12/03/2014

* LA GUYANE (Amérique du Sud)

LE DEFI VERT DES HMONGS (Guyane)

Venus du Laos depuis 1977, des Hmongs se sont réfugiés en Guyane française et y ont réussi l’inimaginable. Transformant des hectares de forêt en jardins, ces Asiatiques assurent l’essentiel de la production en fruits et légumes verts de ce département d’Amérique du Sud.

 

la guyane

 

En ville, l’art d’étaler les fruits de leur labeur

Au marché de Cayenne, dont les murs sont décorés de peintures rappelant l’origine africaine de nombreux Guyanais, les Hmongs présentent dès l’aube les trésors croquants de leurs champs. Chaque semaine, 60 tonnes de fruits et légumes cultivés par la communauté parviennent en ville.

la guyane 

Au village, seuls les jours de noces sont chômés

Dans la société hmong, il est interdit d’épouser un membre de son clan, et le mariage, auquel est convié tout le village, se célèbre au terme de négociations sur « le prix du sein », la dot payée en barres d’argent.

 

Aux champs, guerre déclarée aux milliards d’insectes

De la forêt proche, des myriades d’insectes s’abattent sur les cultures des Hmongs qui doivent utiliser des flots d’insecticide pour les tenir en respect. Les grand-mères sont devenues expertes dans ce combat et l’enseignent aux jeunes.

 

la guyane

 

Une terre d’immigration

Seul département français d’outre-mer en Amérique du Sud, la Guyane s’étend sur 91000 km carrés. Les premiers habitants furent les Amérindiens ; puis débarquèrent, à partir du XVIe siècle, les européens et plus tard, avec eux, les Africains réduits en esclavage ; enfin vinrent, au XIXe siècle, les Chinois, suivis par d’autres Asiatiques dont les derniers en date sont les Hmongs.

On dénombre aujourd’hui 40 nationalités sur le sol guyanais, la population comportant 35 à 40 % d’étrangers, dont plus d’un tiers en situation irrégulière, originaires pour la plupart des Etats voisins : Brésil, Surinam et Guyana. Dans ce creuset multi ethnique, le groupe prépondérant est celui des Créoles, comme on appelle ici les descendants des esclaves noirs, ceux des immigrés européens et antillais, ainsi que tous les métis de ces générations successives.

 

la guyane

 

Les chinois, de diverses origines, forment une société très fermée ; ils sont à la tête du commerce et de la restauration. Les Brésiliens viennent surtout par migrations saisonnières, à la recherche d’un travail dans le bâtiment, l’industrie du bois, la chasse professionnelle. Les Haïtiens occupent en majorité des emplois subalternes ; les hommes dans la voirie, le gardiennage, et les femmes dans la domesticité.

 

la guyane