les dépouilles de la dynastie des Médicis, la chapelle des Princes n’a été construite qu’à partir de 1608 dans l’église San Lorenzo.

 

michel ange, ponte vecchio, arno, boboli

 

Coups de rame sur l’Arno vers l’arche des orfèvres

L’histoire du Ponte Vecchio, bâti une première fois en 1170, se confond avec celle de Florence. Il abritait au Moyen Age des échoppes de bouchers ; le duc Ferdinant 1er, gêné par les odeurs, les remplaça, au XVIe siècle par des orfèvres qui y sont encore.

 

michel ange, ponte vecchio, arno, boboli

Ponte Vecchio

 

David et Hercule montent la garde aux portes du palais

De part et d’autre du Palazzo Vecchio, le « David » de Michel-Ange et l »Hercule et Cacus » de Bandinelli semblent postés en sentinelles de pierre. Riches de symboles politiques, ils perpétuent l’un le courage de Florence face à ses ennemis, le second, commandé par le duc Alexandre, la reprise en main du pouvoir par les Médicis.

Laurent fut le plus brillant des Médicis : on l’appelait le Magnifique. Mécène avisé, poète à ses heures, ce prince était un stratège politique. C’est avec lui que s’efface vraiment le Moyen Age.

A côté des palais attestant sa puissance, Florence possède aussi une ceinture d’églises et de couvents où se lit encore sur fresques et statues l’esprit mystique d’une époque.

 

michel ange, ponte vecchio, arno, boboli, médicis

David de Michel Ange

 

Le luxe aux vitrines, l’élégance dans les salons

Via de Tornabuoni, se pressent toutes les grandes griffes de la mode et de la joaillerie italiennes, tandis que dans les salons du palais Feroni, où le chausseur Calvatore Ferragamo a élu domicile, on présente la dernière collection.

 

L’enchantement du Chianti

A quelques kilomètres de la cité, la campagne toscane offre sa riche beauté dans les collines du Chianti. Cette région agricole a donné son nom à des vignobles fameux.

Pour améliorer la qualité de leur vin, les producteurs ont choisi de baisser les rendements et de sélectionner les cépages.

 

michel ange, ponte vecchio, arno, boboli, médicis

 

 

08/11/2011

* LE VATICAN (Italie) mon voyage en 2011

VATICAN PRISON DOREE  (mon voyage en 2011)

Un mystérieux petit Etat unique au monde, où le profane côtoie le sacré, où l’intrigue fait concurrence à la prière, où le luxe le plus éclatant succède à l’austérité. Et dans cette prison dorée, un homme seul parmi prélats et diplomates : le pape.

 

Vatican

 

La prédilection du Christ à Pierre s’est accomplie ici

Sous l’autel papal tourné vers la grande nef, où seul le Saint-Père officie, se trouverait le tombeau de St Pierre, l’apôtre. Le baldaquin bâti par le Bernin en 1633 évoque justement un reposoir, ou un catafalque. Trois fois plus vaste que Notre-Dame de Paris, Saint-Pierre de Rome est la plus grande basilique du monde.

La principale allée du pouvoir pontifical

Sur les murs, des cartes peintes représentent l’Italie et la Terre sainte. D’où le nom de « Loggia della Cosmografia » donné à la galerie qui conduit à l’instance la plus élevée de la curie romaine : la Secrétairerie d’Etat.

 

Vatican

 

Ici sont conservés des siècles de diplomatie secrète

C’est sous le règne du pape Paul V qu’a été inauguré le département des archives secrètes du Vatican. La décoration des salles date aussi du XVIIe siècle. Y sont déposés les originaux de tous les traités signés avec les Etats.

Une cinquantaine de travailleurs laïcs sont employés par le pape

Les petits travaux de voirie et d’horticulture sont effectués par des citoyens de la cité du Vatican. Entouré d’orangers et de citronniers, un jardinier cultive les légumes qui iront garnir la table du Saint-Père.

Un réseau intérieur de télévision pour surveiller les trésors pontificaux

La philatélie procure des revenus au petit Etat. Les ateliers de la bibliothèque restaurent maints livres anciens.

Avant de devenir un monarque absolu le pape doit être élu

Depuis 1978, c’est avec des cartouches fumigènes que l’on marque les phases de l’élection. La fumée blanche qui succède à la noire annonce que le nouveau pape est élu par les cardinaux, lesquels couchent sur place le temps qu’il faut.

Au milieu d’une grande métropole, le plus petit pays du monde

Le Vatican, Etat souverain de 44 hectares, aux frontières longues de 4 km protégées par une haute muraille, est situé dans l’ouest de Rome, près de la rive droite du Tibre. La place Saint-Pierre, avec sa célèbre colonnade du Bernin, en est le centre névralgique.

Un Institut de beauté pour les grands chefs-d’œuvre

Les collections de la cité du Vatican figurent parmi les plus riches du monde. Des « chirurgiens de l’art » s’emploient en permanence à restaurer les tableaux exposés dans les onze musées, cinq galeries, 1400 salles et chapelles que compte l’Etat pontifical.

Radio-Vatican diffuse la voix du pape en 33 langues

Des Jésuites polyglottes assurent les émissions inaugurées en 1931 par Pie XI. Elles s’adressent, sous l’indicatif « Christus vincit, Christus regnat, Christus imperat », aux catholiques du monde entier.

 

Vatican

 

 

27/07/2011

* HERCULANUM (Italie) mon voyage en 2010

HERCULANUM DEVOILEE

La cité romaine fait partie des premières pages de l’archéologie moderne.

Premier siècle de notre ère, l’Empire romain atteint son apogée. Pompéi et Herculanum sont deux cités prospères, représentatives de la toute-puissance romaine. Nul ne sait que la baie de Naples gît aux pieds d’un volcan. La dernière éruption du Vésuve a eu lieu 3500 ans auparavant. Les habitants de la région de Pompéi regardent le Vésuve comme une belle montagne au sol fertile, qui surplombe joliment leurs campagnes et leurs villes. Un tremblement de terre, en 62, avait déjà contraint la population de Pompéi à reconstruire.

 

herculanum

 

Le 24 août 79, surpris par la soudaineté de l’éruption, les Pompéiens n’eurent pas le temps de fuir et la ville fut, en quelques heures, ensevelie sous les nuées ardentes. Située 30 km à l’ouest du Vésuve et épargnée, dans un premier temps, grâce aux vents, Herculanum était frappée, le lendemain matin, d’une coulée de boue volcanique.

A l’inverse de Pompéi, il semble que la majorité des habitants aient eu le temps de fuir. Par la suite, d’autres éruptions exhaussèrent la couche de lave et achevèrent de former une croûte de tuf volcanique suffisamment épaisse et solide pour que soit bâtie la ville de Resina, au-dessus de la cité antique, endormie et oubliée.

 

herculanum

La redécouverte

Au début du XVIIIe siècle, un paysan, désireux d’approfondir un puits abandonné, dégagea des morceaux de marbre taillés. C’est ainsi que débutèrent les premières fouilles, entreprises par le prince autrichien d’Elbeuf qui, mis au courant, fit aussitôt le rapprochement avec la cité ancienne. Des galeries furent creusées et une première statue, à l’effigie d’Hercule, remontée. Puis une douzaine d’autres. Les fouilles furent interrompues puis reprises. Apparut un théâtre, puis une inscription dévoilant le nom de la cité : « Theatrum Herculanense ». Selon la légende, Herculanum aurait été fondée par Hercule. Les fouilles sporadiques révèlent à chaque fois des trésors insoupçonnés : des maisons et des édifices, du mobilier, des peintures, dans un état de conservation étonnant qui s’explique par la gangue volcanique qui a fait office d’enveloppe protectrice.

La ville a été rebaptisée, en 1969, Ercolano, de son nom d’origine. Une partie du site archéologique, le théâtre et la villa des papyrus, est classée au Patrimoine mondial de l’Unesco.

Il est probable qu’Herculanum fut aussi riche, sinon plus que Pompéi. On estime sa population, lors de sa fin tragique, à 4000 habitants et sa superficie à 12 hectares, moins de la moitié ayant été remise au jour. On pense que plusieurs édifices publics et lieux de culte demeurent prisonniers sous les constructions modernes.

herculanum

09/02/2011

* LA MAREMME (Italie)

maremme, toscane

LA MAREMME, pays étrusque (Italie)

La civilisation étrusque, qui a connu son apogée vers les VIe et Ve siècles avant notre ère, demeure bien présente dans la Maremme italienne, au travers de noms de lieux et de nombreux sites archéologiques.

Nous sommes à Montalto di Castro, une agréable station balnéaire sur les rives de la Mer tyrrhénienne, dans cette région moins connue de la Maremme, qui fait encore partie du Latium. En filant vers le sud sur la Via Aurelia, Rome n’est qu’à une petite heure de route. La région, berceau de la civilisation étrusque, est très riche : les ruines de Vulci, l’une des plus importantes cités étrusques, tandis qu’un peu plus au sud se dresse la nécropole de Tarquinia, reprise au patrimoine mondial de l’Unesco.

maremme,toscane

les ruines de Vulci

Deux églises en plein champ

La Tarquinia actuelle vaut amplement le détour, avec ses imposants bâtiments baroques, ses églises romanes et ses sympathiques bars et restaurants, souvent installés dans des caves millénaires. Et les Etrusques ne sont jamais loin, comme dans le nom de la ville voisine de Tuscania. En plein centre-ville, un petit parc offre un beau panorama sur les environs, ponctué des silhouettes de deux impressionnantes églises romanes installées au beau milieu des champs.

Un chemin désolé traverse le paysage montagneux du Monte Canino pour rejoindre le lac de Bolsena, entouré de petits villages historiques tels Capodimento, Marta et Bolsena.

Le jardin des monstres

Bagnaia doit sa notoriété à la Villa Lante, résidence estivale des cardinaux et de la noblesse. L’entité la plus notoire des environs est toutefois Bomarzo, qui possède un important château et un surprenant jardin représentant des animaux et des figures mythologiques.

Conçu sur l’ordre d’un prince excentrique, ce curieux jardin, aménagé au XVIe siècle resta longtemps oublié, dissimulé sous la végétation, avant d’être redécouvert au siècle dernier et de devenir un pôle d’attraction pour les surréalistes, tels Breton ou Dali.

Des sources chaudes aux relents de soufre

Cap au nord en direction de Capalbio, un pittoresque mais minuscule hameau médiéval en Maremme toscane. L’atmosphère et le paysage sont tout à fait uniques.

maremme,toscane

 

A l’intérieur des terres, le paysage a conservé les chemins taillés à même le tuf par les Etrusques. Environnement volcanique oblige, les sources chaudes y sont nombreuses, ainsi celles de Saturnia, déjà réputées du temps des Etrusques et des Romains, qui accueillent aujourd’hui un centre de wellness moderne, mais aussi nombre de sources et de chutes où vous pourrez profiter en plein air et gratuitement des bienfaits de l’eau riche en soufre à 37°C. Un pur bonheur !

maremme, toscane

la Maremme Orientale