14/03/2015

* LES BOUCLES DE LA SEINE

A une heure de Paris, les boucles de la Seine déroulent leur cortège de paysages naturels : des falaises de craie blanche aux îles sauvages, de la route des Fruits au Marais Vernier, voici une Normandie encore intacte, comme un mirage entre Paris et Le Havre.

Le fleuve, à Heudebouville, à environ 30 km en amont de Rouen, a creusé sa vallée dans la craie tendre, élargissant ses méandres, décapant argile et sable, modelant îles et îlots. Un univers aquatique complété par les nombreuses anciennes sablières aujourd’hui envahies par les eaux.

 

les boucles de la seine

 

La nudité des falaises des Andelys contraste avec l’exubérance de la forêt de Brotonne et la route des vergers, en contrebas. Cette région a été jadis mise en culture par les moines de l’abbaye voisine de Jumièges.

Le nombre et l’amplitude des méandres de la Seine en font un fleuve vagabond. Pour franchir les 190 dernier km (à vol d’oiseau) qui la séparent de son estuaire, elle doit en parcourir plus de 400…

 

Malgré l’urbanisation, usines et zones industrielles, la Seine conserve un charme bucolique.

 

Le Marais Vernier

Roselières, landes tourbeuses et prairies humides forment un habitat de prédilection pour la faune et la flore. Aulnes majestueux, fougères, arbustes (comme le piment royal, dont on se servait autrefois pour parfumer les cierges), le Marais Vernier est la première tourbière française par sa superficie et sans doute le milieu naturel le plus riche du département de l’Eure. Entre Seine et forêt, les routes des Chaumières et des Fruits sont deux itinéraires choisis parmi les différents circuits à thème proposés par le parc naturel régional de Brotonne. Ils permettent d’apprécier l’originalité et la diversité du paysage et du patrimoine de cette région qui bénéficie d’un microclimat privilégié grâce à la présence du fleuve.

 

les boucles de la seine

 

Les îles de la Seine

A Heudebouville, en direction des Andelys, l’amateur de paysages jouit d’une vue imprenable sur la Seine et ses îles, où un paysan continue de mener paître ses vaches à la belle saison au moyen d’un bac. Plus en aval, sur la côte des Deux-Amants, les falaises de craie offrent un autre panorama sur les îles.

les boucles de la seine

 

Dernière balade secrète : la plaine alluviale autour du pont de Tancarville. Classée réserve naturelle depuis le 01/01/1998, elle abrite les amours du râle des genêts, à son retour d’Afrique du Sud. Un oiseau en voie de disparition, dont la survie dépend beaucoup de sa reproduction en France. Pour le repérer, il saut l’entendre criquer dans les foins comme les dents d’un peigne que l’on racle. Enfin, si vous rejoignez le pont de Normandie en traversant les cannes sèches de la roselière du Hode, royaume de la mésange à moustaches, peut-être aurez-vous la chance d’y voir tournoyer des nuées de spatules blanches ou des cigognes : depuis 1992, elles illustrent la renaissance de l’estuaire.

 

les boucles de la seine