31/07/2012

* LE COLOSSE NOIR (Nigeria)

Colosse aux pieds d’argile, dit-on du Nigeria, en soulignant son instabilité politique. Comme si la naissance d’un pays à la population aussi disparate, héritier de traditions anciennes mais aussi d’un découpage arbitraire de l’époque coloniale, pouvait se passer sans douleur. Par-delà les soubresauts et les convoitises, aidé par le pétrole que ses dieux ont mis dans son berceau, le Nigeria a conscience d’occuper une position clé en Afrique.

 

le colosse noir (nigeria)

 

La publicité recommande ce que la religion interdit

Kano, dans le nord du Nigeria, est une grande ville musulmane. Ses habitants ne devraient donc pas consommer de la bière. Ils y sont néanmoins incités par les panneaux publicitaires dressés au champ de foire.

 

le colosse noir (nigeria)

 

Le descendant du commandeur des croyants

Chaque année, à l’occasion du Salah, grande fête religieuse, l’émir de Sokoto se rend solennellement à la mosquée. Il y a 2 siècles, son ancêtre, Othman Dan Fodio, unifia ces régions sous la bannière de l’Islam et leur donna des lois plus justes. Il fut promu « marabout » (saint), et les griots chantent encore ses louanges. Mais les héritiers du réformateur craignent de perdre, dans la poussée du modernisme, leurs privilèges quasi féodaux.

 

le colosse noir (nigeria)

 

Une exploitation lacustre de l’or noir

Dans le delta du Niger, au Warri, l’extraction du pétrole s’effectue souvent à partir de plates-formes flottantes. Le personnel est en bonne partie nigérian, logé sur place à la manière des exploitations « off-shore » et ravitaillé en matériel et en vivres par des barges. Le « brut » de cette région est d’excellente qualité : il a une faible teneur en soufre et contient presque deux fois plus de gazoline que la moyenne.

 

le colosse noir (nigeria)

 

Le plus complexe des puzzles africains

La Fédération du Nigeria est la plus peuplée et l’une des plus vastes des nations de l’Afrique nouvelle. Depuis son indépendance, en 1960, l’histoire de cette ancienne colonie britannique est émaillée de coups de force et d’affrontements. Les gouvernements successifs, pour tenir compte des clivages ethniques, linguistiques, économiques, politiques, ont largement décentralisé le pays et fini par le découper, par étapes, en une mosaïque de dix-neuf Etats fédérés.

 

Le modernisme avance, mais on n’en est pas encore aux supermarchés

Le Nigeria veut vivre à l’heure de son époque. Mais dans la vie de tous les jours, c’est la tradition qui l’emporte encore. Plutôt que dans des commerces modernes, les habitants des villes continuent de s’approvisionner dans les petits marchés en plein air, comme à Ibadan. Un fleuron du Nigeria moderne : l’université d’Ife, de style futuriste, œuvre de l’architecte israélien Arich Sharon.

Tout porte à croire que le Nigeria connaîtra de nouveaux soubresauts, peut-être même d’autres épisodes violents, avant de surmonter ses contradictions. Il ne sera d’ailleurs pas le seul pays à traverser des crises dans cette Afrique qui se réveille.

Mais son évolution, ses bouleversements, à la mesure de sa taille et de sa force, risquent de peser lourd dans les transformations que le continent tout entier est appelé à subir.

 

le colosse noir (nigeria)